Valoriser les jachères florales et tournantes grâce à des mesures d’entretien ciblées Préserver les habitants des prairies lors du fauchage 

La mise en place des prairies écologiques riches en fleurs

Les prairies à fleurs riches en espèces représentent de précieux biotopes pour une faune très diversifiée. Contribuant à leur qualité écologique, la diversité de leur flore est récompensée par une contribution supplémentaire prévue par l’Ordonnance sur la qualité écologique (OQE). Si les surfaces écologiques sont annoncées dans un projet de réseau de surfaces de promotion de la biodiversité, les contributions peuvent atteindre un total de 3800 francs à l’hectare en plaine. Il est possible de trouver auprès des porteurs de projets des informations utiles concernant les espèces végétales et animales à favoriser ainsi que les mesures à mettre en place et les exigences diverses.

La qualité des prairies à fleur ne peut pas toujours être atteinte par des méthodes agricoles adéquates : si le peuplement floral reste pauvre en espèces pendant plusieurs années, cela vaut la peine de labourer la prairie et de la ressemer – le mieux étant alors de le faire en accord avec le service cantonal compétent.

Choix du site

La planification de nouvelles surfaces de compensation écologique sur la terre assolée devrait se faire après les moissons. Il faut choisir les parcelles sur lesquelles les nouvelles jachères florales ou les nouvelles prairies à fleur seront semées au printemps prochain.

Les prairies temporaires ou les légumineuses ne constituent pas de bons précédents culturaux pour les jachères florales ou les prairies à fleur, car il y a un fort risque de repousses et une quantité trop élevée d’éléments nutritifs dans le sol.

Il faut choisir l’emplacement de la prairie de manière à la relier à d’autres surfaces écologiques (réseautage de biotopes). Éviter absolument les parcelles soumises à une forte pression des mauvaises herbes (chardon des champs, rumex). Les terrains séchards, superficiels et orientés vers le Sud se prêtent le mieux à la mise en place de prairies à fleurs.

Préparation du lit de semence

D’habitude, les prairies extensives, les ourlets et les jachères florales sont semés au printemps. Faire un labour au plus tard un mois avant le semis, puis herser immédiatement. Répéter les hersages superficiels une à deux fois toutes les deux semaines avant le semis.

Le labour peut avoir lieu déjà en automne si le risque d’érosion est faible.

Semis

La date idéale de semis pour les prairies extensives et les ourlets sur la terre assolée se situe entre mi-avril et fin mai. Pour les jachères florales, il faudrait idéalement semer déjà entre mi-mars et mi-avril. Sur sols lourds et si la pression des adventices germant quand il fait chaud (amaranthes, galinsoga, millets…) est trop élevée, on peut semer la jachère florale en automne (de mi-septembre à mi-octobre).

Il faut labourer la parcelle à 20 à 25 cm de profondeur au minimum un mois avant le semis puis herser immédiatement après le labour. Puis suivent un à deux faux-semis sous forme de hersages très superficiels. On vise ainsi à obtenir un lit de semis bien rappuyé, une terre grumeleuse et absolument libre d'adventices. Semer immédiatement après le dernier hersage. Ne pas faire de semis en ligne. Faire un semis superficiel à la volée avec un semoir ad hoc ou à la main. Rouler le terrain immédiatement après le semis avec un rouleau cannelé.

Il faut absolument respecter la densité de semis prescrite sur l'emballage. Après le semis il faut faire preuve de beaucoup de patience car les fleurs sauvages semées ne lèvent que très lentement.

Coupes de nettoyage

Une forte invasion de mauvaises herbes est normale pendant la première année. Des coupes de nettoyage doivent être effectuées dès que l’herbage commence à se refermer par endroits. Jusqu’à trois coupes de nettoyage peuvent être nécessaires l’année du semis. La hauteur de coupe ne doit pas être inférieure à 7 ou 9 centimètres. Enlever l’herbe fauchée.

Des papillons de toutes les couleurs se promèneront sur la prairie dès l’année suivante.

Document: "Agriculture biologique et biodiversité" (Boutique du FiBL)

Vers le haut

 

Dernière actualisation de cette page: 17.02.2014

Publicité