Poulet 

Bétail de boucherie

Coop reste le plus important acheteur sur le marché des bétails de boucherie Bourgeon. A côté des porcs et le Natura Beef Bio, Bell - en tant que le seul acheteur important - prend aussi des veaux et agneaux et vend la viande sous le Bourgeon et le Label Naturaplan.

Migros est une achteuse importante de porcs et vaches bio et titulaire du célèbre Label Boeuf Bio de Pâturage. 

En plus, environs 30 boucheries et plus que 500 exploitations qui font de la vente directe apportent leur contribution à la vente de la viande bio. Le tableau ci-dessus présente les animaux destinés au commerce de détail ou aux bouchers licenciés. En plus, 13'880 animaux des fermes Bio Suisse dans la catégorie "bétail" et environs 9'000 porcs ont été abattus dans des petits abattoirs et même 14'000 brébis. 6700 chèvres biologiques ont été abattues presque uniquement dans les fermes régionales.

Veau bio

Au cours des dernières années, le nombre d'abattages de veaux biologiques a légèrement diminué. l'offre de veaux est soumise à de fortes fluctuations saisonnières. Suite

Boeuf bio

La viande de bœuf bio est commercialisée sous des dénominations qui se réfèrent notamment aux méthodes et aux cahiers des charges de production ainsi que de la situation du marché. Suite 

 

 

Agneaux bio

Il existe bien un marché pour les agneaux bio mais qu’il ne peut de loin pas absorber l’offre. Suite                                                                                                                                                                              

Porcs bio

Dans le secteur bio, les prix aux producteurs ne sont pas liés au reste du marché. Après de nombreuses années de sous-approvisionnement, le marché de porc est actuellement saturé. Suite

 

Bétail bio pour la fabrication

La viande transformée bio est pour les produits dans toute leur diversité – saucisses, charcuteries, viandes séchées ou fumées, saucissons secs et autres saucisses à manger crues, viande hachée etc. – est très demandée.

Les vaches de réforme de bonne qualité bouchère (-T et plus) sont très recherchées. En plus de l’argument de l’amélioration de la robustesse et de la «frugalité», l’amélioration du rendement en viande parle lui aussi en faveur d’une sélection bovine pas uniquement axée sur le rendement laitier. Aussi bien la vache elle-même que ses descendants jouissent alors d’une meilleure demande sur le marché de la viande. Les vaches ont un énorme potentiel d’engraissement si elles ne produisent plus de lait et ni de veau. L’engraissement des vaches de réforme taries peut être très rentable. Voici un exemple de calcul intégral:

L’engraissement de vaches de réforme: un potentiel sous-estimé

Vers le haut

 

Dernière actualisation de cette page: 06.07.2018

Publicité