Ce site web ne supporte plus Internet Explorer 11. Veuillez utiliser un navigateur plus récent tel que Firefox, Chrome pour un meilleur affichage et une meilleure utilisation.
FiBL
Bio Suisse
Logo
La plate-forme des agriculteurs bio
Bulletin petits fruits bio 

Bulletin arbo bio

Ce bulletin informe sur le développement actuel des maladies et des ravageurs principaux ainsi que sur les possibilités de prévention et de lutte directe.

Bulletin arbo n°2 / 24.02.21

Lutte préventive contre les maladies des fruits à noyau

Dès le débourrement et jusqu'à l'ouverture des sépales, les traitements cupriques peuvent diminuer l'inoculum des bactéries. Ces traitements sont particulièrement recommandés sur pêchers, abricotiers, pruniers et cerisiers. Le cuivre est également efficace contre la cloque et la maladie criblée. Intervenir avec 500 à 750 g/ha de cuivre métal, sans oublier que le cuivre est limité à 4 kg/ha/an pour les fruits à noyau selon le cahier des charges de Bio Suisse (3 kg/ha/an Demeter).
Dès l'ouverture des sépales des abricotiers (stade croix fédérale), intervenir en préventif contre la moniliose des fleurs et des rameaux avec le mélange : Bicarbonate de potassium 4.8 kg/ha + Soufre 4.8 kg/ha + Cuivre métal 400g/ha. Lors des prochaines interventions, le cuivre pourra être retiré. Répéter la couverture avant des pluies ou en cas de fortes rosées jusqu'à la fin de la floraison.
Veiller à diminuer l’inoculum Monilia en éliminant et incinérant les sources de contamination (fruits momifiés, rameaux desséchés, chancres).

Contrôle de l’anthonome du pommier

A partir du stade B contrôler lors de belles journées ensoleillées les parcelles de pommiers à risque par un frappage. Si le seuil de 15% de présence est dépassé, prévoir une intervention au stade B-C (pointes vertes) avec Spinosad (Audienz 0.02%) lorsque les conditions sont propices à l’activité des adultes, c’est-à-dire en milieu de journée ensoleillée avec une température supérieure à 10°C.

Traitement de débourrement aux huiles

Les populations de plusieurs insectes nuisibles se développent beaucoup plus faiblement et moins rapidement après un traitement au débourrement à l’huile minérale ou végétale. Préférer l'huile végétale, non irritante et qui se dégrade plus rapidement. Cette application doit être réalisée par temps chaud, afin de toucher les œufs hivernants lorsqu’ils reprennent de l’activité. L’efficacité est également augmentée avec la quantité d’huile appliquée, mais attention celle-ci diminue avec l’avancement du stade phénologique des arbres, de façon à ne pas nuire à la végétation (risque de brûlures).  On conseille : 3,5% (56 l/ha) aux stades BBCH 51-53 (B-C) de manière à toucher l'acarien rouge, la cochenille diaspine (Pou de San José inclus), la cochinelle lécanine, la cheimatobie, les phytoptes et le phytopte du prunier ; puis 2% (32 l/ha) aux stades BBCH 54-56 (D) contre l'acarien rouge ; et enfin 1% (16 l/ha) aux stades BBCH 57-58 (D3-E) contre l'acarien rouge.
Veiller à bien répartir la bouillie sur l’arbre entier en travaillant avec un haut volume d’eau (min. 1'000L/ha), des buses fines ou en aller-retour. De cette façon, la bouillie atteindra mieux les aspérités du bois. Ne pas intervenir si risque de gelées nocturnes.
Un délai de 5 à 8 jours doit être respecté avant une autre intervention, hormis le cuivre à maximum 0.1 % qui peut être mélangé avec les huiles.

Vers le haut

Bulletin arbo n° 1 / 16.02.2021

Prévention contre le psylle du poirier

Il est important de surveiller la hausse des températures au-delà de 10°C qui annoncent la reprise d’activité des psylles. En effet si durant deux jours consécutifs la température excède cette limite, les femelles matures fécondées commencent à pondre.
Afin de protéger les poiriers, appliquer du kaolin à raison de 32 kg/ha. Deux passages en sens inverse à 16 kg/ha sont conseillés lors du premier passage de façon à optimiser la couverture du produit. Puis renouveller les applications lorsque la couverture est lessivée en respectant les 4 applications maximum par année avant le début de la floraison.
Le Surround va créer une barrière physique à laquelle les psylles vont se confronter. Ils seront alors gêner dans leur mouvance et leur ponte et se détourneront de l’arbre.

Lutte préventive contre la cloque du pêcher

Lorsque les températures s’élèvent au-dessus de 8 à 10°C, observer attentivement l’évolution des bourgeons à bois des pêchers, notamment sur les variétés précoces ou particulièrement sensibles aux attaques de cloque. Afin d’éviter l’infection, veiller au bon positionnement de l’intervention : agir au début de l’allongement du bourgeon, avant le stade B du pêcher (écartement des écailles), protéger les arbres avant l'annonce d'une pluie ou d'une période de forte humidité accompagnées de températures supérieures à 7°C. On conseille de lutter avec du cuivre à raison de 400 à 500 g de cuivre métal/ha et de renouveller l'application si besoin.

Lutte curative contre la zeuzère

Lors de la période de repos hivernal, on remarque facilement la présence des larves de zeuzère : les orifices de pénétration des larves sont marqués par de petits tas de sciure accompagnés d'écoulement de sève. Surveiller les jeunes plantations et les parcelles sensibles. Couper et brûler les organes attaqués et si besoin lutter par curetage au fil de fer dans les galeries.

Gestion du campagnol

L'hiver est le moment opportun pour lutter efficacement contre le campagnol, avant sa période de multiplication. On limite ainsi les risques de pullulation pour le reste de la saison.

Vers le haut

Publicité