La récolte du soja se prépare, quelques précautions à respecter

Les exigences qualitatives des graines de soja récoltées varient en fonction de leur utilisation, dans les cas de soja alimentaire ou semence, certains points doivent être respectés.

(04.09.2019) 

Détérioration du tégument, couche extérieure du grain
Les étés secs et très chauds de ces dernières années ont avancé significativement les dates de récolte du soja. Le suivi de l’évolution de la maturité des parcelles a été rendu encore plus important pour 2 raisons principales. La première et la plus connue provient de la sensibilité des gousses de soja à éclater (déhiscence) en s’approchant du point idéal de récolte, ce qui entraîne des pertes au sol. La deuxième, et peut-être la moins évidente, se présente sous la forme d’une détérioration de la couche extérieure du grain du soja appelée le tégument. Cette fissuration du tégument est provoquée par la trop forte dessiccation des graines qui la rende plus délicate aux chocs de la récolte et du triage. Ce phénomène peut apparaître alors même que les plantes de soja sont encore vertes, spécialement lors des étés très chauds et secs. En production de semences, ces microfissures détériorent considérablement la capacité germinative d’une part, mais réduisent également la vigueur des plantes en les rendant plus vulnérables aux intempéries, aux maladies fongiques et aux lits de semence hétérogènes. La conséquence directe est une mauvaise levée du soja et une faible capacité à concurrencer les adventices. En production alimentaire, une récolte mal préparée et trop rapide entrainera des pertes de qualité à la conservation, l’apparition de moisissures, trop de résidus susceptibles de colorer le grain, avec pour conséquence un déclassement en qualité fourragère.

Réglages des engins de récolte
Lorsque le soja est battu très sec, il est important de prendre le temps nécessaire à régler la moissonneuse batteuse de manière à éviter le plus possible les chocs lors du battage et du transit du grain dans la machine, lors du chargement dans les remorques et du déchargement dans les centres collecteurs. Comme les gousses de soja ont tendance à éclater, il n’est pas nécessaire d’utiliser des réglages de battage très agressifs pour les plantes mûres et la vitesse d’avancement doit être légèrement réduite. Plus on évitera les chocs durant la récolte et le transport moins le grain sera endommagé et plus sa qualité intrinsèque sera conservée.
Il convient d’adapter les réglages des éléments de la moissonneuse-batteuse aux conditions de récolte : régime batteur, ouverture du contre-batteur, grilles de nettoyage, ventilation. Selon les recommandations de Terres Inovia (https://www.terresinovia.fr) en France et Sojaförderring (https://www.sojafoerderring.de) en Allemagne, les réglages recommandés sont :

  • Rabatteurs à griffes : vitesse égale à la vitesse linéaire machine ou jusqu’à 10 à 25% supérieure.
  • Batteur : vitesse la plus faible possible – 400 t/min
  • Contre-batteur : ouverture maximale
  • Ventilateur : puissance maximale
  • Grilles inférieure et supérieure : ouverture maximale

Comment et quand contrôler
Dès que les plantes de soja commencent à sécher, et que les graines n’ont plus la forme typique du grain de haricot, il est important d’effectuer tous les 3 jours le test dit « de la clochette » (secouer les gousses à plusieurs endroits de la parcelle) afin de vérifier si les graines sont libres dans les gousses et sonnent. Si c’est le cas, et que les graines ont entre 13,5 et 15% d’humidité, il ne faut plus attendre et entreprendre la récolte selon les indications ci-dessus. En dessus de 14% d’humidité, la récolte doit être séchée rapidement, car les graines se conservent mal et perdent leur qualité et peuvent être déclassées voire refusées.

Claude-Alain Betrix (Agroscope) et Nathaniel Schmid (FiBL)

Pour en savoir plus
Soja alimentaire, bien préparer la récolte (page interne)

 

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité