Ce site web ne supporte plus Internet Explorer 11. Veuillez utiliser un navigateur plus récent tel que Firefox, Chrome pour un meilleur affichage et une meilleure utilisation.
FiBL
Bio Suisse
Logo
La plate-forme des agriculteurs bio

Cultures associées: nouvelles connaissances et rapports 2016 sur les essais pratiques

Les essais pratiques qui ont lieu chaque année dans différentes régions de Suisse servent à améliorer en permanence la technique culturale et à adapter les cultures associées aux exigences du marché.

(12.05.2017) 


Le triticale est-il une alternative possible à l’avoine ?

Il est connu que la plante compagne idéale de la féverole ou du lupin bleu est l’avoine. Or le marché de l’avoine fourragère bio tend à la saturation. Des alternatives sont donc recherchées. Depuis 2015, le triticale est testé comme alternative possible. Voici les premiers résultats obtenus avec le triticale. Ces résultats doivent être confirmés dans les essais de 2017 :

  • Le triticale n’a pas été tout à fait aussi efficace que l’avoine de printemps en ce qui concerne le tallage, la couverture du sol, la régulation préventive des adventices et le rendement global
  • Par contre, le rendement absolu de la légumineuse à graine dans l’association a tendance à être un peu plus élevé
  • Dans les associations avec la féverole, il peut arriver que le triticale soit complètement étouffé, si la féverole a une croissance très vigoureuse. (Cela peut aussi arriver à l’avoine). Dans ce cas-là. La céréale associée joue un rôle très apprécié de sous-semis qui contribue à maintenir propre la culture.

Variétés d’avoine de printemps
Tous les agriculteurs qui peuvent utiliser pour eux l’avoine qu’ils produisent ou qui ont un marché pour le vendre peuvent bien sûr continuer à utiliser l’avoine comme plante compagne de la féverole ou du lupin.
En ce qui concerne l’avoine fourragère, les essais de ces dernières années ont montré qu’il faut recourir à des variétés tardives d’avoine de printemps (comme Zorro par exemple) pour obtenir une maturité synchronisée avec les variétés usuelles de féverole de printemps et de lupin. Or en été 2016, il fut envisagé de supprimer Zorro de la liste des variétés recommandées pour la culture biologique, sans remplacement par une autre variété aussi tardive. Les décideurs ont alors été alertés. Il reste donc à espérer que le critère suivant : « Aptitude des variétés à la culture associée », ne soit pas négligé durant les années à venir lors du choix des variétés pour les listes recommandées.  

Cultures associées de soja
Des possibilités de cultiver en associé des cultures alimentaires comme le soja, les lentilles, le lin, les pois chiches, etc, sont également recherchées. Il s’agit de contrôler ainsi le mieux possible la pression des adventices. Des cultures associées de soja sont testées depuis 2012. Les résultats suivants ont été obtenus :

  • Les plantes compagnes suivantes ont un effet de réduction des adventices : le seigle d’automne, l’avoine d’automne, le sarrasin, la caméline. Mais leur effet est très variable selon les conditions de l’année (météo, sol)
  • Un sarclage même rudimentaire de l’interligne est nécessaire (pour conserver de l’eau dans le sol à l’intention du soja)
  • Semer les plantes compagnes à 1 – 2 cm de profondeur, à une faible densité de semis
  • Rendement du soja associé : égal ou légèrement inférieur au soja en culture pure, en années avec un climat équilibré. En année très sèche, une plus forte diminution du rendement est possible. En compensation, il y a une diminution des frais de sarclage
  • La technique n’est pas encore tout à fait mûre pour la pratique. Une amélioration testée dans les essais dès 2017 est le recours à des mélanges de plantes compagnes à récolter.

Les cultures associées aident à s’adapter aux climats instables
Les cultures associées amènent une stabilité bienvenue. La plante compagne est un tuteur, elle réprime les adventices et elle représente une assurance-risque. Si une des plantes associées a souffert du gel, de l’excès de pluie ou d’une sécheresse prolongée, il reste encore l’autre plante, pas besoin de ressemer !  Grâce aux cultures associées, la production indigène de pois protéagineux et de féverole bio a fortement augmenté (50 % resp. 43 % d’auto-approvisionnement en 2015). Les cultures associées sont conçues pour fonctionner sans apport de N et avec un désherbage minimal.

Pour en savoir davantage
Cultures associées : rapports annuels sur les essais pratiques de cultures associées à base de pois, féverole et lupin bleu (sur ce site internet)
Rapports annuels sur les cultures associées à base de soja (sur ce site internet)
Informations relatives à l’essai de cultures associées à Cournillens FR (423.8 KB)  (qui sera visible le 08.06.2017 lors de la Journée suisse des grandes cultures bio)

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité