Le moment est venu d’avoir un Plan d’Action Bio national!

(09.12.2010) 

La Suisse a besoin de plus de paysans bio pour pouvoir répondre à l’augmentation de la demande de denrées alimentaires biologiques. Bio Suisse et plusieurs parlementaires exigent que la Confédération soutienne les efforts de la branche en lançant un Plan d’Action Bio.

La proportion de produits bio augmente continuellement dans le commerce des denrées alimentaires. L’augmentation était de 7 % l’année passée, et elle continue cette année. Les agriculteurs qui se reconvertissent à l’agriculture biologique sont cependant trop peu nombreux en Suisse, donc il faut importer toujours plus de produits bio. Cela fait perdre à l’agriculture suisse d’importantes parts de marché et d’intéressantes possibilités de production.

La politique s’est jusqu’ici contentée de réagir passivement: l’agriculture biologique ne revêt qu’une importance secondaire dans la Stratégie 2025 de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG). Et la Politique agricole 2017 (PA 2017) présentée la semaine passée ne prévoit aucune augmentation des contributions pour le bio – bien qu’elles ne représentent actuellement que le 1 % des paiements directs. Contrairement à cet attentisme, plusieurs pays européens ont lancé depuis 2004 des plans d’action spécifiquement conçus pour soutenir le développement de l’agriculture bio et des denrées alimentaires biologiques. Ces instruments comprennent par exemple une intensification des mesures de promotion des ventes ou de conseil pour la reconversion à l’agriculture biologique. Ce soutien étatique permet à plusieurs pays européens d’exporter vers la Suisse et de mettre notre agriculture sous pression.

Les parlementaires fédéraux Maya Graf (Les Verts), Hansjörg Hassler (PBD) et Andrea Hämmerle (PS) ont déposé aujourd’hui plusieurs interventions qui exigent que le Conseil fédéral s’occupe à fond de lancer un Plan d’Action Bio et présente des propositions pour le développement de l’agriculture biologique suisse.

Bio Suisse considère que ces interventions vont dans la bonne direction. Elle-même s’attaque au problème en prenant différents types de mesures dans le cadre de son Offensive Bio, mais il faut maintenant un ensemble complet de mesures élaboré par la Confédération avec l’ensemble de la branche. Bio Suisse appelle donc la Confédération à inclure un Plan d’Action Bio dans la PA 2017 en tant qu’instrument stratégique destiné à créer de meilleures conditions cadres pour la production, la transformation et la commercialisation des produits biologiques suisses.

Pour en savoir plus

Offensive Bio (site internet Bio Suisse)

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité