Films sur la viticulture durable en Europe Divona, le nouveau cépage blanc d’Agroscope résistant aux maladies 

Influence des préparations biodynamiques sur la croissance de la vigne et la qualité du vin

De nombreux viticulteurs Demeter attendent de la biodynamie un effet positif sur la qualité du vin. Cette attente est de plus en plus partagée par les consommateurs, et la consommation de vins biodynamiques augmente rapidement. Mais cet effet d’amélioration de la qualité est-il vraiment présent ?

Quelles influences exercent la bouse de corne et la silice de corne sur la croissance de la vigne et la qualité du vin? Quatre viticulteurs biodynamiques, le FiBL et l’Association Suisse pour la biodynamie ont étudié cette question de 2003 à 2010 dans le cadre d’essais. Les premiers résultats de ces essais sont résumés ci-après.

Influence des préparations biodynamiques sur la croissance des plantes
Selon la théorie biodynamique, on peut dire de manière très simplifiée que la bouse de corne améliore et équilibre la fertilité du sol ; elle a une influence positive sur la structure des agrégats et l’absorption d’éléments nutritifs par la plante. De son côté, la silice de corne améliore et équilibre l’utilisation de la lumière et en conséquence la performance de l’assimilation. L’utilisation des deux préparations renforce leur effet positif respectif.

Les mesures effectuées dans les essais susmentionnés montrent une tendance qui confirme cette hypothèse. Mais il est encore trop tôt pour formuler des affirmations sûres.

Influence des préparations biodynamiques sur les substances de défense élaborées par les plantes
Ces substances de défense ou phytoalexines (dont le Resveratrol), ont une grande importance, car elles se retrouvent dans le vin et ont des influences positives sur la santé humaine, en particulier sur la circulation sanguine et la prévention des maladies cardio-vasculaires. Les analyses effectuées en 2008 dans les essais ont montré que les substances de défense étaient présentes en quantité supérieure dans les parcelles traitées avec les préparations biodynamiques. Cela permet de tirer la conclusion que la bouse de corne favorise la défense immunitaire de la vigne. Mais cette affirmation doit encore être confirmée par des recherches supplémentaires.

Malgré leur effet positif sur la vitalité de la vigne, les préparations biodynamiques ne peuvent pas remplacer une protection des plantes effectuée selon les recommandations usuelles (par exemple celles du FiBL), mais seulement la soutenir. Le recours aux préparations biodynamiques ne permet pas de réduire les traitements fongicides.

Influence des préparations biodynamiques sur la qualité du vin
Les vignobles biodynamiques doivent bénéficier d‘une couverture végétale si possible complète et durant toute l’année. Toutefois, cet enherbement peut concurrencer la vigne pour l’azote ; la plante n’arrive pas à fournir assez de composants azotés aux grains de raisin et donc au moût. Cela peut provoquer des défauts du vin. L’activité des levures est réduite et le déroulement de la fermentation alcoolique est restreint.

Dans les essais, les goûts herbacés, qui ont une influence négative sur la qualité du vin, étaient plus nettement marqués dans les parcelles non traitées. Cela soutient l’hypothèse selon laquelle les préparations biodynamiques peuvent contrebalancer les effets négatifs de l’enherbement permanent sur les goûts herbacés dans le vin et peuvent conférer au vin une note plus fruitée. Ces résultats doivent être également confirmés durant la suite du projet.

Dans le cadre de différents projets, les collaborateurs du FiBL ont régulièrement effectué des observations qui ont tendance à montrer, sans le prouver de manière définitive, que les préparations biodynamiques améliorent la qualité du vin. Il en alla de même pour les essais provisoires de ces essais : la majorité des dégustatrices et dégustateurs du laboratoire de sensorique de l’Agroscope ACW Changins donnèrent la préférence aux vins des parcelles traitées avec les préparations biodynamiques, mais sans que cette préférence ne soit assurée statistiquement.

Détails concernant les essais
Les essais furent conduits chez deux viticulteurs du canton de Neuchâtel et un viticulteur du canton de Vaud, ainsi que dans le vignoble du FiBL à Frick. Les quatre procédés comparés furent la bouse de silice, la bouse de corne, les deux préparations en combinaison (qui correspond à la pratique) et le témoin (sans aucune préparation biodynamique).
Dans tous les essais, il fut utilisé exactement les mêmes bouses de corne et silice de corne. Par contre, les dates de traitement furent adaptées à chaque exploitation viticole.

 

Dernière actualisation de cette page: 09.12.2010

Publicité