Points importants

Le texte de cette page provient de la fiche technique du FiBL «Maladie de la langue bleue». Elle peut être téléchargée gratuitement ou être commandée pour le prix de 3 francs en suivant le lient suivant: Fiche technique «Maladie de la langue bleue» (Boutique du FiBL).

Introduction

La maladie de la langue bleue (Bluetongue disease) est une épizootie hautement contagieuse dont l’annonce est obligatoire. Elle touche avant tout les ovins et les bovins. La maladie est transmise par un petit moucheron. Une campagne de vaccination obligatoire des bovins, des ovins et des caprins a été lancée au début juin en Suisse. La prévention mise non seulement sur la vaccination, mais aussi sur la réduction drastique des piqûres du moucheron vecteur.

La maladie de la langue bleue est une épizootie qui fait l’objet de directives étatiques. Les mesures à prendre sont les mêmes pour les fermes bio et non bio. Les fermes qui refusent de faire vacciner leurs bêtes devront subir non seulement des contrôles renforcés et plus fréquents selon la libre appréciation du vétérinaire cantonal, mais aussi des restrictions massives des déplacements des animaux.

Vers le haut

Description de la maladie

La maladie de la langue bleue (autres noms: fièvre catarrhale ovine, FCO, fièvre catarrhale maligne du mouton, fièvre catarrhale du mouton) est une maladie virale transmise par des moucherons (petits moustiques). Le virus compte 24 sérotypes qui provoquent des symptômes plus ou moins graves. En Suisse, la maladie de la langue bleue est classée parmi les épizooties hautement contagieuses, donc elle est soumise aux consignes étatiques de contrôle et de lutte (Ordonnance sur les épizooties, art. 239a–239h).
Ordonnance sur les épizooties (Recueil systématique de la législation fédérale)

La maladie de la langue bleue est originaire des régions tropicales et subtropicales. Le sud de l’Europe a eu ses premiers cas en 2000, et la maladie se manifeste en Hollande, en Belgique et en Allemagne depuis 2006.

Les ovins et les bovins sont les plus touchés
La langue bleue touche surtout les ovins et les bovins, mais d’autres espèces de ruminants domestiques et sauvages peuvent être infectées. Les moutons sont habituellement les plus fortement touchés avec une létalité (taux de mortalité parmi les moutons infectés) pouvant atteindre 30 pour-cent. Les cas survenus en Europe centrale étaient causés par le sérotype 8 et touchaient souvent très durement les bovins.

Vers le haut

Transmission

La maladie de la langue bleue est transmise exclusivement par un petit moucheron du genre Culicoïdes qui mesure 1 à 3 mm. La transmission directe d’un animal à l’autre est impossible.

Les moucherons culicoïdes présents dans notre pays peuvent aussi transmettre la maladie. Ces moucherons sont principalement actifs en terrain découvert et depuis le crépuscule jusqu’à l’aube. Leur activité diminue fortement lorsque les températures descendent en-dessous de 12 °C, mais on en trouve encore jusqu’en novembre. Il est probable qu’un moucheron qui a ingéré du sang d’un animal contaminé restera contagieux durant toute sa vie.

Bien que ces moucherons aiment rester au même endroit et ne se déplacent d’eux-mêmes que sur de courtes distances, ils peuvent être transportés par le vent sur plus de 200 kilomètres, propageant ainsi le virus très loin à la ronde.

Pour se multiplier, ces moucherons ont besoin d’endroits humides et riches en nutriments (boue, jus d’écoulement de silo ou de fumier) pour y déposer leurs œufs.

Vers le haut

Symptômes de la maladie

Symptômes chez les bovins

  • Au début: fièvre, manque d’appétit.
  • Inflammation des muqueuses avec saignements et lésions du mufle et des muqueuses, salivation mousseuse.
  • Paupières enflées, yeux larmoyants.
  • Œdèmes, rougeurs et lésions de la mamelle et des trayons.
  • Inflammation du bourrelet coronaire provoquant des boiteries.

Symptômes chez les ovins

  • Au début: fièvre, apathie, s’écarte du troupeau.
  • Inflammation des muqueuses avec formation de croûtes et/ou coloration bleue de la langue, de la muqueuse buccale et du nez.
  • Œdèmes à la tête et salivation mousseuse.
  • Inflammation des onglons provoquant de fortes boiteries.
  • Troubles de la fécondité, avortements.

Symptômes chez les chèvres

Les chèvres peuvent être infectées, mais elles ne développement généralement pas de symptômes.

Déroulement de la maladie
Les premiers symptômes apparaissent 5 à 12 jours après la piqûre du moucheron. La maladie dure ensuite 10 à 14 jours. La plupart des animaux finissent par se rétablir lentement de cette grave et pénible maladie, et le vétérinaire peut ordonner des traitements de soutien. Le virus reste cependant contagieux et capable de se multiplier pendant 50 jours et plus dans le sang de l’animal hôte.

Vu que le principal réservoir du virus est constitué par la population de moucherons, l’élimination des animaux à onglons porteurs du virus ne sert à rien. Seuls les animaux très gravement malades doivent donc être abattus.

Symptômes semblables dans d’autres maladies
Les mêmes symptômes pouvant aussi apparaître dans d’autres maladies, il est nécessaire d’appliquer un diagnostic différentiel tenant compte de la fièvre aphteuse, de la fièvre catarrhale maligne, de la DVB, de la clavelée et de l’ecthyma contagieux du mouton, mais aussi des empoisonnements par des substances végétales.

Vers le haut

En cas de suspicion, avertir immédiatement le vétérinaire

Si la maladie de la langue bleue est suspectée, il faut avertir immédiatement le vétérinaire. Des échantillons de sang doivent être prélevés pour pouvoir confirmer le diagnostic à l’aide d’une analyse décelant la présence d’anticorps et de virus. Un séquestre simple de premier degré sera prononcé, ce qui signifie que les animaux ne doivent pas quitter la ferme sans autorisation et qu’une zone de protection de 20 kilomètres de rayon est définie. Les animaux doivent être établés dans des locaux protégés contre l’intrusion des moucherons, et des mesures doivent être prises pour lutter contre les moucherons. En cas d’épizootie, c’est le vétérinaire cantonal qui définit les autres mesures qui doivent être prises.

Vers le haut

Prophylaxie

Vaccination
Une campagne de vaccination ordonnée par les autorités a démarré en Suisse en juin 2008 (Ordonnance d’application de l’art. 239g de l’Ordonnance sur les épizooties). Tous les bovins, ovins et caprins non alpés âgés de plus de trois mois ont été vaccinés. Alors que les bovins doivent recevoir deux doses de vaccin à un mois d’intervalle, les moutons et les chèvres ne doivent être vaccinés qu’une seule fois. Les animaux alpés n'ont été vaccinés qu’à leur retour en plaine parce que les moucherons vecteurs ne se trouvent pas en altitude. Tous les animaux ont reçu un rappel annuel. Les coûts ont été supportés conjointement par la Confédération, les cantons et les éleveurs.

Homéopathie
En Hollande, des expériences positives ont été faites avec Cantharis C200, mais il n’y a bien sûr aucune garantie de pouvoir empêcher l’apparition de la maladie.

Lutte contre les moucherons vecteurs
L’objectif principal est de protéger les animaux contre les piqûres des moucherons vecteurs.

  • Ces moucherons vivent principalement en terrain découvert. Les animaux devraient être rentrés pour la nuit parce que les moucherons sont surtout actifs depuis le crépuscule jusqu’à l’aube.
  • Ils recherchent quand même des endroits chauds quand les températures extérieures descendent, donc il est recommandé de poser des moustiquaires aux fenêtres des stabulations.
  • Maintenir l’environnement des animaux aussi propre et sec que possible pour que les moucherons ne trouvent pas de lieux de ponte adéquats. Assécher les endroits marécageux ou boueux. Éviter les pâturages humides ou les assécher.
  • Favoriser les antagonistes naturels comme les hirondelles.
  • L’efficacité des insecticides et des insectifuges contre les moucherons du genre Culicoïdes est encore mal connue. Pour les fermes bio, on recommande des produits à base de pyréthrines comme le «Bio pour on Insekt Blocker» de Gisga (voir la Liste des intrants 2009 du FiBL). Il n’y a pas de délai d’attente pour ce produit. D’autres produits peuvent être utilisés sur ordonnance vétérinaire, mais leur efficacité se limite aussi à une réduction des piqûres.
    Liste des intrants (FiBL-shop)
  • Vu qu’il n’y a pas de protection absolue contre les piqûres, utiliser des insectifuges sans prendre des mesures adéquates pour supprimer les lieux de ponte est peu utile.

Vers le haut

Traitement

Il n’y a pas de traitement spécifique contre ce virus. Les animaux visiblement malades mais qui ne doivent pas être abattus pour des motifs de protection des animaux peuvent recevoir un «traitement symptomatique», p. ex. avec des antalgiques (médicaments contre la douleur). Plusieurs médicaments homéopathiques (Arsenicum C30, Mercurius C30, Borax C30, Acidum Nitricum C30, Lachesis C30) peuvent être utilisés pour essayer d’atténuer les symptômes, mais il faut rester prudent quant aux perspectives de guérison.

S’il y a des animaux positifs dans un troupeau, on peut essayer de prévenir la maladie en recourant à Cantharis C200.

Important: Toutes les interventions thérapeutiques doivent être convenues avec le vétérinaire!

Le texte de cette page provient de la fiche technique du FiBL «Maladie de la langue bleue». Elle peut être téléchargée gratuitement ou être commandée pour le prix de 3 francs en cliquant sur le lien suivant: Fiche technique «Maladie de la langue bleue» (Boutique du FiBL).

Vers le haut

Publicité