Fumure avec de l'herbe sous toutes ses formes Fourniture d’azote avec du fumier 

Fourniture d’azote avec du lisier

Buts
Fourniture d’azote rapide, fumure de qualité.

Important à savoir

  • Le lisier contient beaucoup d’azote facilement disponible.
  • Le lisier est idéal pour la décomposition de la paille, après la fauche d’une prairie ou comme fumure de couverture.
  • Le lisier provoque une stimulation du sol: La matière organique qu’il contient est une nourriture de base pour l’ensemble de la vie du sol. Il représente une réserve nutritive durable et donc la condition pour une bonne structure stable du sol.

Préparer le lisier: Pourquoi, comment?

  • L’aération du lisier n’est plus recommandée aujourd’hui à cause des émissions d’ammoniac qui sont de plus en plus considérées comme néfastes. Le stockage devrait se dérouler en conditions anaérobies (maintenir le couvercle flottant).
  • La dilution du lisier avec de l’eau est une pratique largement répandue. Elle s’effectue surtout avec l’évacuation des eaux de surface des parcours bétonnés. Et il arrive aussi qu’on dirige occasionnellement les eaux de toiture dans la fosse à lisier.
  • L’adjonction d’eau exerce une action positive parce qu’elle apporte au lisier l’oxygène constitutif de l’eau, mais aussi parce que l’eau fournit une surface réactive sur laquelle des substances peuvent se fixer, ce qui les rend moins exposées aux risques d’émissions (surtout l’ammoniac).
  • La dilution du lisier facilite aussi son homogénéisation en diminuant sa teneur en matière sèche.
  • La dilution a cependant aussi ses limites puisque les coûts d’épandage augmentent bien entendu avec chaque bossette de plus qui doit être véhiculée. On recommande une dilution avec de l’eau dans une proportion de 1:2.

Vers le haut

Reprise et cession des engrais de ferme: Les règles à respecter

  • Contrats de reprise ou attestations équivalentes disponibles si les apports d’engrais de ferme extérieurs dépassent 1 UGBF par ferme (Ordonnance sur les paiements directs).
  • Les fournisseurs d’engrais de ferme respectent les PER ainsi que la protection des animaux et des eaux. Les fromageries respectent la protection des animaux et des eaux (Ordonnance sur l'agriculture biologique).
  • Les fournisseurs d’engrais de ferme ont un label reconnu (selon la liste de la Commission de labellisation agricole CLA). Les porcheries des fromageries ainsi que les élevages de chevaux, de moutons et de chèvres peuvent prouver qu’ils n’utilisent aucun aliment fourrager GM (Bio Suisse).
  • Reprise d’engrais de ferme provenant d’exploitations non biologiques: contrats pour au maximum 50 % des besoins en éléments nutritifs et preuve qu’il n’y a pas d’engrais de fermes bio à disposition (Bio Suisse). Contrats pour au maximum 80 % des besoins en éléments nutritifs avec une autorisation exceptionnelle de la CLA (Bio Suisse).
  • Il n’est pas autorisé de reprendre des engrais de fermes séchés (motif: le séchage consomme énormément d’énergie). Autorisation exceptionnelle de la CLA possible en cas de séchage avec des énergies renouvelables ou avec de la chaleur résiduelle (Bio Suisse).
  • Au moins 50 % des engrais de ferme produits sur le domaine (en fonction des besoins des cultures) peuvent être utilisés sur le domaine (selon la production de N ou de P). Autorisation exceptionnelle de la CLA possible suite à des modifications des «Données de base pour la fumure des grandes cultures et des herbages» (Bio Suisse).
  • Cession d’engrais de ferme: Autorisée seulement avec des fermes bio. Déduction possible dans le bilan de fumure seulement en cas de cession à des fermes bio (Bio Suisse).
  • Distances maximales (à vol d’oiseau) pour la reprise et la cession d’engrais de ferme (Bio Suisse):
    – Fumier de bovin, de cheval et de porc: 40 km,
    – Fumier de volaille: 80 km,
    – Lisier de bovin, de cheval et de porc, digestats liquides et engrais de recyclage liquides: 20 km.

Vers le haut

L’utilisation du lisier dans quelques grandes cultures bio

Blé panifiable

  • Sites froids, humides et peu actifs: Les épandages précoces ont fait leurs preuves sur blé d’automne, en particulier pour soutenir la formation des organes productifs. La minéralisation de l’azote du sol qui intervient plus tard suffit alors souvent pour la formation de grains présentant de hautes teneurs en protéines ou des poids de mille grains élevés.
  • Sites plus légers et plus productifs avec des hivers doux: L’azote vient souvent à manquer déjà au mois de mai après une forte fourniture d’azote par le sol au démarrage. On recommande ici un épandage de lisier à la fin de la montaison pour sécuriser le potentiel de rendement constitué précédemment et atteindre de hautes teneurs en protéines brutes dans les grains.

Colza

  • Lisier au début de l’automne après le semis: À utiliser avec retenue, mais un apport de lisier est judicieux si la culture est faible et les plantes petites (environ 20 m3/ha). Attention, car les cultures de colza surfertilisées en automne menacent de se développer trop fortement, ce qui augmente les risques de dégâts d’hivernage.
  • Apport starter: Premier apport d’azote dès la mi-février (le plus tôt possible mais seulement sur un sol en bon état et si les conditions météorologiques sont bonnes) de 30 à 50 m3/ha de lisier dilué au moins à 1:1. Dans les cultures qui ont bien hiverné, le lisier favorise la formation de pousses latérales.
  • Montaison: Deuxième apport de 20 à 30 m3/ha de lisier avant la mi-mars jusqu’à ce que les plantes aient une hauteur d’env. 20 cm. Un seul épandage de lisier suffit cependant en règle générale. Les apports trop tardifs de lisier et d’engrais du commerce provoquent une prolongation de la floraison et une maturité irrégulière. Tenir compte des teneurs du lisier en éléments nutritifs: Le lisier de porc peut être un avantage à cause de ses plus fortes teneurs en N et en P que celles du lisier de bovin.

Maïs

  • Le lisier est particulièrement bien valorisé quand l’apport peut être effectué 2 à 3 semaines après la levée. Cet apport unique ne doit pas dépasser 25 à 30 m3/ha de lisier dilué. Il est aussi possible de faire deux apports jusqu’à la fermeture des rangs.
  • Pour éviter de brûler les plantes et pour diminuer au maximum les pertes gazeuses (qui peuvent aller jusqu’à 80 % de l’azote), le lisier doit être bien dilué et épandu avec un épandeur à tuyaux souples. Sarcler ou étriller la culture avant l’épandage de lisier favorise sa pénétration dans le sol et réduit considérablement les pertes d’ammoniac.

Vers le haut

 

Dernière actualisation de cette page: 31.01.2013

Publicité