Ce site web ne supporte plus Internet Explorer 11. Veuillez utiliser un navigateur plus récent tel que Firefox, Chrome pour un meilleur affichage et une meilleure utilisation.
FiBL
Bio Suisse
Logo
La plate-forme des agriculteurs bio

Les professionnels ont de plus en plus d'intérêt pour le compost et la permaculture

Le compost commence par une bonne gestion de la collecte des déchets organiques. En effet, un bon nombre de matières indésirables se retrouvent dans les collectes des voiries et posent problème tout au long de la chaine de traitement. Il faut les éliminer le mieux possible.

(28.11.2016) 

Puis il faut gérer correctement le procédé de compostage. La température, le taux d’humidité et la teneur en oxygènes sont les trois facteurs clés pour la permettre un processus de compostage adéquat. Des analyses chimiques de base nécessitant un matériel technique élémentaire ainsi que de simples biotests peuvent être réalisés à la compostière. Ces analyses donnent rapidement des informations sur la qualité du compost, en particulier l’analyse de la teneur en nitrate du compost.

Rapport nitrate/azote minéral
Il est conseillé à à un agriculteur utilisant un compost de déchêts verts de demander à la compostière un résultat d'analyse de ce rapport. En effet, ce rapport augmente pendant le compostage, passant d'une valeur proche de 0 à environ 1. Des composts peu mûrs et pouvant avoir un effet de blocage du N dans le sol présentent habituellement des rapports inférieurs à 0,4. Ce type de compost ne devrait être utilisé que si une fertilisation azotée complémentaire (par ex. du lisier) peut être apportée. Un compost ayant un rapport nitrate/azote minéral supérieur à 0.4 ne devrait pas poser de problèmes. La valeur 0.4 signifie que 40 % de l’azote minéral se trouve sous la forme de nitrate.

Pour en savoir davantage
www.biophyt.ch (Site internet externe)
Fertiliser avec du compost de déchets verts sans bloquer l'azote du sol (sur ce site internet)

La permaculture
La permaculture appliquée à l'agriculture s’appuie sur trois principes fondamentaux:

  • Prendre soin de la terre
  • Prendre soin de l’humain
  • Produire en abondance tout en partageant équitablement.

Il s’agit d’une approche globale, basée sur l’observation du milieu et des interactions qui s’y passent pour mieux valoriser et intégrer les ressources qui s’y trouvent. Cela passe par la construction d’un concept de mise en culture d’une parcelle qui est unique et particulier à chaque parcelle. Ce concept peut-être travaillé à l’aide de la méthode OBREDIM, qui signifie Observation, Bordure, Ressources, Eléments, Design, Implémentation, Maintenance. Ces 7 piliers assurent la viabilité du système permacole mis en place sur la parcelle en question. Plusieurs projets de permaculture sont actuellement en voie de réalisation en Suisse. Depuis 3 ans, un projet de permaculture, piloté par le Service de l'agriculture du Canton de Vaud (SAVI) et le FiBL, a été mise en place à Marcelin (Vaud).

Pour en savoir davantage
La permaculture (site internet externe)

Pas moins de 40 professionnels étaient présents à Marcelin (Morges, Vaud) le 11 novembre 2016 pour participer au cours du SAVI et du FiBL sur le compost et la permaculture.

Mélanie Nicolet et Hélène Bougouin, FiBL

 

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité