Ce site web ne supporte plus Internet Explorer 11. Veuillez utiliser un navigateur plus récent tel que Firefox, Chrome pour un meilleur affichage et une meilleure utilisation.
FiBL
Bio Suisse
Logo
La plate-forme des agriculteurs bio

L’évolution des marchés bio en cette période de Coronavirus

Les marchés bio se développent de manière très dynamique et la situation évolue sans cesse. Comme l’ensemble du marché des denrées alimentaires, nous enregistrons en ce moment une augmentation des ventes de 20 à 30 pourcents.

(15.04.2020) 

Du côté de l’offre, les producteurs mettent tout en œuvre pour répondre à la demande. Sur le marché du lait, l’augmentation de la demande continue d’être couverte avec le lait bio produit en Suisse, également dû au fait que la saison de haute production laitière va commencer avec le début du pâturage. Les organisations du lait bio surveillent la situation en continu – aussi en pensant aux mesures décidées en automne, comme les listes d’attente par exemple. Dans le secteur des œufs bio, cette augmentation est tombée à un moment où il se consomme habituellement moins d’œufs et où les stocks sont bien pourvus. Les capacités de production suffisent pour le moment, mais Bio Suisse ne peut cependant pas encore estimer les influences à long terme sur le marché de l’œuf bio.

Le marché de la viande sous pression, également dans le secteur bio

L’ensemble du marché de la viande est quant à lui sous pression, et cela influence aussi le secteur bio. Les prix sont en baisse, bien qu’il n’y ait en ce moment que peu de bêtes sur le marché. Rien que la semaine dernière, les veaux, génisses, bœufs, taureaux et vaches ont concédé 20 centimes. Bien que les veaux puissent encore être placés dans des fermes bio, on constate ici aussi un frein sur la viande d’étal. La pression sur le marché des veaux est si importante que même sur le segment bio le prix de référence a diminué de 60 centimes. Pour la viande de veau, un produit typique de la gastronomie, le Coronavirus arrive à une période de l'année déjà difficile, la baisse de 30 centimes devrait faire réfléchir. Le sevrage de remontes d'engraissement  peut par exemple valoir la peine. La situation des animaux d'étal s'est détendue, avec peu d'offre de vaches bio. L'offre pour le porc est également basse, ce qui dans une système avec peu de capcité de stockage, entraîne une situation du marché équilibrée.

Les horticulteurs bio sont aussi fortement touchés car les points de vente ont dû rester fermés en pleine haute saison. Bio Suisse souhaiterait que le Conseil fédéral décide un assouplissement du confinement.

Informations supplémentaires
Bétail bio: prix de référence (rubrique marché)
Marché (rubrique entière)

 

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité