Du trèfle d’ici – au lieu du soja de là-bas L'esparcette est bonne contre les parasites mais difficile à cultiver 

La luzerne, la reine des plantes fourragères

La luzerne va prendre de l'importance à l'avenir, étant donné sa résistance au sec et les changements climatiques qui s'aggravent. Produire du fourrage sec indigène à base de luzerne est intéressant, étant donné la teneur élevée en protéines de cette plante. Il est intéressant de sécher la luzerne à l'air chaud pour produire de la farine de luzerne plante entière. Malheureusement, cette conservation consomme beaucoup d'énergie. Par contre, il ne faut pas oublier que si la luzerne était séchée au sol, il en résulterait des pertes de conservation importantes.

La farine de luzerne produite à partir de jeunes plantes de luzerne a une teneur élevée en protéines digestibles, en énergie et en carotine. Mais la farine de luzerne n'a pas la structure qu'a un fourrage grossier usuel. Les luzernières pures sont à déconseiller car elles ont de hautes teneurs en protéines et des teneurs en sucre trop faibles, ce qui rend leur ensilage difficile. Afin que la luzerne ne se lignifie pas trop, elle devrait être fauchée au début de la floraison, pour l'affouragement en vert ou pour l'ensilage.

En tant que plante à enracinement profond, la luzerne représente un bon précédent pour les cultures de la rotation. Grâce aux bactéries radicicoles, la luzerne fixe jusqu'à 250 kg d'azote par hectare qui sont disponibles pour la culture suivante.  

Lors de la coupe d'un mélange riche en luzerne, il ne faut pas faucher plus bas qu'à 7 centimètres. Cela garantira une repousse abondante et régulière. Les mélanges à base de luzerne peuvent se semer de mi-avril à mi-août. La luzerne préfère les sols sans humidité stagnante. Elle doit être semée sur un sol ayant un pH dépassant 6.5.
Tobias Studer

 

Dernière actualisation de cette page: 18.10.2018

Publicité