Réguler la mouche de la cerise avec Naturalis-L

(25.05.2009) 

Un nouveau produit contre la mouche de la cerise est autorisé en bio depuis cette année : le Naturalis-L. Sa matière active est constituée de spores du champignon Beauveria bassiana, donc d’un microorganisme vivant. Le traitement doit donc être effectué avec tout le soin nécessaire. Vu que Naturalis-L est exclusivement efficace contre les mouches de la cerise adultes et non contre les œufs et les larves, le premier traitement doit être fait avant le début de la ponte, donc un peu avant que les cerises changent de couleur.

Des pièges jaunes doivent être installés dès la mi-mai pour observer le début du vol de la mouche de la cerise. Le premier traitement (2.4 litres de Naturalis-L pour 1000 à 1600 litres d’eau à l’hectare) est effectué environ 7 jours après le début du vol. La technique de traitement et la taille des arbres doivent être optimisées pour atteindre le point de ruissellement sur l’ensemble du feuillage de toutes les couronnes des arbres. Vu que les spores du champignon sont rapidement inactivées par les rayons UV, le traitement doit être répété tous les 7 jours jusqu’à 7 jours avant la récolte pour toucher aussi les mouches plus tardives. Il faut donc compter entre 3 et 5 traitements selon la précocité des variétés.

Un taux d’efficacité de 70 % peut être atteint quand le produit est utilisé de manière optimale, mais cela peut être trop faible en cas de très forte pression d’attaque. Il faut donc prendre d’autres mesures phytosanitaires pour réduire les populations de mouche de la cerise: récolter chaque année tous les fruits le plus tôt possible, sortir les cerises infestées du verger et ne pas les jeter sur le sol.

Naturalis-L est un bon produit pour combattre la mouche de la cerise dans les vergers basse-tige modernes ainsi que dans les vergers mi-tige bien entretenus. L’utilisation du Naturalis-L étant cependant trop chère pour les arbres haute-tige et dans les vergers mi-tige extensifs pour la production de cerises pour l’industrie, la lacune phytosanitaire caractéristique de ces vergers n’est toujours pas comblée. Le FiBL continue donc ses recherches* sur la mouche de la cerise: Il s’agit ces prochaines années de tester le recours à un ichneumon parasite pour diminuer la pression d’attaque.

Pour ses prochains essais, le FiBL cherche des cerises véreuses et des pupes de mouche de la cerise. Les producteurs et productrices qui en ont sont priés de contacter Claudia Daniel (cf. encadré ci-contre).

Pour en savoir plus :
Cerises: Comment maîtriser la mouche de la cerise

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité