Reconversion au bio: profitez de mettre en prairie les sols "fatigués"!

(07.08.2014) 

Si vous envisagez une reconversion au bio en 2015, c'est le bon moment de planifier votre rotation de cultures en fonction des paramètres bio. Même si vous n'avez pas de bétail, vous serez amené à semer au moins 20 % de votre terre assolée en prairies temporaires selon le cahier des charges de Bio Suisse. Si vous avez des parcelles appauvries en humus, ayant uns structure non idéale, et donc difficiles à travailler, profitez pour mettre en premier ces parcelles en prairie temporaire. Faites en sorte que ces prairies restent en place durant au moins deux ans. Par la suite, ce sera beaucoup plus facile de continuer de travailler ces parcelles avec des techniques qui contribuent au maintien, voire à l'augmentation du taux d'humus du sol, par exemple le travail réduit à max. 10 cm de profondeur ou même le semis direct dans certaines situations favorables.

S’inscrire pour commencer le bio en 2015
Prenez assez de temps pour préparer votre reconversion au bio. Que cela concerne les aspects administratifs, commerciaux et techniques, il y a du pain sur la planche, mais il est possible de trouver des renseignements de qualité auprès des conseillers bio. Ces derniers effectuent à votre demande des conseils de reconversion complets.
Inscrivez-vous auprès de votre canton jusqu’au 31 août 2014. Si vous n’avez pas encore assez d’éléments pour prendre une décision à fin août, annoncez-vous quand même à ce moment-là, quitte à retirer votre inscription durant l’automne.
Inscrivez-vous en même temps à une des deux organisations de contrôle bio suivantes : bio.inspecta ou Bio Test Agro, même si le délai officiel d’annonce pour le contrôle bio court au 30 novembre 2014. Une inscription précoce vous permettra d’être rapidement en contact avec les personnes chargées du contrôle bio. Si cela vous intéresse, vous pourrez leur demander d’effectuer sur votre ferme une visite préalable (en principe gratuite) au premier contrôle officiel.  
Pour adhérer au label bourgeon (indispensable pour la commercialisation en gros), annoncez-vous à Bio Suisse au plus tard au 30 novembre 2014. Sur simple coup de fil, Bio Suisse vous enverra un dossier d’information et un formulaire d’inscription. Les agriculteurs désireux de se faire certifier selon les règles de la biodynamie s’inscrivent en plus à Demeter.

Déjà penser à la commercialisation en 2015
Prenez déjà contact avec les acheteurs potentiels avant de commencer la reconversion. Pour que les produits des cultures hivernantes puissent être commercialisés comme produits de reconversion en 2015, il va de soi que ces cultures doivent être bio dès leur mise en place. Par exemple pour le colza et les céréales, vous semez de la semence bio et que vous n’utilisez plus de produits chimiques ou d’engrais de synthèse dès cet automne.

Reconversion par étapes
Si vous avez de la viticulture, de l’arboriculture, des plantes ornementales, des porcs ou de la volaille sur l’exploitation, et si vous n’êtes pas tout à fait prêts à reconvertir au bio ces branches de production, vous pouvez demander une autorisation exceptionnelle pour effectuer une reconversion par étapes. Celle-ci dure au maximum 3 à 5 ans selon les cas. Les conseillers bio vous aident à monter votre dossier de reconversion par étapes.

Aides financières

Les cantons de Vaud et de Genève accordent des aides financières liées à la surface durant les deux années de reconversion. Dans certains cantons, une aide financière pour le conseil de reconversion peut être obtenue.

Le canton du Jura accorde des prêts cantonaux sans intérêt aux exploitations en reconversion à l'agriculture biologique. Le montant est forfaitaire (indépendamment du nombre d'UMOS) et se monte à Fr. 40'000.-. La durée de remboursement est de 8 ans (annuité de Fr. 5'000.-). Les demandes sont à adresser au Service de l'économie rurale.

Formation bio
Chaque nouveau producteur bio labellisé Bio Suisse suit un cours romand d’introduction de deux jours, qui a lieu en janvier de chaque année. En plus, toute une palette de cours de formation permanente spécifiquement bio, de journées techniques et de visites de cultures est également offerte chaque année par les cantons, AGRIDEA ou par l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL). Consultez entre autre l’agenda de l’AGRI.

Se tenir à jour
Toute l’information actuelle bio venant de Bio Suisse et du FiBL et destinée aux agriculteurs se trouve sur www.bioactualites.ch : reconversion au bio, techniques de production, marché, agenda, adresses, bourse bio, films…

Carnet des champs et carnet des prés en bio
Ces dernières années, la tenue à jour de ces documents n’était formellement pas exigée pour les bio. Or la PA 2014-2017 a introduit pour les bio l’obligation de fournir des enregistrements complets des données culturales parcelle par parcelle, comme n’ont jamais cessé de le faire les producteurs PER. Pensez-y car la saison 2015 commence d’ici quelques jours avec les semis de colza !
Le carnet des champs et le carnet des prés sont une manière parmi d’autres (logiciels…) de répondre à cette exigence. Les organismes de contrôle bio sont également en train de faire évoluer les documents qu’ils font remplir par les producteurs bio pour tenir compte de cette obligation. 

Pour en savoir davantage
Adresses des conseillers bio cantonaux et d'AGRIDEA (sur ce site internet)
Adresse des conseillers bio du FiBL (sur ce site internet)
Adresses de Bio Suisse et Demeter (sur ce site internet)
Adresses des organisations de contrôle (sur ce site internet)
Reconversion à l'agriculture biologique (sur ce site internet)

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité