Le Grand Prix Bio Suisse 2019 va à la Bieraria Tschlin

Bio Suisse a attribué son Grand Prix de cette année à la Bieraria Tschlin SA. Cette brasserie grisonnaise élabore des bières Bio Bourgeon en zone de montagne. Le Grand Prix Bio Suisse, qui distingue des projets novateurs et durables du secteur biologique suisse, est doté de 10'000 francs.

(14.11.2019) 

La Bieraria Tschlin SA à Martina GR élabore des bières Bio Bourgeon en zone de montagne – et cela depuis 15 ans avec beaucoup de succès. Elle utilise avec une grande cohérence des matières premières Bourgeon des Grisons comme du malt de Gran Alpin, du blé du Val Müstair ou des fleurs d’edelweiss du Poschiavo. Pour arriver à 100 pourcents d’ingrédients suisses, la Bieraria Tschlin mise sur la recherche et l’innovation et s’engage dans l’acquisition des matières premières et l’encouragement de leur production. Le houblon bio sera à l’avenir aussi produit dans le canton des Grisons.
A propos de la Bieraria

2ème rang: Reductive Farming
Travail réduit et superficiel du sol avec le Geohobel de Ueli Zemp, de Beat Erni et de Walter Zumbühl du canton de Lucerne.

3ème place: Ferme bio Taratsch
Rebecca Clopath, Leonie von Arx et Dominique Schmutz de Lohn GR s’engagent pour la fermeture du cycle – de la production aux papilles en passant par la préparation.

Cette année, pas moins de 14 projets ont été déposés. Quatre projets concernaient la technique de production, huit la transformation et la commercialisation des produits, et deux le machinisme agricole.

Comme le montre l’exemple des lauréats de chaque année, le Grand Prix Bio Suisse permet d’attirer l’attention sur le potentiel d’innovation du secteur bio et de le porter à la connaissance du grand public. Le jury tient compte des critères suivants: force d’innovation, importance pour la production bio, utilité régionale, écologique et sociétale, chances d’avenir et potentiel RP. Le jury était composé de Fritz Schneider, consultant pour les systèmes durables de production animale, de Prisca Birrer-Heimo, présidente de la Fondation pour la protection des consommateurs, de Clemens Rüttimann, directeur de Biotta, de Daniel Salzmann, rédacteur en chef adjoint du Schweizer Bauer ainsi que d’Urs Guyer, responsable de Bio Suisse pour la formation, la recherche et l’innovation.

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité