Pois-orge d’automne: comment faire pour avoir assez de pois et pas trop d’orge ? 

Semer la féverole d’automne pure ou associée?

Les associations de féverole d’automne et d’avoine ainsi que de féverole d’automne et de triticale sont bien établies dans la pratique.

Utilisation de la céréale associée

Toutefois, la mise en valeur de la céréale associée peut parfois faire problème. En effet, ces cultures associées ne reçoivent dans la plupart des cas aucune fumure. En conséquence, les céréales associées n’ont pas toujours des poids à l’hectolitre très élevés. L’avoine associée est particulièrement problématique. Le triage et le nettoyage améliorent son poids à l’hectolitre, mais il n’est de toute façon pas possible d’en faire une marchandise utilisable pour la fabrication de flocons alimentaires. Si on prévoit une utilisation alimentaire, il est donc conseillé de cultivé de l’avoine d’automne Wiland en culture pure.

Pour l’engraissement de bovins, l’avoine issu de cultures associées semble être un peu moins riche en énergie ; et il ne convient pas à l’affouragement des porcs, car il a des teneurs en graisse élevées. C’est donc pour l’affouragement des chevaux que l’avoine est la plus utile ; mais pour cette utilisation également, des teneurs élevées en énergie sont recherchées. Et l’avoine pauvre en énergie est en fin de compte en concurrence avec les sous-produits de la meunerie, qui doivent également être valorisés. L’agriculteur qui veut être indépendant cherchera donc à valoriser l’avoine sur sa propre ferme, en le mélangeant en petites quantités aux aliments pour des animaux autres que les animaux d’engraissement.

Féverole pure ou associée ?

La féverole peut aussi être cultivée en culture pure, mais cela est plus exigeant et plus cher que si elle est semée à 12 cm d’interligne. C’est donc une technique à réserver plutôt pour de petites surfaces. La culture pure est semée à 50 cm d’interligne au semoir exact et est sarclée, afin de maintenir la propreté de la culture sans problèmes. Mais sur les bons sols, une culture pure de féverole a tendance à verser. Par contre, une féverole associée à de l’avoine ou du triticale est moins affectée par la verse, car la céréale associée a un effet raccourcisseur sur la féverole.

Afin d’éviter les dégâts de gel sur féverole, un semis assez profond et pas trop précoce en octobre peut être recommandé. Cela est facile pour une culture pure. Par contre, pour une culture associée, il faut faire un compromis, et semer avec un semoir à céréales usuel à 4 à 5 cm de profondeur. Et il y a aujourd’hui de nouveaux semoirs qui permettent de semer en un seul passage chaque graine à la bonne profondeur.

Féverole associée à l’avoine ou au triticale ?

Sur le plan agronomique, l’avoine est la céréale la plus adaptée à l’association avec la féverole. Elle concurrence mieux les adventices que le triticale ou le blé associé. Mais en semis d’automne, l’avoine a l’inconvénient d’être moins résistante à l’hivernage que le triticale. L’agriculteur n’ayant pas prévu de de semer de blé après une avoine associée peut donc également utiliser le triticale plutôt que l’avoine comme plante compagne.

Variétés de féverole d’automne

Olan reste pour l’instant la variété principale, c’est elle qui donne les résultats les plus stables d’année en année. En ce qui concerne la résistance à l’hivernage, il n’y a que peu de différences entre les différentes variétés.

Hansueli Dierauer, FiBL


Pour en savoir davantage
Légumineuses à graines (Rubrique "Cultures")
 


Dernière actualisation de cette page: 10.10.2019

Publicité