Engraissement des veaux sans antibiotiques: Des fermes bio novatrices montrent comment ça marche Intégration douce dans les troupeaux en stabulation libre 

Caresser les veaux influence positivement la qualité de la viande

Les élevages de vaches mères sont associés d’un côté à la notion d’élevage respectueux des animaux et de l’autre avec des animaux plus agressifs. Les comportements nerveux et les réactions de stress des animaux sont le plus souvent causés par la peur de l’homme. Toutes les fermes devraient donc chercher à établir de bonnes relations homme-animal, car elles forment la base d’un travail sans stress avec les animaux.

Intervenir très tôt après la naissance

Un essai conjoint du FiBL et de l’EPFZ a étudié la question de savoir s’il est possible de poser chez les veaux encore jeunes, et plus précisément juste après leur naissance, une «première pierre» pour fonder une relation positive avec l’homme et si oui combien de temps sont effet dure-t-il. Pour cette étude, une trentaine de veaux Natura-Beef d’une ferme de la pratique ont été répartis en deux groupes. Un des groupes a reçu 6 fois au cours des 4 premières semaines de vie 2 x 10 minutes par jour de manipulations apaisantes basées sur la méthode «Tellington TTouch», tandis que l’autre groupe était privé de ce traitement supplémentaire. Les trois premiers traitements ont été effectués le 2ème, le 3ème et le 4ème jour après la naissance. L’éventuelle influence positive du traitement sur les animaux a été étudiée par des observations comportementales à la ferme et à l’abattoir. L’évaluation des réactions symptomatiques de stress s’est aussi basée sur des analyses d’échantillons de viande et de sang prélevés lors de l’abattage.

Les animaux traités sont plus confiants

Les résultats montrent que les animaux traités de cette manière adoptent une plus petite distance de fuite à l’égard d’une personne inconnue et même qu’ils s’en approchent plus volontiers spontanément. À l’abattoir aussi, les animaux ainsi traités avaient dans le box d’étourdissement moins tendance à détourner la tête à la vue de l’assommeur. Les échantillons prélevés après l’abattage sur le groupe traité contenaient aussi de plus faibles concentrations de cortisol dans le sang et présentaient des valeurs de cisaillement plus basses (ces valeurs servent à estimer la tendreté de la viande). Tout cela montre que l’habituation précoce au contact humain positif peut diminuer les réactions symptomatiques de stress des animaux, durer plus de huit mois et se retrouver à l’abattage. Cette étude montre donc que le fait d’habituer les animaux au contact avec l’homme quand ils sont tout jeunes comporte des avantages de grande portée.

 

Pour en savoir plus

La méthode Tellington TTouch (Site internet externe)

 

Dernière actualisation de cette page: 11.10.2011

Publicité