Ce site web ne supporte plus Internet Explorer 11. Veuillez utiliser un navigateur plus récent tel que Firefox, Chrome pour un meilleur affichage et une meilleure utilisation.
FiBL
Bio Suisse
Logo
La plate-forme des agriculteurs bio

Œufs, poulet et viande de production au pâturage en complément aux grandes cultures bio

(18.04.2013) 

Tous les secteurs de l’élevage ne conviennent pas forcément comme complément aux grandes cultures bio pour les exploitations en reconversion. Les marchés du lait et de la viande de porc connaissent des difficultés.
Les céréales bio sont recherchées et les oléagineux bio sont des denrées rares. Cependant, quel secteur de l’élevage les agriculteurs en reconversion bio doivent-ils choisir ? Il est clair que l’on ne va plus, comme autrefois, recommander la production de lait de vache. L’exploitant désireux de commercialiser du lait bio doit faire partie d’une organisation de producteurs de lait bio reconnue par Bio Suisse, comme Progana ou le Biomilchpool. Or, ces organisations ont actuellement des listes d’attente d’exploitations en reconversion. Avec ces nouveaux venus, l’offre va encore s’accroître.
Il existe toutefois des créneaux à exploiter, comme les produits bio régionaux. Il y a aussi des possibilités dans la production de lait de brebis et de chèvre. Ces marchés de niche sont en expansion et les producteurs sont recherchés.

Vaches de boucherie
Pour les vaches de boucherie, l’offre varie légèrement en fonction des saisons. Les vaches de race à deux fins sont recherchées. Les vaches X ne sont cependant pas achetées au prix des produits Bourgeon. Pour les vaches de catégorie A, le marché verse un supplément bio de 50 centimes maximum.

Veaux bio
En ce qui concerne les veaux bio, il y a de grandes variations saisonnières d’offre et de prix. Pour bénéficier des suppléments bio, il est indispensable de posséder un certificat attestant qu’il s’agit d’une race à viande. Sur le marché bio, de nombreux veaux ont une couverture graisseuse en dessous de la moyenne. Pour les veaux de classe de couverture graisseuse 1, il n’est pas payé le prix bio. Le potentiel de développement dans le secteur de la viande de veau bio est pour ainsi dire inexistant. Il n’est pas conseillé de se lancer dans cette filière. Par contre, il y a une demande pour les animaux de remonte.

Viande de production au pâturage : la demande progresse
Dans le secteur du bœuf bio de pâturage, on note une progression exponentielle de la demande. La demande de Natura-Beef bio est bonne également. Bio Suisse met en contact les producteurs intéressés avec les bons interlocuteurs. La demande de bétail d’étal classique labellisé Bourgeon est en baisse. Adresses et diverses informations sur le sujet:
Viande bio (rubrique Marché)

Agneaux
Chez les agneaux aussi, l’offre varie fortement en fonction de la saison. En été, la demande de viande d’agneau est forte. Des suppléments sont possibles si le contrat de vente le prévoit. Il n’est pas conseillé non plus de se lancer dans cette filière pour le moment.

Œufs Bourgeon : on manque de producteurs
Pour la production d’œufs, le marché est porteur. Les œufs Bourgeon restent très demandés. Les agriculteurs envisageant une reconversion trouveront un marché favorable, attendu que la demande continue de progresser. Les prix indicatifs sont actuellement de 44,5 centimes. Dans le secteur de la production d’œufs bio comme dans tous les autres secteurs, il est nécessaire que l’intéressé trouve un acheteur avant de se reconvertir et assure ses débouchés par la signature d’un contrat. La production d’œufs convient aussi aux exploitants pratiquant la vente directe. Tous les calculs et données concernant les acheteurs figurent sur:
Œufs bio (rubrique Marché)

Poulets bio

Les poulets bio constituent certes un marché de niche, mais celui-ci est en forte expansion. Il croît de 10 à 15 % par an. Une production sous contrat est une condition nécessaire. Cette production peut être intéressante en fonction de l’exploitation et de la région, notamment si l’exploitant peut utiliser ses propres céréales fourragères.

Porcs bio
Ces dernières années, sur le marché du porc bio, l’offre ne suffisait pas à satisfaire la demande. Entretemps, la production a fortement augmenté et arrive maintenant à satisfaire la demande. On constaterait plutôt une offre excédentaire. Pour le moment, la conclusion de nouveaux contrats a cessé.

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité