Des espaces vert BIO 

Réduction de l'usage de tourbe dans les cultures horticoles

Intensifier la réduction de l'usage de tourbe

La consommation réduite de tourbe pour la production de plantes ornementales biologiques est standard. Mais la production sans tourbe est un défi majeur, car la tourbe combine de nombreux avantages chimiques et physiques.

L'extraction de tourbe est interdite en Suisse depuis 1987. En 2012, le Conseil fédéral a approuvé le concept d'abandon progressif de la tourbe. À l'heure actuelle, les fermes Bourgeon sont autorisées à utiliser un volume maximal 50% de tourbe dans les cultures en pot. Le groupe spécialisé "Plantes ornementales" de JardinSuisse s'est mis d'accord sur une part de tourbe de 70 pour cent en volume. D'ici 2030, les deux associations auront fixé leurs propres objectifs de réduction de tourbe.

Bien que la consommation réduite de tourbe en production de plantes ornementales biologiques soit la norme, la production sans tourbe demeure un défi majeur car la tourbe combine de nombreux avantages chimiques et physiques. Il s'agit en effet d'un substrat de base à faible pH, qui ne contient pas de sels, ne lie pas l'azote et a une bonne capacité de rétention d'eau. Pour la culture dans des substrats sans tourbe ou à teneur réduite en tourbe, l'équilibre nutritif doit donc être contrôlé à l'aide d'échantillons de sol, en particulier avant et pendant la phase de croissance principale. Les substrats à forte teneur en fibres de bois retiennent moins bien l'eau, il est donc conseillé d'arroser plus fréquemment, mais à petites doses. Le choix d'engrais complexes azotés réduit le risque de salinisation, le phosphate et le potassium étant déjà suffisamment présents dans les composants de substitution de tourbe ligneuse. Le rincage à l'eau agit comme une intervention rapide si la teneur en sel est trop élevée.

Les conditions de production biologique sont d'autant plus exigeantes que les engrais organiques/biologiques réagissent lentement et doivent d'abord être minéralisés. Cette décomposition en substances disponibles pour les plantes est entreprise par les microorganismes, qui ne sont actifs qu'à partir de 12 degrés de température. Kathrin Huber

Pour davantage d'informations

Abandon de la tourbe (Site de l'OFEV)

GSH produit des plantes ornementales sans tourbe

Dans l'école d'horticulture de Hünibach, les plantes ornementales seront produites dès ce printemps sans tourbe. Le chef de production Thomas Schmutz explique dans cette interview, qu'est-ce que cela signifie, quels défis s'imposent et pourquoi une telle démarche est entreprise.

L'été dernier, l'école d'horticulture de Hünibach a mené en partenariat avec Jardin Suisse, des essais de production de plantes sans tourbe. La raison : la tourbe est un produit ingénieux d'un point de vue horticole car il offre beaucoup aux plantes. Cependant, sa dégradation est associée à d'importants dommages environnementaux et détruit d'immenses zones et biotopes. Il lie également une grande quantité de CO2, qui est libérée dans l'atmosphèrelors de sa dégradation..

L'extraction de tourbe est interdite en Suisse
En Suisse, l'extraction de tourbe est bien interdite depuis 1987. Maintenant, le gouvernement fédéral veut aussi réduire l'importation et l'utilisation de la tourbe. C'est pourquoi des essais ont été menés l'année dernière en collaboration avec Jardin Suisse, l'Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL) et Ricoter. Dix pépinières de plantes ornementales, dont l'école horticole de Hünibach, ont participé à ces essais.

Plantes de massif et de balcon produites sans tourbe – qu'est-ce cela signifie?
Les vivaces vivaces sont produites sans tourbe à l'école horticole de Hünibach depuis un certain temps (à quelques exceptions près). Vient ensuite la conversion complète de la production des plantes ornementales. Thomas Schmutz, responsable de la division plantes ornementales et responsable de la formation dans ce domaine, explique ce que cela signifie en pratique.

Produire des plantes de massif et balcon sans tourbe – qu'est-ce que cela signifie ?

Les plantes vivaces sont produites sans tourbe à l'école horticole de Hünibach depuis un certain temps (à quelques exceptions près). Vient ensuite la conversion complète de la production des plantes ornementales. Thomas Schmutz, responsable de la division plantes ornementales et responsable de la formation dans ce domaine, explique ce que cela signifie dans la pratique.

La conversion à la production sans tourbe pour l'école d'horticulture de Hünibach ?
Thomas Schmutz : Pour nous, la conversion de l'ensemble de la production de plantes ornementales est un "sacré défi". Les coûts des substrats sont plus élevés et le travail prend plus de temps. Nous devons mettre en pot différemment, arroser différemment et nous approcher les paramètres optimaux.

Qu'est-ce qui rend la tourbe si précieuse dans les substrats ?
La tourbe en tant que composant de substrat apporte une stabilité structurelle et joue un rôle de tampon. Elle est également pratique car disponible en différentes granulométries. Il est donc possible d'ajouter divers autres composants à la tourbe et de la mélanger dans un excellent milieu de culture. Les jardiniers l'apprécient beaucoup parce qu'elle augmente la fiabilité et la prévisibilité du processus de culture.

L'année dernière, les premiers essais ont eu lieu à l'école horticole de Hünibach, où une partie des plantes d'été ont été produites sans tourbe. Quels enseignements en avez-vous tirés ?
Nous travaillons avec des substrats à teneur réduite en tourbe depuis des années. Le substrat d'essai de l'an dernier ne contenait alors aucune tourbe. Nous avons été très surpris lorsque nous avons remarqué que les temps de culture étaient plus longs, mais que les plantes étaient plus petites. Soit dit en passant, toutes les fermes d'essai ont eu cette expérience. Nous avons commencé à repenser le substrat et la fertilisation - et nous nous sommes demandés : et après ? Une autre expérience ? Ou est-ce qu'on est en train de tout changer ? Nous avons vite compris que nous allions faire demi-tour et apprendre à marcher sur l'eau.

À quoi ressemble votre mélange de substrat aujourd'hui ?
Actuellement, notre mélange de substrat est composé de 35% de tourbe de coco, 30% de compost d'écorce, 20% de tourbe de substitution organique grossière de fibres de bois, 10% de fibres de coco, 5% de perlite, avec l'addition d'un kilogramme de Ricokalk et 0,4 kilogramme de soufre par mètre cube. Ce mélange de substrat spécial est produit pour nous par Ricoter. Le substrat n'est pas fertilisé à l'usine parce que nous avons des périodes de traitement trop longues. Un stockage plus long peut entraîner la salinisation.

Avez-vous apporté des changements au mélange de substrats depuis l'an dernier ?
Par rapport au mélange testé l'an dernier, nous avons renoncé à la terre. C'est pourquoi nous avons ajouté des fibres de coco pour augmenter la capillarité et de la perlite pour augmenter le volume des pores. Nous avons également dû adapter la fertilisation : à l'heure actuelle, nous fertilisons avec 2 kilogrammes de fiwo plant, 0,7 Kilogramm DCM Extralong et 0,4 kilogrammes de DCM 3 par mètre cube.

Sans tourbe et biologique, à quoi ressemble la fertilisation dans votre production de plantes ornementales ? Quel est le défi ?
Le défi réside dans l'inertie des engrais organiques. Ils doivent d'abord être minéralisés. Ceci est fait par des micro-organismes qui ne sont actifs qu'à partir d'une température du sol de 12 degrés Celsius. C'est pourquoi les engrais organiques ne deviennent efficaces qu'à cette température, c'est-à-dire que les micro-organismes qui transforment les substances organiques en substances disponibles pour les végétaux ont besoin de cette température. Les engrais conventionnels, par contre, sont déjà minéralisés et fonctionnent donc immédiatement.

Comment faites-vous cela dans la pratique ?
Nous observons, mesurons le substrat et interprétons les résultats - cela fait maintenant partie de notre vie quotidienne. Si la plante présente une carence, il est presque trop tard, même si nous disposons maintenant d'engrais liquides considérablement améliorés, autorisés en culture biologique, comme "Amino Basic" de Biocontrol. Mais même les engrais liquides organiques ne sont jamais disponibles aussi rapidement qu'un produit conventionnel. En tant qu'horticulteurs biologiques, nous devons penser à l'avenir et agir avant qu'une pénurie ne se manifeste. Ce n'est pas facile, surtout pendant les périodes de transition, lorsque les températures des cultures sont nettement inférieures à celles requises pour la minéralisation.

Quel est le principal problème de la production sans tourbe ?
Nous avons constaté que les plantes cultivées sans tourbe peuvent être arrosées très différemment. C'est d'autant plus vrai à l'école d'horticulture de Hünibach, où l'arrosage et le rempotage sont effectués presque exclusivement à la main, y compris par nos élèves. Cela commence déjà par l'arrosage après l'empotage : jusqu'à présent  nous avions essayé d'écarter le plus possible les arrosages, à présent nous arrosons deux fois plus mais avec de plus petites quantités. En effet le substrat sans tourbe a une capacité de rentention de l'eau plus faible.

Quelle est la conclusion que vous tirez de vos expériences passées ?
Nous allons dans une nouvelle direction, et nous n'en sommes qu'au début. Mais c'est un bon moyen. Nous voulons appliquer le slogan de Jardin Suisse : "Nous laissons la tourbe là où elle est produite". Ce faisant, nous contribuons à un monde plus sain.

Comment pourrions-nous continuer dans cette voie ?
Nous sommes à l'affût de nouveaux produits qui nous aideront à aller de l'avant. Nous cherchons des alternatives aux composants des substrat qui sont écologiquement intéressants. Le chanvre, par exemple, est très prometteur parce qu'il se lie très peu à l'azote, alors que les plantes en ont besoin. Cependant, il pourrait être problématique de cultiver le chanvre sur des superficies trop importantes. Nous observons également des expériences avec le roseau ou le maïs. Toutefois, avec le maïs, nous sommes en concurrence avec les biocarburants, l'alimentation animale, et surtout, avec l'industrie alimentaire.

Que disent vos élèves à ce sujet ?
Bien sûr, ils sont conscients de ce que nous faisons ici, et nous le leur communiquons aussi. De nombreux apprentis complètent leur formation chez nous parce que c'est exactement ce qu'ils veulent : coopérer avec la nature. De telles expérimentations sont bien sûr passionnantes, même pour eux.

Y a-t-il d'autres essais ?
Par rapport à l'année dernière, nous avons, pour ainsi dire, inversé la situation. Nous menons actuellement des expériences avec des bio-substrats à base de tourbe, parallèlement à la production sans tourbe, à titre de contrôle. Bien sûr, nous sommes toujours à la recherche de produits ressemblant à de la tourbe, de nouveaux engrais, en fait tout ce qui nous aide dans la production biologique, nous faisons les expérimentons.

Pourquoi l'école horticole de Hünibach s'engage-t-elle dans ce type de développement ?
Bien que le secteur horticole ne consomme qu'une très faible proportion de la tourbe extraite dans le monde, nous devons néanmoins assumer notre responsabilité. Il y a effectivement des alternatives, et nous voulons les mettre en évidence. Par notre engagement, nous faisons un travail de pionnier et nous voulons donner le bon exemple. En tant que "Think Tank" pour la production biologique, nous développons des connaissances qui doivent être accessibles à tous - non seulement à nos apprentis, mais aussi aux autres horticulteurs et jardiniers professionnels. En tant qu'atelier de formation du canton de Berne, il est également important pour nous de tirer le meilleur parti possible de chaque franc qui nous est confié pour le bénéfice de tous.

Auteur: Claudia Fahlbusch

Pour davantage d'informations

Ecole horticole de Hünibach (Site externe en allemand)

 

Dernière actualisation de cette page: 04.12.2019

Publicité