Ce site web ne supporte plus Internet Explorer 11. Veuillez utiliser un navigateur plus récent tel que Firefox, Chrome pour un meilleur affichage et une meilleure utilisation.
FiBL
Bio Suisse
Logo
La plate-forme des agriculteurs bio

Culture de la pomme de terre bio, quoi de neuf?

Pour réussir cette culture, il faut marier des techniques culturales bien connues mais parfois reléguées au second plan avec des nouveautés comme les variétés en test actuellement. Le 8 juin 2017 à Cournillens FR, lors de la Journée nationale des grandes cultures bio, les producteurs pourront faire le point sur ces questions avec d'autres producteurs et avec des spécialistes.

(01.05.2017) 

Faut-il planter la pomme de terre après une bonne prégermination et en petites buttes (pour une levée rapide), puis relever progressivement ces buttes ? Ou recourir plutôt au procédé « all-in-one », avec la confection de grosses buttes à la plantation ? Voilà toute la question. Les conséquences de sur les coûts de production, le rendement et la qualité des tubercules récoltés, mais peut-être aussi sur le maintien en bon état des sols, sont très importantes. Lors de la Journée nationale des grandes cultures bio à Cournillens FR le 8 juin prochain, il sera possible de voir la pomme de terre Erika plantée avec les deux techniques évoquées ci-dessus. Dans chacun des deux procédés de plantation, il y aura une partie avec et une partie sans tubercules prégermés. Une planteuse permettant de mettre les tubercules en terre en ménageant les germes sera exposée. Les avantages et les inconvénients des différentes techniques seront discutés en présence d’experts de la recherche et de la pratique.  
Des microorganismes-miracles ...
Afin de prévenir ou d’atténuer les dégâts de champignons ou de bactéries sur variétés sensibles, de plus en plus de préparations à base de microorganismes sont mises sur le marché. Mais le succès est très dépendant des conditions de sol et de météo. Dans le cadre d’un projet de la HAFL (Haute école d’agronomie de Zollikofen), quatre de ces produits, dont on attend un effet potentiel sur la gale poudreuse et la gale argentée, sont actuellement testés, en collaboration avec Agroscope, le FiBL et des entreprises privées.  
... Ou /et réflexion sur le système ?
Dans ce projet, on ne vérifie pas seulement le potentiel de ces produits au champ, mais on passe également sous la loupe toute la chaîne de production, en commençant par la rotation des cultures et la santé des plants. A chaque étape, il s’agit d’analyser les risques potentiels et les solutions concrètes à mettre en œuvre. A Cournillens, ces questions et d’autres thèmes actuels encore feront l’objet de présentations et de discussions.
Variétés nouvelles
Tous les producteurs se souviennent de l’énorme pression du mildiou en 2016. Beaucoup d’entre eux se sont demandé s’il fallait vraiment continuer à cultiver Charlotte en tant que variété principale dans le type culinaire B-A. Mais quelles sont les alternatives ? Depuis 2016, Vitabella figure dans la liste des variétés recommandées de pommes de terre pour la culture bio. Cette variété résistante au mildiou a déjà été cultivée sur 34 ha l’an dernier. Mais elle a aussi ses défauts : elle est sensible à l’alternariose, et si elle n’est pas défanée assez vite, elle emmagasine trop d’amidon. Dans les six essais en bande de 2016, Passion n’a eu aucun dégât significatif de mildiou. Mais quelques tubercules pourris ont été identifiés à l’encavage, et lors des tests de dégustation, son goût n’a pas soulevé un fort enthousiasme. Quand à Coquine, testée en 2015 et 2016 dans les essais en bandes, elle a bien résisté au mildiou et son goût a été satisfaisant, mais sa levée au champ est lente et peu vigoureuse, et son rendement est faible. Pour Soraya, la résistance au mildiou un peu moins élevée, et les tubercules sont sensibles à la gale commune. Il n’est pas réaliste de penser qu’on trouvera une variété résistante et parfaite sur tous les aspects. L’objectif visé est donc l’inscription dans la liste recommandée d’une large palette de variétés à chair ferme qui conviennent à la culture biologique. En 2017, il y aura, dans les essais en bandes, deux variétés supplémentaires qui seront comparées à Charlotte, à savoir Anuschka (variété la plus cultivée en bio en Autriche) et Goldmarie. MS

SorayaPassionCoquine
Résistance au mildiou sur fanes MoyenneTrès élevéeTrès élevée
RendementMoyenTrès élevéeFaible
Goût des tuberculesBonMoyenBon
Autres critèresTubercules parfois trop gros et à forme irrégulière. Sensible à la gale communeLégèrement sensible au rhizoctone (dry core)Levée au champ lente. Sensible à la carence en Mg


Pour en savoir plus

Pommes de terre bio (rubrique Grandes cultures)

Pommes de terre bio (rubrique Marché)

Journée suisse des grandes cultures bio 2017 (rubrique Grandes cultures)

 

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité