La belle croissance du bio continue

(04.04.2012) 

L’évolution positive se maintient aussi bien pour l'agriculture biologique que pour le marché bio. Les entreprises agricoles suisses qui ont décidé de se reconvertir au bio au début 2012 sont au nombre de 220, soit 27,1 % de plus que l’an dernier. En 2011, le nombre d’exploitations travaillant selon le Cahier des charges de Bio Suisse était de 5618. En comp- tant les 387 fermes qui sont en bio fédéral, le nombre de producteurs bio représente au- jourd’hui 11 % de l’ensemble des exploitations agricoles suisses. Le chiffre d’affaires du marché bio a encore progressé de 4,2 % à l’échelle du commerce de détail pour atteindre 1,738 milliard de francs.

«La ‘success story’ du bio se poursuit: toujours plus nombreuses sont les familles paysannes qui reconnaissent la chance offerte par l'agriculture biologique et misent sur l’innovation et le développement durable pour assu- rer leur avenir», affirme le directeur de Bio Suisse Daniel Bärtschi. L’inversion de la courbe constatée en 2011 se confirme en 2012. Pour la première fois depuis sept ans, Bio Suisse avait enregistré en 2011 plus de nou- velles reconversions que de départs, nombre qui a encore augmenté de 27,1 % en 2012 par rapport à 2011. En 2011, 5618 exploitations travaillaient selon le Cahier des charges de Bio Suisse. En comptant les 387 fermes qui sont en bio fédéral, le nombre de producteurs bio représente aujourd’hui 11 % environ de l’ensemble des exploitations agricoles suisses.

Les produits biologiques toujours plus demandés

Le bio a aussi du succès dans le commerce: Le marché des denrées alimentaires biologiques a continué de bien progresser, et, malgré les conditions généralement plus difficiles que connaît le commerce de détail suisse, le chiffre d’affaires bio a progressé de 4,2 % pour atteindre 1,738 milliard de francs. Le bio se taille pour la première fois une part de 6 % de l’ensemble du marché des produits alimentaires, et tous les groupes de produits importants ont progressé. La part des produits frais, qui représentent plus des deux tiers du marché bio, atteint même 8 %.

La réjouissante croissance constatée aussi bien du côté des producteurs que du marché ne doit cependant pas faire oublier qu’un nombre encore plus élevé de familles paysannes bio sera nécessaire pour couvrir la demande des consommateurs suisses – surtout pour les céréales et les oléagineux. Bio Suisse continue donc de s’engager dans le développement du marché, la vulgarisation, la recherche, la politique et la communication pour favoriser l’utilisation du potentiel d’avenir que recèle l'agriculture biologique.

Pour en savoir plus:

Exposés, données, photos etc. (site internet de Bio Suisse)

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité