Ce site web ne supporte plus Internet Explorer 11. Veuillez utiliser un navigateur plus récent tel que Firefox, Chrome pour un meilleur affichage et une meilleure utilisation.
FiBL
Bio Suisse
Logo
La plate-forme des agriculteurs bio

Maraichage bio : des changements pour 2019

Parmi les nouvelles directives bio entrées en vigueur le 1er janvier 2019, trois changements concernent les maraîchers en particulier : l’efficience énergétique, le choix des variétés et la fertilisation.

(13.02.2019) 

Efficience énergétique
A long terme, Bio Suisse veut améliorer l’efficience énergétique des cultures sous abris. Cela passe par la réglementation des températures et des périodes maximales de chauffage, mais aussi par des constructions économes en énergies ou par le choix des combustibles utilisés. C’est sur ce dernier point que porte le changement de règle. En règle générale, les serres doivent être équipées d’un système de chauffage fonctionnant avec des énergies renouvelables. Le système doit être conçu de manière à ce que les besoins énergétiques attendus puissent être couverts. Un délai transitoire est accordé jusqu’au 31.12.2039 pour les entreprises agricoles Bourgeon existantes au 31.12.2019 dont les systèmes de chauffage des serres sont basés sur des combustibles fossiles. Par ailleurs, la consommation d’énergie pour le chauffage des serres devra être consignée par écrit (exception faite pour les serres maintenues hors gel). La diminution de consommation devra également être régulièrement prouvée par le biais d’un monitoring personnel ou à l’aide d’un programme de la confédération. Des discussions et des clarifications sur la mise en œuvre de ces changements doivent encore avoir lieu cette année.
Davantage d'informations sont disponibles sur la page Exigences pour l’efficience énergétique dans les serres bio


Variétés issues de la fusion cellulaire
Dans les années 1970, la fusion cellulaire a été utilisée pour améliorer l’hybridation dans la production de semences d’hybrides F1. Ce procédé a été largement controversé en agriculture biologique. Dans le but de préserver l’intégrité des plantes et de respecter les barrières de croisement dans la sélection, les variétés issues de sélection avec fusion cellulaire ne sont pas autorisées dans les fermes Bourgeon. Cette règle est entrée en vigueur au 1er janvier 2019. Cependant, pour certaines espèces, il n’existe quasiment plus que des variétés sélectionnées par cette méthode. Malgré d’importantes recherches, le nombre de variétés utilisables reste insuffisant pour le chou-fleur, le brocoli, le chou blanc, le chou frisé et l’endive. Pour ces espèces, il est donc toujours possible d’utiliser des variétés issues de ce procédé. La liste des variétés exemptes de fusion cellulaire pour la culture maraîchère biologique est disponible sur www.shop.fibl.org (Nr. 1672).

Reprise d’engrais de ferme et de recyclage
En principe, les engrais de ferme et digestats repris par des fermes Bourgeon doivent provenir de fermes bio certifiées. Lorsque les besoins ne peuvent pas être couverts en totalité par les engrais produits sur la ferme et par ceux qui proviennent d’autres fermes bio, la reprise d’engrais de fermes non bio est autorisée à hauteur de 50% des besoins maximum. Cette règle était déjà en application. Toutefois depuis le 1er janvier 2019, la ferme Bourgeon doit, avant toute acquisition, apporter la preuve qu’aucun engrais de ferme bio n’est disponible dans le périmètre des distances de transport maximales (20 km pour le lisier et 40 km pour le fumier). Une attestation de la bourse bio (www.boursebio.ch), issue d’une impression écran par exemple, est une preuve valable pour le contrôle. Elle devra être imprimée avant chaque reprise et devra différencier les engrais de ferme solides et liquides.

Congrès Maraîchage bio 2019
Ces nouvelles directives ont été présentées lors de la rencontre annuelle de la branche du légume bio qui s’est tenue le 16 janvier 2019 sur la ferme Biohof Schüpfenried à Uettligen. D’autres thèmes ont été abordés lors de cette rencontre, notamment une présentation des actualités sur le marché et les associations (l’Union maraîchère suisse (UMS) et Légumes Bio Suisse). Le chiffre d’affaires des légumes bio dans le commerce de détail a fortement progressé. Avec 23.1%, les légumes occupent la deuxième plus grande part du marché bio après les œufs. Le congrès a également permis de discuter des positions de Bio Suisse et de l’UMS sur les différentes initiatives à venir et sur PA22+. Enfin, la production biodynamique a fait l’objet de présentations et de discussions. Les motivations et le but que Demeter poursuit en franchissant le pas de la grande distribution ont été expliqués par Aline Haldemann, la responsable du marketing de Demeter Suisse. Pour finir, un producteur, Fritz Lorenz, a présenté son parcours durant la reconversion à Demeter.

Marina Wendling et Martin Koller, FiBL

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité