Eclaircissage des fleurs 

Vergers haute tige: obtenir une production de qualité

Souvent planté sur des prairies extensives, ces vergers haute-tige ont fortement régressé en Suisse au siècle dernier. La politique agricole actuelle encourageant la plantation d’arbres haute-tige, un intérêt croissant pour la création de nouveaux vergers sur prairie extensive est perceptible. Toutefois, même si l’objectif prioritaire peut être d’ordre environnemental, une protection minimale des vergers haute-tige contre les ravageurs et les maladies doit être réalisée afin d’assurer la qualité de la récolte mais aussi d’éviter la constitution de foyers d’infection potentiels.
Les vergers de hautes tiges constituent un patrimoine culturel créé et entretenu par les familles paysannes, Ils marquent le paysage de nombreuses régions et façonnent le paysage. Une bonne partie des fruits de transformation en sont issus. De nombreuses exploitations proposent les produits de ces vergers en vente directe avec une diversité des variétés souvent impressionnante. De plus, ces vergers offrent un habitat privilégié à de nombreuses espèces animales, oiseaux, chauves-souris et insectes. Comment dès lors concilier objectif de production et protection environnementale ?

Les bases de la protection phytosanitaire

Dans un verger équilibré, les interventions nécessaires peuvent être très limitées. Une attention tout particulière sera accordée aux jeunes plantations car des attaques de maladies ou de ravageurs peuvent provoquer des blocages de croissance qui impacteront négativement le développement futur de l’arbre touché. Bien qu’il soit très difficile de faire l’impasse totale sur les traitements, diverses mesures préventives peuvent les limiter. Les directives en matière de traitements sont édictées par les cantons et la Confédération. Les exigences liées aux parcelles sur lesquelles se trouvent ces arbres doivent aussi être respectées par exemple dans le cadre des surfaces de promotion de la biodiversité.

Mesures préventives

Une des premières mesures incontournables est le choix de l’emplacement. En choisissant un emplacement bien exposé et ventilé, les maladies et ravageurs verront leur développement entravé (peu d’humidité, dérangement par le vent, démarrage plus rapide de la végétation, sol favorable à l’espèce fruitière….). Le contrôle des populations de campagnols est un autre incontournable. Diverses mesures peuvent être prises afin d’encourager la présence des prédateurs naturels.
Quant aux maladies et ravageurs usuels du verger, la protection commence déjà en hiver, lors de la taille : en effet, en éliminant les branches et les fruits malades, le potentiel infectieux de certaines maladies est diminué. On éliminera ainsi les branches atteintes d’oïdium mais aussi les fruits momifiés ou encore le bois mort, celui-ci servant souvent de refuge aux parasites. Le broyage des feuilles est également recommandé, en particulier pour limiter le développement de la tavelure. Une taille régulière favorisera un bon développement de l’arbre et aussi une bonne aération de la couronne qui limitera aussi la pression de nombreuses maladies. En laissant quelques branches taillées sur le sol, les attaques de lièvres sur les troncs se trouvent limitées.

Bon démarrage dans la saison

Un bon démarrage dans la saison peut être considéré comme une étape déterminante. En effet, de nombreux ravageurs hivernent sur les arbres souvent sous formes d’œufs ou de larves. Parmi ceux-ci, on trouvera les acariens rouges, les cochenilles, les pucerons et les cheimatobies. Afin d’en limiter la pression, un traitement d’hiver, réalisé au démarrage de la végétation, permet d’agir sur les formes hivernante. Ce traitement se fait avec des huiles qui forment un film à la surface du végétal et des œufs perturbant ainsi les échanges gazeux et les tuant. Ce traitement doit être fait au débourrement (stade B-C), Lors d’une application d’huile minérale, on veillera à bien couvrir l’ensemble du végétal avec un volume d’eau important pour bien atteindre toutes les formes hivernantes. Cette application peut être combinée avec du cuivre qui aura un effet sur de nombreuses maladies comme par exemple la tavelure, le feu bactérien, la maladie criblé, les chancres bactériens, la maladie des pochettes.

Tavelure du pommier et du poirier

Maladie principale sur les pommiers et les poiriers, même sur des variétés résistantes, il peut être intéressant de couvrir la période à risque entre le débourrement et la nouaison (mi-mars à fin mai). Des interventions sur la floraison selon les produits utilisés auront aussi des effets secondaires sur d’autres maladies comme la moniliose, le feu bactérien et l’oïdium. Afin de limiter les dégâts dus à cette maladie, il est recommandé d’intervenir sur les grosses éjections de spore lors des précipitations. La germination des spores ne pourra intervenir que si la période d’humectation des feuilles est suffisante.

 

La lutte se base principalement sur l’utilisation de produits de contacts. Les interventions doivent donc être réalisées en préventif soit avant les périodes de précipitations. Les modèles de prévisions disponibles sur internet (www.agrometeo.ch ou www.bioactualites.ch) donnent de précieuses indications.
Durant la période de floraison, certains produits ont des efficacités combinées contre plusieurs maladies. Le Mycosin, produit autorisé en bio, aura une efficacité contre la tavelure mais aussi contre le feu bactérien ou le flétrissement bactérien du poirier alors que le soufre est efficace contre la tavelure et l’oïdium.

Feu bactérien
Problématique sur cognassiers, poiriers et pommiers, le feu bactérien doit être surveillé afin d’éviter tout risque de contamination de l’entier du verger. La suppression des plantes hôte tel que les cotonéasters dans les environs du verger limitera fortement le risque. Des applications de Mycosin durant la floraison limiteront les risques d’attaque. Dans tous les cas, un foyer doit être signalé aux services cantonaux compétant.

Maladie criblée sur les fruits à noyau
En année humide comme, par exemple en 2012, cette maladie peut provoquer une forte attaque du feuillage influençant négativement la vigueur des arbres; en année sèche, elle passera, par contre, quasiment inaperçue. L’utilisation de cuivre au débourrement limitera l’attaque. Ce traitement peut être combiné au débourrement avec une huile (voir ci-dessus) et durant la floraison avec du Mycosin.

Mouche de la cerise
Suivant l’objectif de commercialisation, le seuil de tolérance peut varier. Dans le cas de cerises de table, au-dessus de 2 % de fruits atteint, il est difficile de mettre en valeur les fruits. La couverture reste le moyen le plus efficace pour les petits arbres, mais ceci n’est pas applicable pour de grands arbres et grands vergers. Pour les applications avec des produits comme le Naturalis, il faut se référer aux avertissements dans les conseils de saisons ou les bulletins des stations cantonales. Les variétés précoces ne sont pas concernées et les applications commenceront au début du vol et couvriront toutes la période jusqu’à la récolte. L’utilisation de poules après la récolte peu limiter la pression l’année suivante afin limiter le nombre de pupes hivernantes dans le sol.

Drosophila suzukii
Les cerisiers sont particulièrement attractifs pour la D. suzukii. En cas d’attaque, ils représentent aussi un réservoir important de ravageurs qui se déplacera sur d’autres cultures une fois les fruits tombés. Ceci peut représenter un risque important pour les cultures de framboises, pruneaux et mûres. Peu de solutions existent car il semblerait que les cerises à maturité soient bien plus attractives que les pièges de masse. Les traitements insecticides ne sont pas suffisamment efficaces et peu écologique. La récolte de la totalité des fruits et, si possible, avant une maturité complète, reste une des mesures les plus efficaces.
La plantation d’arbres haute-tige nécessite un investissement important en temps et en argent de la part de l’agriculteur. Il n’est pas possible de simplement laisser les arbres « se débrouiller » et passer récolter les fruits. Afin de garantir des récoltes, une qualité correcte des fruits et des arbres sains, une protection phytosanitaire minimale doit être assurée. Ceci évitera aussi que le verger se transforme en foyer d’infection pour les vergers alentours.

Autres recommandations phytosanitaires les pour vergers hautes tiges
Recommandations phytosanitaires pour les vergers hautes tiges  (sur ce site internet)

Pour en savoir davantage 

Fiche technique «La culture biologique des vergers haute tige» (Boutique du FiBL)

Protection des plantes pour la production de fruits à pépins bio (Boutique du FiBL)

Protection des plantes pour la production de fruits à noyaux bio (Boutique du FiBL)

Vergers haute-tige - planification, plantation et soin (Site internet d'AGRIDEA)

Auteurs : David Vulliemin, UFL ; Monique Perrottet, AGRIDEA ; Pascal Mayor, Centre de compétence en cultures spéciales du Canton de Vaud

Vers le haut

 

Dernière actualisation de cette page: 22.04.2015

Publicité