Ce site web ne supporte plus Internet Explorer 11. Veuillez utiliser un navigateur plus récent tel que Firefox, Chrome pour un meilleur affichage et une meilleure utilisation.
FiBL
Bio Suisse
Logo
La plate-forme des agriculteurs bio

Il n’est pas question de retarder la politique agricole

Avant le débat, Bio Suisse s’était prononcée pour l’entrée en matière et contre le renvoi de la Politique agricole 2022+ (PA22+). Cette décision de suspension renforce la menace d’un acte d’autorité du peuple – c.-à-d. un oui aux initiatives en suspens. Bio Suisse exige d’arrêter les chamailleries politiques pour chercher des solutions aux problèmes pressants.

(21.08.2020) 

Les familles paysannes ont besoin de sécurité de planification. Urs Brändli, le président de Bio Suisse, dit à ce sujet: «Les problèmes causés par les pesticides, les surplus d’éléments nutritifs, les importations d’aliments fourragers concentrés et les déficiences dans le domaine du bien-être animal sont connus et doivent être résolus. La décision de suspension de la Commission du Conseil des États risque d'amener le Souverain à se saisir du sujet. Et au lieu d’une bienvenue continuité dans le développement de la politique agricole, les paysans doivent s’attendre à des insécurités et à des modifications imprévisibles.»

La Fédération des productrices et producteurs biologiques suisses exige maintenant une correction de cette décision par les instances supérieures du Parlement. La mise en oeuvre de la Trajectoire de réduction Pesticides exigée par l’initiative parlementaire du Conseil des États doit maintenant être poursuivie sans délai. Les votations sur les initiatives «Pour une eau potable propre» et «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse» doivent être reportées aussi longtemps que nécessaire pour que les citoyennes et les citoyens puissent tenir compte des résultats des débats parlementaires et ne pas voter les yeux fermés.

Ancrer les améliorations de la politique agricole au plus vite

Il n’est en effet pas question de retarder la politique agricole pendant des années. Il s’agit maintenant d’ancrer au plus vite les améliorations de la politique agricole. Les exigences du postulat de la comission de l’économie et des redvances du conseil des états (CER-E) doivent être intégrées au plus vite dans la PA22+, et le reste devra être repris dans la PA suivante. Le Conseil fédéral est appelé à proposer sans tarder tout ce qui est faisable. Il faudra en même temps réorienter la promotion des ventes et la recherche en fonction d’une agriculture de plus en plus durable – en accord avec ce «Swiss Green Deal» qui a pris tellement de retard.

L’agriculture biologique peut fournir une contribution importante à la solution des problèmes. C’est d’ailleurs ce que reconnaît et encourage l’UE avec sa nouvelle stratégie «De la ferme à la table» qui prend place dans le cadre du «Pacte vert pour l'Europe» et qui pèse 1 milliard d’euros. La Suisse se retrouve donc au pied du mur : les produits européens deviennent plus écologiques et plus respectueux des animaux, ce qui enlève toujours davantage d’arguments en faveur de la consommation de produits suisses.

Communiqué de Bio Suisse du 21 août 2020 (213.3 KB)


Pour en savoir plus
Communiqué de presse de la CER-E du 21 août 2020 sur la suspension des trauvaux sur la politique agricole 22+ (site web de l'Assemblée fédérale)
CER-E: postulat de commission « Orientation future de la politique agricole » (site web de l'Assemblée fédérale)
Politique agricole 2022+ : Oser plus de bio dans la production, la recherche et la consommation (site web de Bio Suisse)

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité