Soja bio: régulation des adventices Soja bio: technique culturale 

Soja bio alimentaire et fourrager: calculez vos frais de production !

La production de soja est amenée à se développer, lentement mais sûrement pour le soja alimentaire, et rapidement pour le soja fourrager. En effet, étant donné la forte augmentation du nombre de producteurs bio, les cultures permettant de diversifier la rotation culturale tout en répondant aux besoins du marché sont impérativement recherchées, et le soja fourrager en fait partie. Le désherbage est le facteur principal sur lequel le producteur peut agir afin de diminuer les coûts de production.

Les techniques alternatives ne sont pour le moment pas encore utilisables sur de grandes surfaces dans la pratique, avec des résultats fiables d'années en année. Parmi elles, citons le soja associé, les sous-semis, le semis direct, le semis du soja avec des interlignes étroits (au semoir à céréales), la culture-relai de soja,le soja en 2ème culture (semis de juin-juillet). Ces techniques ne sont donc pas pertinentes pour baisser les coûts.

Facteurs influençant les frais de désherbage du soja
Les coûts de désherbage dépendent de la stratégie retenue par le producteur de soja bio. Il y a deux stratégies principales :

  • La surface consacrée au soja est faible (par ex. 1 ha) ; les parcelles sont de petite taille, difformes, hétérogènes, en pente ; il  y a assez de main-d’œuvre à disposition. Dans ce cas, deux ou trois sarclages sommaires, complétés par un désherbage manuel final, suffisent.
  • La surface de soja est importante et les parcelles sont grandes, rectangulaires, avec un sol homogène. Dans ce cas, un désherbage mécanique « high tech », avec interventions mécaniques sur la ligne, peut être recommandé ; le désherbage manuel final sera de faible importance et les coûts seront plus faibles.

Une technique culturale adéquate est également importante :

  • Le soja devrait être si possible cultivé peu d’années après la destruction de la prairie temporaire et de toute façon pas sur des parcelles (en reconversion par exemple) sur lesquelles il n’y a pas eu de prairie temporaire depuis des décennies.
  • Avant le semis, il faudrait pratiquer un ou deux faux-semis.

Enfin, en années humides, les coûts de désherbage seront inévitablement bien plus élevés qu’en année normale ou sèche.

Désherbage manuel
Il ne devrait pas nécessiter plus de 10 à 25 heures par ha, si un désherbage mécanique performant (avec interventions sur la ligne) a été effectué, si les techniques de production sont maîtrisées, et si l’année n’est pas excessivement humide lors de la croissance du soja. Dans le cas contraire, si plusieurs conditions défavorables sont réunies, il peut atteindre 150 à 200 heures/ha.

Temps de travail nécessaire pour le désherbage manuel (sur ce site internet)
Désherbage manuel (sur ce site internet)

Vers le haut

Calculateur des coûts de production du soja

En cliquant sur le lien ci-dessous, il est possible d’accéder à un fichier Excel qui permet aux agriculteurs et aux conseillers agricoles de calculer les coûts de production du soja bio en fonction des choix techniques et des pratiques. Elaboré par le FiBL et AGRIDEA, cet outil permet également de calculer des variantes d’optimisation potentielle des coûts ou de faciliter les choix de changement de stratégie en cours de végétation, en matière de désherbage manuel par exemple.
Calculateur marge brute soja bio (136.2 KB) (Fichier excel, AGRIDEA et FiBL, 2018; édition du 25.03.2019)

  • Dans la feuille « Hypothèses », le producteur introduit les machines utilisées, le recours ou non à la technologie GPS/RTK, le statut de la machine (en propriété, en location ou travaux par tiers) et le nombre d’utilisations. Il indique également le type de sarcleuse (sarcleuse de base ou sarcleuse dirigée par caméra, ou avec une 2ème personne qui est assise sur la sarcleuse) et le nombre d’heures de désherbage manuel qu’il a effectué. Seules les cellules en jaune peuvent être modifiées. Ces chiffres se reportent dans la feuille « Calculs ».
  • Dans la feuille « Calculs », qui n’est rien d’autre que le calcul officiel de la marge brute, le producteur peut modifier quelques autres facteurs, par exemple le rendement de la culture, son prix et les frais de semences.

A la marge brute du soja telle que calculée de manière standard, s’ajoute la fourniture d’azote à la culture suivante. Mais le gain financier du à cet azote est bien sûr difficile à chiffrer.

Variantes de calcul de coûts de production du soja
Les calculs montrent que le désherbage reste l’un des principaux coûts de la production du soja bio. Ces coûts peuvent être fortement diminués, si les conditions de sol et de climat le permettent, par un passage de doigts sur la ligne.
De même, le renoncement presque total au désherbage manuel permet une forte amélioration de la rentabilité ; mais cela n’entre en ligne de compte que pour une culture de soja fourrager, dans laquelle la présence d’adventices n’influe que peu sur la qualité finale du produit, et à condition que la pression des adventices ne soit globalement pas excessive. Toutefois, les chardons et rumex doivent quand même être éliminés manuellement, comme dans toutes les autres cultures.
On observe aussi que dans le cas de la conduite de culture de soja fourrager avec des variétés à haut rendements, souvent plus tardives (+15% de rendement) et sur parcelles ne subissant pas une trop forte pression d’adventices, l’obtention d’un revenu intéressant est possible en soja fourrager. Les frais de mécanisation variables varient peu entre les modalités extensives en machine et les modalités high-tech, principalement parce que ces coûts ne prennent pas en compte l’amortissement des machines dans le calcul de la marge brute. Cela implique donc que pour évaluer correctement le revenu potentiellement supérieur du soja high-tech, il faut aussi tenir compte des frais d’amortissement des machines utilisées, même si aucun calcul précis n’est possible. 

Vers le haut

Rentabilité du soja alimentaire et du soja fourrager

Le soja destiné à la consommation humaine (tofu, lait, yaourt, flocons, farine, etc.) a un prix de CHF 220.00/dt (à partir de 2019). Le soja destiné à l'alimentation animale, par contre, a un prix beaucoup plus bas, de CHF 120.00/dt. (CHF 100.00 prix du soja + CHF 20.00 contribution des taxes à l'exportation Bio Suisse).

Les facteurs suivants peuvent accroître la rentabilité de la culture biologique du soja à des fins fourragères. Utilisez le calculateur de marge et modifiez vos coûts variables pour planifier votre méthode de culture.

  • Choisissez une variété de soja ayant un potentiel de rendement plus élevé que les variétés de soja alimentaire utilisées jusqu'à présent en Suisse. Obélix (000 variétés) et Galice (000/00) ont été multipliées pour la culture biologique en 2019 et ont un potentiel de rendement supérieur.
  • Les mauvaises herbes ne doivent pas nécessairement être éliminées jusqu'à la dernière plante. Le calculateur de coûts permet de répondre individuellement à la question : "Dans quelle mesure la propreté est-elle suffisante ? Dans le cas du soja fourrager, les points d'acceptation n'ont en aucun cas les mêmes exigences de qualité que pour le soja alimentaire, seules les "Conditions de prise en charge des graines oléagineuses" (page 3) sont applicables: https://www.swissgranum.ch/fr/uebernahmebedingungen
  • La pollution par les mauvaises herbes pendant la récolte joue un rôle mineur. Néanmoins, le stock de graines de mauvaises herbes ne doit pas s'accumuler dans le sol.


Il reste à espérer que le prix du soja fourrager puisse encore augmenter dans un avenir proche.

Vers le haut

 

Dernière actualisation de cette page: 26.03.2019

Vers le haut

Publicité