Le désherbage des betteraves sucrières 

Conditions de base pour réussir la culture de betteraves à sucre bio

Entretien du sol en bon état
Il ne faut cultiver la betterave que sur des parcelles dont la structure du sol est excellente et dont le pH est maintenu suffisamment élevé (plus de 6.5) en recourant au chaulage si nécessaire. Si on utilise pour cela le Ricokalk, les apports de phosphore peuvent être répartis sur trois ans dans le Suisse-Bilanz. Après la récolte du précédent (le plus souvent une céréale), un déchaumage soigneux est nécessaire pour éliminer en particulier les adventices vivaces. Après le déchaumage, il y a en principe un apport d'engrais de ferme (env. 200 à 250 dt de fumier bien décomposé ou de compost de fumier par hectare), puis un travail du sol en profondeur, la préparation du lit de semence et enfin le semis d'un engrais vert non hivernant. 

Culture intercalaire
La capacité des racines de la betterave à explorer l’ensemble du profil du sol réduit sa dépendance à l’azote et donc l’intérêt d’un couvert de légumineuse pure. Par contre, pour éviter tout blocage d’azote, il vaut la peine d’incorporer le couvert encore vert en entrée d’hiver pour une version gélive, ou au plus tard un mois avant le semis pour un engrais vert hivernant.
Par la suite, aucune intervention mécanique susceptible de porter atteinte à la structure du sol ne doit avoir lieu. En particulier, si la parcelle a été ensemencée avec une culture dérobée plutôt qu’avec un engrais vert, il faut renoncer à récolter ou pâturer le fourrage si le sol n’est pas entièrement ressuyé.

Préparation du sol et semis
Lors de la préparation du sol avant le semis, éviter l’utilisation d’outils à prise de force, préférer les outils traînés.
Afin de favoriser une levée homogène concurrentielle face aux adventices, ne pas semer trop tôt (attendre avril), ni dans un sol froid. Un lit de semence bien appuyé, voire roulé si nécessaire, est favorable tant sur la rapidité que sur l’homogénéité de la levée. L’intérêt d’un semis dense (6 ou 9 cm sur la ligne) à éclaircir reste un point de discussion.  Sur de petites surfaces, il peut permettre d’obtenir un peuplement homogène, de sélectionner les plus belles plantules et de désherber sur le rang. Il faut compter 70 heures par hectare pour éclaircir un semis à 6 cm et 50 heures par hectare pour un semis à 9 cm pour un inter-rang à 50 cm. Sur de grandes unités, le temps de main d’œuvre nécessaire rend cette stratégie peu réaliste.

Les risques sanitaires
Parmi les ravageurs à surveiller à la levée, seule la limace peut être combattue directement. Le risque de taupins et de tipules peut être réduit en cultivant la betterave après des prairies temporaires de maximum 2 ans d’utilisation principale et en favorisant des conditions de croissance rapide. Le travail du sol exerce aussi une pression sur ces ravageurs. La cercosporiose est contrôlée par une tolérance relativement bonne de la variété actuelle, Samuela.

Pour en savoir davantage
Fiche technique betterave (1.2 MB) (AGRIDEA, 2017)

 

Dernière actualisation de cette page: 05.12.2017

Publicité