Alliance Agraire: prise de position relative à la voie de la réduction des pesticides

La réalisation insuffisante des objectifs environnementaux est devenue un problème pour l'agriculture suisse. L'Alliance Agraire se félicite que la Commission de l’économie et des redevances du Conseil des Etats (CER-E) soit devenue proactive dans la voie de la réduction des pesticides.

(31.05.2020) 

Le 17 mai 2020, la procédure de consultation pour l'initiative parlementaire  « Réduire le risque de l'utilisation de pesticides » présentée par la Commission de l’économie et des redevances du Conseil des Etats (CER-E) a terminée. L'Alliance Agraire regroupe 19 organisations des milieux des consommateurs-trices, de la protection de l'environnement et des animaux ainsi que de l'agriculture, entre autres Bio Suisse. Elle considère une voie de réduction comme instrument efficace et équitable pour l'agriculture. La voie de réduction permet de trouver des solutions innovantes et encourageant l’esprit d’entreprise pour réduire l'impact environnemental de la production alimentaire, selon le communiqué de presse. L'Alliance Agraire se félicite donc de l'initiative parlementaire « Réduire le risque de l'utilisation de pesticides », mais souligne dans sa prise de position l'importance de fixer des objectifs mesurables et ambitieux.

Dans sa prise de position relative au projet de loi, l’Alliance Agraire insiste notamment pour :

  • que des objectifs de réduction d'au moins 50% d'ici 2027, 70% d'ici 2035 et 90% d'ici 2040 soient inscrits dans la loi sur l'agriculture ;
  • que la mesure de la réalisation des objectifs soit fondée sur des indicateurs scientifiquement étayés et des données précises sur la toxicité et l'exposition 
  • car la création d'un système d'information centralisé pour toutes les applications commerciales et professionnelles est non seulement judicieuse mais aussi attendue depuis longtemps ;
  • que la notion d’interprofession soit définie de manière à ce que les organisations de labels et de producteurs puissent également être soumises à cette obligation ;
  • que la trajectoire de réduction favorise les activités permettant d'atteindre des objectifs tels que « agriculture suisse sans pesticides » ou « culture céréalière suisse sans pesticides », « culture fruitière réduit les risques de 50% » ou « augmenter la proportion de vin biologique dans les Grisons » ;
  • que la Confédération examine la réalisation des objectifs deux ans avant l'échéance et, si nécessaire, prenne des mesures supplémentaires.

Si les objectifs ne peuvent être atteints, l'Alliance Agraire propose, entre autres, une taxe d'incitation sur les pesticides basée sur la toxicité. L'Alliance Agraire est convaincue que la trajectoire de réduction aidera l'agriculture à faire face aux exigences nombreuses et variées.

Source: Communiqué de presse de l'Alliance Agraire du 15 mai 2020


Pour en savoir plus
Communiqué de presse de l'Alliance Agrarie (38.1 KB)
Politique (site web de Bio Suisse)

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité