Soignez-vous vos animaux avec des plantes médicinales? Faites connaître vos savoirs!

(19.01.2016) 

Un projet de recherche s’intéresse au savoir traditionnel de la paysannerie à ce sujet. Les paysannes et paysans des cantons de Vaud et de Genève sont invités à partager leurs connaissances.
Depuis toujours, les plantes ont été utilisées pour traiter ou prévenir des maladies chez les animaux domestiques, que ce soit sous forme de tisanes, de teintures, d’onguents ou de pommades. Au milieu du siècle dernier, l’avènement des médicaments de synthèse a largement fait disparaître l’utilisation des remèdes traditionnels qui étaient transmis de génération en génération. Ce savoir ancestral a malheureusement été peu documenté ; il est à craindre que nombre de ces connaissances soient perdues. C’est pourquoi, Sabrina Sousa, étudiante en pharmacie à l’Université de Bâle, va mener dans le cadre de son travail de master des entretiens en mars et avril 2016 dans les cantons de Vaud et Genève. Les paysannes et paysans qui manifestent un intérêt pour le projet seront personnellement visités.
Participez au projet !
Vous traitez par exemple vos vaches atteintes de diarrhée avec une tisane de fenouil ou de camomille ? Vous préparez vous-même une pommade à base de soucis ? Vous souvenez-vous de remèdes ou préparations médicinales qui ont été utilisés jadis pour les animaux? Avez-vous à l’esprit quelqu’un de votre parenté ou de vos connaissances qui possède encore ce savoir empirique ? Alors annoncez-vous à Sabrina Sousa (voir adresse plus bas) ou à Michaël Walkenhorst (voire encadré à droite) ! Avec les données récoltées, un inventaire des recettes sera constitué et mis à disposition de tous les participants au projet. La rédaction d’un ouvrage regroupant les recettes de toute la Suisse est prévue à long terme.
Travail effectué dans d’autres cantons
L’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL) a mené ces quatre dernières années une étude en partenariat avec l’Institut de biologie pharmaceutique de l’Université de Bâle afin de récolter et évaluer des données concernant l’utilisation de préparations maison. L’étude a déjà été effectuée dans tous les autres cantons sauf Vaud et Genève. Ce projet a été mené par plusieurs étudiantes en pharmacie (et une vétérinaire dans la partie italophone de la Suisse). A la Haute école des sciences appliquées de Zürich, Franziska Klarer a également réalisé un projet similaire dans les Grisons. Les recettes des préparations ont été rassemblées et représentées selon les différents domaines d’indication dans le livre intitulé « Jenzerwurz und Chäaslichrut ». Dans le cadre des neuf projets de recherche effectués, plus de 300 entretiens ont été menés et plus de 2500 recettes ont été répertoriées. La majorité des recettes concernait la camomille, l’ortie, la caféine, la consoude officinale ou les graines de lin. Au total, plus de 140 plantes sont utilisées pour la préparation de remèdes maison. Les domaines d’utilisation les plus nommés sont les maladies de la peau, les maladies du système digestif et les problèmes du métabolisme.
Sabrina Sousa, Université de Bâle

Contacts
Sabrina Sousa, Rte d’Yverdon 47, 1530 Payerne VD. Tél. : 062 865 04 61; mobile : 079 578 64 53 ; Courriel
(Seulement en allemand) : Michael Walkenhorst, vétérinaire au FiBL (voir encadré à droite)

Quelques recettes traditionnelles
Infusion de camomille (Matricaria recutita)
Contre la diarrhée des veaux, mais aussi pour désinfecter les plaies si on enlève le pollen en passant l’infusion à travers un filtre à café. Verser 1 litre d’eau en train de bouillir sur 5 à 7 grammes de fleurs de camomille séchées et laisser tirer 10 à 15 minutes. Faire boire avec un biberon 1 litre d’infusion tiède 2 à 3 fois par jour entre les repas. Si les veaux ne veulent pas prendre l’infusion, on peut lui rajouter un peu de sucre de raisin.

Pommade au souci (Calendula officinalis)
Vaches: en cas de peau des trayons crevassée ou de blessures aux trayons. Faire macérer 375 grammes de de fleurs de souci fraîches dans 4,5 litres d’huile de colza. Laisser tirer à 50 °C. Puis pendant plusieurs jours, faire cuire et laisser refroidir plusieurs fois. Après cela, filtrer à travers un linge, rajouter 50 grammes de cire d’abeille par décilitre d’huile de colza et réchauffer jusqu’à ce qu’elle fonde. Stocker à la cave. Appliquer trois fois par jour sur les endroits à traiter.

Café (Coffea arabica ou Coffea canephora)
Contre la diarrhée des veaux. Diluer 1 cuiller à café de café soluble dans 1,5 dl d’eau. Administrer 1 fois 1,5 dl de café. Michaël Walkenhorst, FiBL

 

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité