La mise en place des prairies écologiques riches en fleurs 

Préserver les habitants des prairies lors du fauchage

D'un point de vue des sauterelles, la fauche représente une transformation fulgurante de leur forêt flamboyante en un désert. Plus la fauche est radicale, plus les effets sont néfastes pour les résidents des prairies.

Faucher une prairie modifie toujours radicalement les conditions de vie des petits animaux et des oiseaux qui nichent au sol. Bouleversement de l’espace vital, réduction des sources de nourriture et destruction de la couverture végétale forcent ces animaux à migrer vers d’autres biotopes, par exemple dans des bandes d'herbe qui seront fauchées plus tard ou dans les talus non fauchés. Il y a de nombreuses possibilités de ménager la biodiversité quand on fauche une prairie. On devrait toujours y recourir dans les prairies écologiques puisqu’elles sont spécialement prévues pour favoriser la diversité des espèces animales et végétales.

  • Eloigner les jeunes lièvres et foans
    Avant la fauche, inspecter la prairie ou marquer les nids avec des fanions afin d'écarter les jeunes animaux
  • Faucher de l'intérieur vers l'extérieur
    En évoluant du centre vers l'extérieur des prairies, les faons, les jeunes lièvres et autres animaux sauvages peuvent s'enfuir.
  • Fauche tardive
    Effectuer la fauche après la mi-juin (en plaine) ou la mi-juillet (en montagne) permettra à certaines espèces de papillons et d'oiseaux nicheurs des prairies d'achever leur développement. De plus, la taille tardive permet à la plupart des fleurs des prés de se re-semer et contribue à préserver et à promouvoir la qualité botanique des prairies.
  • Faucher de bon matin ou tard le soir
    Si la fauche est réaliser tôt le matin ou tard le soir, beaucoup d'abeilles et de papillons seront épargnés.
  • Renoncer aux faucheuses-conditionneuses
    L'utilisation de faucheuses rotatives rapides avec conditionneur réduit les taux de survie et les possibilités d'évasion des petits animaux. Des études sur le terrain montrent que l'utilisation de la faucheuse-conditionneuse entraîne des pertes importantes pour les petits animaux : jusqu'à 60% de sauterelles et abeilles. Sans le conditionneur, ce chiffre diminue à 8 %.
  • Faucher plus haut
    Adopter une hauteur de coupe d’environ 10 cm permet d’augmenter les chances de survie des amphibiens et des reptiles par exemple. Il faut alors compter sur une amélioration de la qualité des fourrages et sur une légère diminution du rendement.
  • Éviter de passer inutilement dans les parcelles fauchées
    Moins on passe dans les parcelles fauchées avec les tracteurs et les machines, plus les petits animaux qui s’y trouvent sont épargnés.
  • Laisser des bandes non fauchées
    Les bandes non fauchées forment des biotopes-refuges importants. Il est recommandé de laisser 5 à 10 % de surface sous forme de bandes non fauchées. Il est important de déplacer ces bandes non fauchées à chaque coupe, afin d'éviter l'embroussaillement et de préserver la qualité botanique. Attention:
    - sur des prairies qui viennent d'être mises en place, ne pas laisser de bandes non fauchées durant la première année d'utilisation, pour éviter une dégradation de la composition botanique de la prairie;
    - dans des vergers haute-tige, les bandes non fauchées ne devraient pas se situer directement sous la rangée des arbres, pour éviter de favoriser les campagnols.
    A part les bandes non fauchées qui sont déplacées d'une coupe à l'autre (= bandes temporaires de refuge), il existe également un autre type de bandes non fauchées, celles qui restent au même endroit et ne sont fauchées que tardivement (bandes de refuge permanentes), par ex. en fin de saison.
  • Ne pas faucher trop fréquemment
    Plus les intervalles de fauche sont longs, plus les petits animaux peuvent se reproduire. Afin de protéger les oiseaux nicheurs au sol comme les alouettes des champs, un délai de six semaines entre la première et la deuxième coupe est nécessaire pour que cet oiseau puisse élever une deuxième couvée.
  • Échelonner la fauche
    Sur des grandes surfaces, il faudrait privilégier la fauche échelonnée. Elle consiste par exemple à faucher deux tiers de la surface au 15 juin et le tiers restant trois semaines plus tard. La fauche échelonnée peut également être opérée entre fermes voisines, quand les prairies écologiques de plusieurs agriculteurs se touchent.

 

Dernière actualisation de cette page: 28.05.2019

Vers le haut

Publicité