Soja bio, préparation du sol et semis, prenez le temps

Démarrer tôt, détruire correctement son couvert végétal, travailler son sol dans de bonnes conditions, contrôlez la qualité de sa semence font partie des premières étapes importantes pour la réussite de cette culture.

(30.03.2020) 

Bien des couverts n’ont pas gelé cet hiver, il est donc important de commencer à planifier vos interventions pour la préparation du sol de vos parcelles de soja. Pour les cultures sarclées en général, les parcelles les plus propres sont les plus indiquées. Dans le cas du soja alimentaire surtout, les adventices doivent être maîtrisées du début à la fin. Trop d’interventions manuelles nécessaires pour atteindre les exigences de qualité réduisent fortement la marge brute.

Conditions du sol
Si votre couvert végétal est encore très dense, il faut penser à le détruire assez vite. Une trop grande quantité de biomasse risque de compliquer la préparation d’un lit de semences homogène,  car elle empêche un bon contact sol-graine et la possibilité de garantir une profondeur de semis régulière. En général, 2-3 faux semis sans remuer trop de terre permettent de réduire fortement le stock grainier en surface. Toutefois, si la parcelle prévue a déjà tendance à se salir avant le semis, si les résidus végétaux sont trop abondants pour une incorporation superficielle dans les 4 à 8 premiers cm du sol, ou encore si la mécanisation ne permet pas d’obtenir un semis bien appuyé, il est possible de procéder à un mini-labour à l’aide d’une charrue conventionnelle ou d’une charrue déchaumeuse à une profondeur maximale de 10-15 cm.

Semences de qualité
Un taux de germination trop bas et un manque de vigueur sont des thèmes récurrents dans la culture du soja. Les graines sont sensibles au stress mécanique, en particulier si elles ont été récoltées dans des conditions trop sèches ou trop froides. La capacité de germination peut déjà être considérablement réduite au cours de l'hiver si le tégument de la graine a développé de légères fissures pendant le transport ou le stockage. L'air pénétrant dans les fissures accélère considérablement le vieillissement des graines. En cas de doute, répétez les tests de germination au début du printemps. Le test par trempage est également recommandé pour obtenir une première impression rapide de l'état des enveloppes des graines. En effet les graines fissurées gonflent rapidement par absorption de l’eau, doublent pratiquement de volume et sont donc facilement repérables pour juger de la qualité du lot.

Variétés
En fonction des contrats obtenus pour du soja alimentaire ou fourrager et de vos conditions climatiques, il convient de bien choisir la variété adéquate. Les variétés Protéix (00, moyennement tardive pour les sites favorables) et Aveline (000/00, pour les sites et sols plus frais en altitude) restent les plus indiquées par les acheteurs de soja alimentaire. Dans le cas du soja fourrager très recherché par Mühle Rytz et fenaco, préférez les variétés Obélix (000, précoce) et Galice (000/00, moyennement précoce) pour leur potentiel de production légèrement supérieur aux variétés alimentaires.

Semis
Semer le soja à un interligne de 30 à 50 cm permettant un sarclage. Le semis au semoir à céréales avec un désherbage uniquement à la herse-étrille est à proscrire : il ne permet pas une maîtrise suffisante des adventices sur toute la saison. En bio, on sème le soja dès la mi-mai, cela garantit une levée rapide et un avantage de la culture sur les adventices d’été. Après la fin du désherbage, il devrait rester environ 55 plantes de soja par m2. La densité de semis préconisée se situe entre 70 à 80 graines par m2 en considérant une faculté germinative minimale de 80 % et un désherbage mécanique agressif provocant à chaque passage une perte de plantes de 1 à 2 %. Attention, certains semoirs ne permettent pas de semer plus 65 grains par m2 et sont donc au maximum de leur capacité. Dans ce cas, une manutention précautionneuse de la semence est essentielle afin de ne pas endommager la semence : éviter les chocs contre les parois du semoir, dans les tuyaux et les disques de distributions, régler la ventilation au strict minimum, réduire la vitesse d’avancement du tracteur. En ciblant une profondeur de semis de 4 cm, il est possible de procéder à un premier désherbage à la herse étrille à l’aveugle, mais il s’agit d’éviter de rouler sur les lignes de semis et de vérifier que les dents n’abîment pas les graines en pleine germination.

Inoculation
Avant les semis, les semences doivent être inoculées avec des produits à base de Bradyrhizobium spécifiques pour le soja. Sans inoculation, Les pertes de rendement sont élevées si aucun soja n’a été cultivé récemment les années précédentes. L’inoculation doit être faite juste avant le semis, car les bactéries ne supportent ni le chaud ni la lumière. Certains lots de semences sont pré-inoculés. Il est toutefois conseillé de ré-inoculer la semence pour les parcelles n’ayant jamais reçu de soja.

Nathaniel Schmid, FiBL

Pour plus d'information:

Légumineuses à graines (page interne)

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité