Le désherbage en arboriculture bio Deux fiches techniques sur l'arboriculture fruitière bio 

Utiliser les abeilles sauvages pour polliniser les arbres fruitiers

Une bonne pollinisation est essentielle pour des rendements réguliers et de qualité dans les cultures agricole et surtout en arboriculture fruitière. Or les effectifs de l’insecte pollinisateur de très loin le plus important, l’abeille mellifère, sont en forte régression depuis quelques années. Des facteurs de stress comme les parasites et les maladies, mais probablement aussi l’utilisation de certains produits phytosanitaires et la forte diminution du nombre d’apiculteurs en activité, menacent de plus en plus la sécurité de la pollinisation.

La recherche de pollinisateurs alternatifs efficaces pour l’arboriculture fruitière est aussi impérativement nécessaire parce que les abeilles mellifères ne peuvent plus jouer correctement leur rôle dans les vergers entièrement fermés par des filets contre la grêle ou des filets pour la prévention du feu bactérien. Et de toute façon les prestations pollinisatrices des abeilles mellifères sont insuffisantes en cas de temps froid, ce qui touche surtout les fruits à noyau qui fleurissent tôt.

Les abeilles maçonnes sont très efficaces

En plus des bourdons, ce sont les abeilles terricoles, qui nichent dans la terre ou le sable, mais avant tout les abeilles maçonnes qui, elles, nichent au-dessus du sol, qui possèdent le plus grand potentiel de soutien de l’importante fonction pollinisatrice des abeilles mellifères. Les différentes espèces d’abeilles maçonnes sont des pollinisatrices très efficaces dans les vergers parce qu’elles sont très casanières et qu’elles commencent à butiner dans un rayon de 50 à 300 mètres autour de leur nid dès que les températures atteignent 3 °C sans se laisser distraire par les abondantes miellées offertes par exemple par les pissenlits.

Lâchers ciblés

Il est possible de stocker les abeilles maçonnes en chambre froide pour en relâcher le nombre voulu au début de la floraison des arbres fruitiers. Des populations naturelles vont se développer dans les bergers basse-tige si on installe des aides à la nidification adéquates et si on implante des espèces végétales à floraison précoce. Combiner de manière optimale les mesures d’encouragement permet de développer rapidement des populations assez importantes pour apporter à la place des abeilles mellifères une contribution décisive à la sécurité des rendements des arbres fruitiers.

Auteur: Andreas Häseli

 

Dernière actualisation de cette page: 16.01.2014

Publicité