Semis de prairies temporaires: choisir les mélanges les mieux adaptés 

Enquête «Fourrages de prairies Bourgeon indigènes»

Dans votre avantage, participez à l’enquête! Elle se déroule en ligne jusqu’au 25 mars 2019.

  • Pour les données quantitatives, pensez à noter les moyennes pluriannuelles et non les chiffres 2018 qui sont trop particuliers (sécheresse).
  • Pour les questions à choix multiples, (notes 1 à 4), la note 1 représente la difficulté la plus importante et la note 4 une situation facile. Une case «ne sais pas» est toujours disponible.
  • Répondre aux questions prend de 10 à 15 minutes.

Lien à l'enquête (français; site internet externe)

Link zur Umfrage (deutsch; externe Webseite)

L’enquête sera mise en valeur à la fin du printemps 2019 et les résultats seront publiés dans le Bioactualités. Les résultats de l’enquête seront très utiles pour s’organiser et produire des fourrages de qualité profitant tant aux acheteurs qu’aux vendeurs.

Contexte de l'enquête

De Fatos Brunner, Bio Suisse:

Les délégués de Bio Suisse ont défini des objectifs clairs pour l'alimentation des ruminants. À partir de 2022, les ruminants consommeront un maximum de cinq pour cent de concentré. Les cultures riches en protéines de haute qualité, tels que le soja prendront de l’importance. La réduction des aliments concen-trés confirme le principe selon lequel l'alimentation du bétail ne doit pas concurrencer directement l'ali-mentation humaine.
A l’avenir, les fourrages devront provenir de production Bourgeon 100% suisse.

La décision des délégués renforce la production indigène d'aliments pour animaux. Les fourrages grossiers tels que la luzerne, le trèfle et le maïs gagneront en importance.

La quantité, la qualité et le commerce de fourrage grossier étant trop peu connus, cette enquête d’AGRIDEA aidera à mieux comprendre et à mettre en œuvre une stratégie relative aux fourrages grossiers.

De Josy Taramarcaz, Agridea:

100% de fourrages indigènes pour les ruminants en 2022 ? Mais c’est carrément demain en termes de production agricole!

Les quantités nécessaires pour compenser les importations ne sont pas exactement connues. Bio Suisse est en train de réunir les données pour mieux cerner les besoins quantitatifs, mais plusieurs acteurs s’accordent sur une surface 3000 à 5000 ha de prairies bio supplémentaires Bourgeon dans le pays. La plus part des fourrages nécessaires sera très certainement produite par des prairies temporaires, surtout en zones de grandes cultures.

Il est important de connaître les attentes et les besoins de chacun pour que le marché fonctionne.  
Dans le cadre d’un projet «Contributions Grandes Cultures Bourgeon», une enquête est menée pour les questions plus qualitatives. Elle s’adresse aux fermes Bourgeon (éleveurs, cultivateurs, maraîchers…) de toute la Suisse afin de préciser leurs besoins respectifs.

  • Les questions sur l’élevage des herbivores se concentrent sur les besoins des éleveurs-veuses (types de fourrages achetés, difficultés et soucis lors d’achat de fourrages, quantités, stratégie fourragère à l’avenir…)
  • Les questions « production » portent notamment sur les surfaces de prairies temporaires, les volumes vendus, le conditionnement, la présence de rumex ou encore les freins et leviers pour une production de fourrages «TOP», ainsi que les stratégies probables au sujet des prairies temporaires à l’avenir.

 

Dernière actualisation de cette page: 24.01.2019

Vers le haut

Publicité