Grand succès pour la "Journée agriculture de conservation en bio" du 28.08.2018

A Senarclens (près de Cossonay VD), 400 à 500 personnes se sont retrouvées le 28 août dernier pour une journée d'échange sur l'entretien et l'amélioration des sols agricoles en région de grandes cultures. Sur une dizaine de pôles d'animation, ils ont pris connaissance des différentes possibilités de rendre leurs sols encore plus vivants et d'aller vers davantage d'autonomie, en particulier en utilisant encore plus efficacement les légumineuses.

(30.08.2018) Autour du hangar à Aurélie et Damien Poget, famille en 2ème année de reconversion à l'agriculture bio, pratiquement tout est vert! Les champs sont occupés par du maïs, du tournesol, du soja, des engrais verts, et surtout des sous-semis implantés dans le colza et les céréales récoltés durant l'été 2018, qui ont très bien réussi cette année. Sur un terrain libre d'adventices vivaces, un sous-semis qui a réussi permet de s'épargner le déchaumage après les récoltes et le semis d'un couvert végétal. Ces prochaines années, les sous-semis deviendront peut-être un élément important de l'agriculture de conservation et donc un élément de plus dans la panoplie à disposition des agriculteurs pour protéger leurs sols.
Concernant les engrais verts (ou couverts végétaux), les agriculteurs discutent aujourd'hui non seulement des espèces à associer pour composer des mélanges complexes d'une haute efficacité, mais également des variétés à utiliser pour chaque espèce. Il y a un potentiel d'optimisation important en allant aussi loin que cela dans le détail. A cet effet, les conseillers agricoles des cantons romands ont accumulé ces dernières années une somme d'expériences fascinante qui était présentée à Senarclens. 
Les agriculteurs bio ou les agriculteurs PER qui renoncent aux herbicides recourent autant que possible à un travail très superficiel du sol. ils cherchent à restreindre le nombre d'interventions, que ce soit pour travailler les sols ou pour le désherbage mécanique. A Senarclens, malgré le mauvais temps de mai et juin 2018, il a été possible dans la plupart des cas de limiter les désherbages mécaniques au nombre de trois. Une démonstration de machines a permis de discuter des stratégies envisageables pour détruire efficacement une luzernière en prévision du semis d'un blé d'automne, habituellement en combinant le recours différentes machines selon le sol et la météo.
Il était également possible de visiter un essai de variétés de maïs hybrides ou non hybrides, en pur ou associés à des haricots. Les questions suivantes ont en particulier été discutées: de quelle génétique avons-nous besoin pour les maïs de l'avenir? Aurons-nous bientôt dans les listes variétales des variétés de maïs moins gourmandes en azote que les variétés actuelles, et plus résistantes aux aléas du climat? Les maïs non hybrides ont-ils un intérêt?
Sur le pôle thématique "Sol", de nombreuses animations ont montré quelles étaient les possibilités pour les agriculteurs, travaillant individuellement ou en groupes d'intérêt, d'apprécier l'état de leurs sols et de définir les moyens qui permettent de l'améliorer. Le test des slips était spectaculaire (voir photo): il consistait à mettre sous la terre des slips neufs durant 3 ou 4 mois dans diverses parcelles, puis de les ressortir pour évaluer leur état de décomposition. Simple et bon marché, ce test peut donner une appréciation qualitative approximative de la vie biologique qu'il y a dans un sol donné.
La rotation culturale est un élément important de la prévention de la prolifération des adventices et du maintien du taux d'humus des sols. A cet effet, des exemples parlants ont été montrés dans le maïs et dans le soja. Les agriculteurs bio labellisés Bio Suisse ont dans la règle au moins 20 % de prairies temporaires dans la terre assolée, même s'ils sont sans bétail. Ils deviennent ainsi vendeurs de fourrages aux agriculteurs ayant du bétail, ce qui est loin d'être facile. Mais l'année très sèche 2018 montre une fois de plus l'importance de disposer de producteurs de fourrage de base à vendre aux éleveurs, si possible dans la région ou en Suisse, pour éviter les importations. A cet effet, la coopérative bio Progana met actuellement sur pied un projet visant à favoriser la déshydratation du fourrage cultivé par les producteurs sans bétail. Elle travaille pour cela avec le séchoir d'Orbe VD et d'autres séchoirs. 
Pour les agriculteurs intéressés à une reconversion en bio, Bio Suisse était sur place afin de les informer sur les possibilités d'écoulement de leurs récoltes.
La journée du 28.08 a été organisée par les personnes et institutions suivantes: la famille Poget, Swiss No-Till, Bio Vaud, Bio Suisse, ProConseil, AgriVulg (Genève), le FiBL, AGRIDEA, Progana. De nombreuses autres personnes et institutions ont ont apporté un appui notable, en particulier les agriculteurs des environs qui ont mis à disposition des machines, Sol Conseil, l'ASMA (Association suisse de la machine agricole), le Canton de Vaud, les familles et amis qui ont aidé à l'organisation pratique, etc.
Cette journée était en même temps le traditionnel événement d'automne de l'association Swiss No-Till. Depuis des années, cette association rassemble des agriculteurs de différentes tendance (semis direct, bio...) intéressés à la conservation des sols. Sa marque de fabrique est une culture très développée du dialogue. A l'heure où des votations cruciales concernant la restriction ou l'interdiction des produits phytosanitaires en Suisse se rapprochent de nous, il est plus que jamais important que les paysans de toute tendance soient capable d'élaborer ensemble et avec des représentants de la société civile des espaces de dialogue dans lesquels les consensus de l'avenir seront élaborés.
Maurice Clerc, FiB
L

Pour en savoir davantage
Livret de fête de Senarclens 2018  (3.0 MB)
Remarque: ce livret rassemble tous les posters qui étaient exposés à Senarclens sur les pôles thématiques. Les thèmes présentés sur ces posters sont parfois incomplets. C'est inévitable dans la mesure où l'objectif était uniquement d'avoir un support pour animer la discussion entre participants et avec les vulgarisateurs durant la journée du 28.08.

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité