Maîtriser durablement les parasites des pâturages 

Diminuer les parasitoses en gérant bien les rotations des pâturages

Dans les élevages bovins, les parasitoses sont un des principaux problèmes sanitaires et économiques. Les différentes espèces de parasites peuvent toucher soit seulement les jeunes bêtes soit toutes les classes d’âge.

Les vers parasites sont d’habitude combattus à l’aide de vermifuges de synthèse (anthelminthiques). Surtout chez les vers gastro-intestinaux, l’utilisation généralisée des vermifuges a cependant provoqué l’apparition de résistances qui diminuent fortement leur efficacité. Les vers développent des résistances d’autant plus rapidement que les vermifuges sont utilisés plus fréquemment.

Constater une attaque de parasites

Malgré de grands efforts de recherche pour trouver des traitements alternatifs contre les parasitoses, les alternatives aux antiparasitaires chimiques se limitent actuellement dans la pratique à la gestion adéquate des pâturages. L’objectif principal de la maîtrise des verminoses des animaux de pâturage n’est pas l’absence de vers mais une réduction des parasitoses à un niveau tolérable pour l’animal et l’éleveur. Le plus grand problème est celui des nématodes gastro-intestinaux (NGI). Ce sont les jeunes bovins en première période de pâturage en automne qui sont les plus touchés par ces parasites. Les symptômes typiques sont les suivants:

  • Mauvais développement général
  • Amaigrissement
  • Pelage hérissé
  • Diarrhées
  • Inappétence

Ces symptômes sont cependant aussi présents dans d’autres maladies. En cas de suspicion de verminose, il est donc absolument nécessaire de faire faire une analyse coprologique. Le FiBL dispose d’un programme d’analyse de fèces et de formulation des recommandations correspondantes. Tous les producteurs peuvent faire appel à cette prestation. Voir la page:
Maîtriser durablement les parasites des pâturages

Gestion ciblée des pâturages

Le vermifugeage des troupeaux entiers n’est en fait le plus souvent pas du tout judicieux, et il n’est utile que lorsque c’est vraiment nécessaire puisque c’est surtout pendant leur premier été au pâturage que les bovins sont très sensibles aux verminoses. Il y a normalement moins voire pratiquement pas de problèmes pendant la deuxième période de pâturage si les jeunes bovins ont eu assez de contacts avec des vers gastro-intestinaux pendant la première période de pâturage. Avec le temps, le contact avec des vers gastro-intestinaux permet en effet aux bovins de développer des défenses corporelles spécifiques. Il est donc important de particulièrement bien surveiller les jeunes bovins qui passent leur premier été au pâturage.

Des infections pulmonaires peuvent toutefois survenir à tout moment pendant la période de pâture. Les bovins sont aussi capables de développer des défenses corporelles contre les vers pulmonaires, mais elles sont limitées dans le temps. Après une longue période passée en stabulation, comme c’est souvent le cas en hiver, les bovins peuvent reperdre cette immunité. Il faut donc se rappeler que les vers pulmonaires peuvent aussi infecter des bovins qui ont déjà été plusieurs fois au pâturage. La toux peut être un symptôme d’infection par des vers pulmonaires.

Lutte directe seulement avec le vétérinaire

Dans les fermes Bio Suisse, les traitements curatifs avec des antiparasitaires chimiques ne sont autorisés que sur ordonnance vétérinaire. L’utilisation des bolus pour assurer une vermifugation de longue durée n’est en principe pas autorisée: les bolus ne peuvent être utilisés que dans les alpages et les pâturages communautaires où ils sont obligatoires. 

Pour en savoir plus:

Maîtriser durablement les parasites des pâturages (Rubrique: Bovins)

Classeur Médecine complémentaire vétérinaire  (AGRIDEA Lausanne)

 

Dernière actualisation de cette page: 12.10.2018

Publicité