Film: Destruction des engrais verts 

Produire de l' "azote vert" pour des plantes affamées

Les légumineuses d’hiver peuvent fournir beaucoup d’azote aux cultures semées ou plantées à partir du mois de mai comme le maïs, les légumes de garde ou les légumes frais. Les essais du FiBL ont montré que les pois d’hiver semés entre début et mi-octobre accumulent jusqu’à 130 kg N/ha d’ici à la fin d’avril de l’année suivante. La culture suivante peut en absorber une grande partie. Dès que cette quantité atteint 90 à 100 kgN/ha, ce procédé peut être financièrement plus intéressant que l’épandage d’engrais organiques du commerce. S’y rajoutent encore pour la fertilité du sol les nombreux avantages des engrais verts.

En outre, dans le contexte de la réglementation Bourgeon des rotations des cultures, un engrais vert peut être compté comme couverture hivernale (50 % de la surface des terres ouvertes doit être couvert) ou comme terre assolée enherbée, au prorata de sa durée (2 ha d’engrais verts durant 6 mois comptent pour 1 ha de terre assolée enherbée), et si sa durée est d’au minimum 5 mois.

Quels engrais verts semer après une culture principale libérant le sol tard ?
On peut recommander les variétés suivantes: EFB 33 (Sativa-Rheinau) pour le pois fourrager et les variétés habituellement disponibles dans le commerce pour le pois protéagineux. Des semences multipliées en bio sont disponibles pour les deux espèces. Attention, s’il y a des pois (protéagineux ou petits pois) ou des haricots en tant que culture principale dans la rotation, ces cultures ne devraient pas revenir en plus comme engrais vert. Dans ce cas, on peut utiliser la vesce velue ou la féverole comme engrais vert.
Il fait toutefois remarquer que le pois fourrager est sensible à la sécheresse ; lors d’un printemps sec, la quantité d’azote accumulée pour la culture suivante est donc bien plus faible.

Technique culturale
Pour assurer un bon hivernage, les pois doivent être semés au plus tard au début novembre à 4 centimètres de profondeur pour une densité de semis de 2 kilogrammes par are.

La fourniture d’azote est optimale s’il y a 3 à 4 kilogrammes de masse verte de pois par mètre carré. Cette masse n’est pas toujours atteinte à fin avril, cela dépend de la date de semis du pois et du développement de ce pois durant l’hiver et le début du printemps. Il faut donc adapter la date d’incorporation du pois.
Pour assurer une fourniture d’azote optimale, il est conseillé d’incorporer superficiellement la masse verte. Cela commence par un broyage avec un broyeur frontal. Puis il faut laisser sécher brièvement le broyat. L’incorporation au sol du broyat se fait avec la herse à disque ou avec un labour très superficiel, voire avec une charrue déchaumeuse (par ex. le Stoppelhobel) en sol lourd. L’incorporation doit être la plus propre possible afin de de ne pas compliquer le sarclage de la culture.
Pour préparer un lit de semis pour des légumes fins, on peut utiliser un chisel (cultivateur) puis une fraise maraîchère ; pour du maïs, on préférera les machines citées plus haut, suivies d’une herse rotative à axe horizontal (Rototiller).

La culture d’autres engrais verts est-elle envisageable ?
Le pois fourrager d’hiver s’intègrent très bien dans les rotations de légumes. Par contre, le temps entre une récolte de céréales et la date de semis optimale du pois fourrager d’hiver (en octobre) est trop long. Après des céréales, on peut donc proposer de semer des mélanges riches en trèfle violet ou luzerne. Il est possible d'utiliser la coupe d'automne pour l'affouragement du bétail. Par contre, la 1ère coupe au printemps devrait être mulchée et incorporée au sol, car la plus grande partie de l'azote que le maïs ou les légumes qui suivent provient des feuilles de l'engrais vert. Maurice Clerc, FiBL

Pour en savoir davantage
 
Fiche technique "Autoproduction d'azote pour les cultures de printemps"
(Dans le dossier "Fumure azotée des grandes cultures bio sans bétail", mai 2011, 
AGRIDEA Lausanne)
 

 

Dernière actualisation de cette page: 18.06.2012

Publicité