Essais pratiques avec des produits pas encore autorisés Renouveau de la traction animale 

Traitements de plantes avec des extraits végétaux (purins d’ortie…)

Depuis des décennies, les agriculteurs cherchent à renforcer la vigueur, la santé ou l’approvisionnement en éléments nutritifs des plantes en effectuant des traitements « maison » à base de plantes. Les extraits végétaux utilisés sont de différente nature : tisanes, purins, dilutions homéopathiques …  . Ces extraits peuvent avoir des effets fongicides ou insecticides.  Sur le plan mondial, il est souhaité que ces techniques se développent massivement  et se substituent de plus en plus à l’utilisation de produits chimiques. De son côté, le FiBL teste de nombreux extraits végétaux dans le cadre de plusieurs expérimentations en cours.

Pour en savoir plus
Publications scientifiques du FiBL sur la protection des plantes
(malheureusement la plupart en allemand ou en anglais) (site internet du FiBL)

Traitements avec des extraits fabriqués par le producteur lui-même

Se basant sur l’Ordonnance bio, la Liste des intrants du FiBL autorise l’utilisation d’« Extraits de plantes de fabrication maison et produits tels que décoctions, infusions et thés ».  De même, « Les produits biodynamiques sont admis ». Les produits agricoles obtenus à partir de plantes traitées avec des extraits fabriqués par le producteur lui-même pour son propre usage peuvent être commercialisés en bio (resp. Bio-bourgeon ou Demeter) sans restriction.

Traitements avec des extraits achetés à des tiers (privés ou commerçants)

Ces traitements ne sont autorisés que si les extraits en question se trouvent sur la Liste des intrants. Cette Liste contient de nombreux produits issus d’extraits de plantes ; il y a même un purin d’ortie qui est déjà listé. Ces produits peuvent être classés en deux catégories :

Catégorie 1: extraits qui sont classés comme produits phytosanitaires

Exemples : extraits de pyrèthre, quassia, neem, fenouil, et huile de colza. Pour que ces extraits soient reconnus comme produits phytosanitaires et que leur domaine d’utilisation soit défini, ils doivent préalablement être homologués par l’OFAG, ce qui représente une procédure longue et coûteuse. Ces produits relèvent de Ordonnance sur la mise en circulation des produits phytosanitaires (OPPh)

Catégorie 2: extraits qui sont classés comme « Engrais », dans les sous-catégories « Compléments » et « Adjuvants pour plantes »

Ces produits peuvent avoir des effets bénéfiques plus ou moins marqués sur les insectes ou les maladies, mais il est strictement interdit de mettre en avant des effets phytosanitaires dans les informations données à l’acheteur (prospectus, mode d’emploi, site internet…). Il est par contre autorisé de dire que ces produits « renforcent la vigueur des plantes », par exemple. Pour que ces extraits soient reconnus comme « engrais », ils doivent être préalablement homologués ou enregistrés par l’OFAG. La procédure dépend de la catégorie de produit ; elle est moins lourde que celle visant à homologuer un extrait végétal  comme produit phytosanitaire.


Bases légales
Ordonnance sur la mise en circulation des produits phytosanitaires (OPPh) (Site internet de la Confédération)

Ordonnance sur a mise en circulation des engrais (EEng) (Site internet de la Confédération) 

Ordonnance du DFE sur la mise en circulation des engrais
(Ou Ordonnance sur le Livre des engrais, OLen) (Site internet de la Confédération)
 

 

Dernière actualisation de cette page: 12.07.2011

Publicité