Croissance régulière pour le marché du poulet bio et des œufs bio

La croissance ininterrompue du marché du poulet bio se poursuit aussi cette année – même s’il se dessine un léger aplatissement de la courbe. Malgré l’augmentation réjouissante des ventes, le poulet bio est encore au stade de produit de niche puisque sa part de marché se situe assez bas dans les pourcentages à un chiffre.

(04.09.2020) 

Le confinement et la météo estivale propice aux grillades ont dynamisé la demande pour la viande dans tous les commerces de détail. La viande de poulet en a profité elle aussi. Le principal défi reste la commercialisation de tous les morceaux de volaille. Alors que les consommatrices et les consommateurs bio préfèrent les filets, donc le «blanc», de poulet, les cuisses et les ailes (le «brun») restent toujours et encore nettement moins prisées.

Bio Suisse compte aussi pour les années à venir sur une croissance de la demande dans le secteur de la viande de poulet bio. Bell cherche de nouveaux producteurs bio dès 2021, et les intéressé-e-s peuvent à présent s’annoncer à Bell. Micarna ne cherche actuellement pas de nouveaux producteurs.

Nette augmentation de la demande pour les œufs de consommation bio

Le confinement, qui a percuté de plein fouet la restauration, a clairement délocalisé la consommation des œufs chez les particuliers. La demande pour les œufs de consommation a donc fortement augmenté tandis que celle pour les œufs de transformation et autres ovoproduits industriels baissait. Le deuxième trimestre 2020 a vu une très nette augmentation des ventes d’œufs bio dans le commerce de détail suisse par rapport à la même période de l’année précédente : + 18,4 %. Cette augmentation de la demande pour les œufs de consommation bio a provoqué des pénuries passagères en raison des possibilités limitées d’augmenter immédiatement la production. Une normalisation de la demande se dessine cependant depuis l’assouplissement des mesures décrétées pour contrer la pandémie du Covid.

Cela n’empêche pas que les ventes cumulées de cette année sont nettement supérieures à celles de l’année passée. Même pendant les mois d’été, où la demande est pourtant généralement assez faible, il n’y a pas eu de surplus significatifs de la production par rapport à la demande – et donc pas non plus de ces détestés déclassements qui s’ensuivent.

Adrian Schlageter, Bio Suisse


Pour en savoir plus
Poulet bio (rubrique marché)
Oeufs bio (rubrique marché)

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité