Régulation des criocères et des pucerons sur céréales bio

Les criocères et les pucerons peuvent provoquer des dégâts foliaires très visibles sur céréales. En agriculture bio, on part toutefois de l’idée que ces deux ravageurs ne causent que rarement des pertes significatives de rendement. Leur régulation par des bandes fleuries peut être est un élément intéressant d'une stratégie de prévention. La mise en place des bandes fleuries doit être planifiée dès les semis d'automne.

(28.09.2018) 

En bio, le peuplement des céréales est habituellement moins dense et le niveau des apports azotés est plus faible qu’en agriculture non bio. En plus, le nombre d’arthropodes épigées, qui sont des ennemis naturels de ces insectes, est habituellement plus élevé dans les champs bio. Pour ces raisons, ces deux ravageurs atteignent rarement une population critique. Voilà l’avis exprimé dernièrement par des experts de l’Université de Giessen en Allemagne.

Influence de la variété
En agriculture bio, on cultive souvent des blés à paille plus haute, avec des feuilles larges. Ayant une masse foliaire plus grande à disposition, les dégâts du criocère sont probablement proportionnellement moins importants, selon une opinion assez répandue.

Influence du stade de développement de la céréale

Dès le stade floraison des céréales, l’impact des criocères sur le rendement est moindre.

Influence des adventices
Certaines adventices présentes dans les champs de blé peuvent également héberger un nombre important d’auxiliaires. Dans certaines situations, on peut donc avoir une excellente régulation des criocères même sans bande florales à auxiliaires.

Bandes florales à auxiliaires
Le semis de bandes florales à auxiliaires dans les cultures de blé peut également contribuer à contenir les populations de ces deux ravageurs.
Différents mélanges de fleurs ont été testés par Agroscope (voir dans la publication lien ci-dessous). Ils contiennent entre autre les fleurs suivantes : l’aneth, l’anthémis des champs, le cerfeuil commun, le bleuet, le coriandre, le sarrasin, le coquelicot, la caméline. Le choix de ces espèces s'est fait sur leur capacité à produire des ressources (pollen, nectar floral et extra-floral, sites d'hivernation, refuges…) aux insectes auxiliaires et sur l'adéquation à la meilleure période pour réguler les attaques des criocères.

Afin de connaître le nom des mélanges à semer, le coût de ces mélanges, la densité, la date et la profondeur de semis,  la largeur des bandes, l’espacement minimal entre deux bandes, la durée de vie de ce semis et le droit éventuel aux contributions, veuillez vous référer à la fiche technique d'AGRIDEA: Bandes fleuries pour les pollinisateurs et les autres organismes utiles


Pour en savoir davantage sur l'étude d'Agroscope:
Les bandes fleuries pour auxiliaires limitent les ravageurs dans les grandes cultures (Agroscope, 2016)

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité