Gorets : Ce qui est important lors de leur installation 

Caudophagie: Identifier et traiter le plus vite possible

La caudophagie (le fait de mordre et de manger les queues) peut apparaître dans toutes les formes d’élevages porcins. Les causes sont très diverses. C’est quand les cochons ont en permanence accès à de la paille, quand les boxes sont garnis de litière et qu’il y a des objets pour s’occuper que les risques sont les plus faibles. Les cochons doivent pouvoir exprimer leurs comportements innés, dans ce cas en particulier la recherche de nourriture et l’exploration – sinon un trouble du comportement apparaît, justement la caudophagie.

Sont donc par exemple importants la disponibilité de matériaux à fouir et de fourrages grossiers, le type et la composition de l’alimentation, l’accès à l’eau, les grandeurs des surfaces, le climat de la porcherie, la conception et l’aménagement des boxes, les problèmes sanitaires, la pression des parasitoses ainsi que la prédisposition génétique à produire une forte proportion de viande maigre.

Les différentes formes de caudophagie

La forme la plus fréquente est ce qu’on appelle la «caudophagie en deux temps». On observe des cochons qui prennent la queue de leurs congénères de box dans la gueule et la sucent. On peut parfois déjà voir les premières marques de dents sur les queues à ce moment-là. Cette manipulation orale peut provoquer des lésions de la peau avec des saignements. C’est au plus tard à ce moment-là que la queue déjà mordue devient intéressante aussi pour les autres cochons du box parce que le goût du sang attire beaucoup les cochons. Des matériaux d’occupation adéquats sont nécessaires dans ce cas.

Une autre forme est la «caudophagie soudaine et violente». Ici on a directement des blessures et ça s’observe quand les porcs doivent attendre des ressources comme p. ex. des aliments. Cela survient à cause d’une frustration. Dans ce cas il faut vérifier si la disponibilité des ressources est optimale pour les cochons (rapport animal / place d'alimentation, nombre d’abreuvoirs qui fonctionnent, surface de repos suffisante) ou s’il y a des choses à améliorer.

La troisième forme est la «caudophagie irrépressible»: Cette forme de caudophagie concerne certains animaux qui ressentent une envie morbide (maladive) et irrépressible de mordre. Les cochons sont focalisés sur la queue de leurs congénères de box et mordent relativement brièvement et violemment. Les mordeurs doivent être identifiés rapidement et séparés de leurs congénères.

Il est important de reconnaître les signes avant-coureurs de la caudophagie afin de pouvoir empêcher son apparition par exemple en vérifiant les abreuvoirs et en offrant des matériaux de diversion et des aliments alternatifs. On trouve les produits suivants parmi ceux qui conviennent: branches, pierres à lécher, pellets de luzerne, terres à fouiller et compost pour porcelets. Et le bois reste la meilleure solution pour satisfaire le besoin de mâcher.

Et si ça arrive quand même?

Les animaux qui mordent et ceux qu’ils ont blessés doivent être séparés les uns des autres, il faut désinfecter et traiter les blessures – des antidouleurs et des antibiotiques peuvent s’avérer nécessaires selon leur gravité. Les queues blessées peuvent être traitées avec du BitterSpray ou une pommade à base de goudron. Les cas de caudophagie devraient être systématiquement documentés afin de faciliter la recherche à moyen et long terme des causes spécifiques pour chaque élevage.

Le groupe de travail fonctionne

Le nouveau projet PigWatch est consacré à la question de l’identification précoce des signaux d’alarme de la caudophagie. Le FiBL a créé pour cela un groupe de travail avec des agriculteurs prêts à échanger leurs expériences dans ce domaine et à suivre l’élaboration de supports de vulgarisation. Les éleveurs et les engraisseurs qui sont confrontés à ces questions – aussi en dehors de la production porcine biologique – sont donc cordialement invités.

PigWatch-Projekt (22.4 KB)

Les personnes intéressées par ce groupe de travail (les réunions se dérouleront en allemand) sont priées de s’adresser à Barbara Früh (voir encadré ci-contre à droite). BF

 

Dernière actualisation de cette page: 10.02.2017

Publicité