Élevages porcins en plein air Producteurs de porc bio cherchent une race que l’on peut affourager avec ce qu’il y a sur l’exploitation 

Commercialisation des porcs d’alpage: Prendre seulement des bêtes bio

 

Dernière actualisation de cette page: 01.06.2012

De nombreux alpages engraissent des porcs pour pouvoir mettre en valeur le petit-lait. Pour les alpages fromagers labellisés Bourgeon, le Cahier des charges de Bio Suisse exige que les responsables des alpages n’achètent que des gorets bio ou de reconversion. L’achat de ces animaux renchérit certes le début de l’opération, mais cela permet de commercialiser les porcs d’alpage avec le Bourgeon et les prestations correspondantes de Bio Suisse.

Considéré comme hobby jusqu’à trois porcs

L’engraissement est considéré comme un hobby si l’alpage ne compte pas plus de trois porcs, et il est possible d’acheter des gorets provenant d’élevages non bio. La viande de ces porcs ne peut cependant être utilisée que pour l’autoapprovisionnement et ne peut pas être commercialisée. Toute vente en dehors de l’exploitation est considérée comme une commercialisation. Il est possible de fournir des produits des élevages d’agrément à des personnes qui font partie de l’exploitation puisque ce n’est pas de la commercialisation au sens où l’entend le Cahier des charges de Bio Suisse.

L’alimentation et les conditions d’élevage des porcs d’agrément et d’autoapprovisionnement doivent aussi respecter intégralement le Cahier des charges de Bio Suisse, mais il n’y a pas besoin de tenir un journal d’élevage et la provenance des gorets n’est pas vérifiée.

Réglementation pour les alpages non bio

Les gorets fournis par des fermes bio pour l’estivage sur des alpages non bio peuvent provenir d’élevages non bio. Il est ensuite possible de reprendre dans sa propre ferme des porcs d’une exploitation d’estivage non Bourgeon, mais l’alimentation et les conditions d’élevage pratiquées dans sa propre ferme doivent respecter le Cahier des charges de Bio Suisse.

Pour en savoir plus

Règlements «Séjours des animaux hors des fermes bio» et «Alpage et estivage»

La réglementation bio

Publicité