Évolution de la commercialisation du Bœuf de Pâturage Bio

Le comité de l‘ IG Bio Weide-Beef (Bœuf de Pâturage Bio BPB) a décidé d’accepter Micarna comme nouveau marchand de bétail pour le programme BWB - BPB. Micarna assumera donc à l’avenir deux rôles, celui de marchand de bétail et celui de boucher. Les producteurs se sont montrés inquiets et ont exigé une AG extraordinaire.

(14.01.2019) 

Avant que la décision soit prise que Micarna pourrait acheter les Bœufs de Pâturage Bio directement aux producteurs à partir de 2019, Bio Suisse a effectué une analyse SWOT qui a présenté les chances et les risques du point de vue du comité, donc des producteurs, des commerçants, des transformateurs et du commerce de détail et a fait ressortir leurs divers points forts.

Le contact direct entre Micarna et les producteurs et la simplification administrative que l’appli de Micarna propose sont considérés comme des chances. Le fait que l’arrivée d’un nouveau marchand augmente la concurrence est évalué de manière différente par les différents acteurs du marché. Il est aussi encore ouvert qui doit profiter de la marge de commercialisation si les bêtes sont vendues en direct.

Les plus grands risques identifiés sont le double rôle de Micarna et la possible inégalité de traitement des producteurs. La solidarité entre les paysans est donc considérée comme menacée. Pour contrer ces risques, le comité a complété les directives en y ajoutant les rôles et devoirs des différents acteurs du marché. Par exemple, Micarna, prise dans son rôle de transformateur, doit présenter au comité l’offre et la demande, et dans celui de marchand de bétail elle doit annoncer ses fournisseurs au comité et à bio.inspecta. À l’avenir ce ne sera en effet plus les marchands et les transformateurs qui détermineront l’enregistrement ou l’exclusion des producteurs de BPB, mais le comité de l’IG. Différents représentants participent aux négociations mensuelles des prix. L’ensemble du comité connaît donc les statistiques d’abattages des marchands, les quantités planifiées par les coopératives Migros, la planification de l’offre par les marchands ainsi que le nombre d’animaux annoncés à la base du label. Le comité transmet la transparence ainsi créée en informant régulièrement les paysannes et les paysans.

Déjà avant que le nouveau règlement entre en vigueur, cette décision du comité a suscité de l’inquiétude sur un marché difficile. Jusqu’ici les marchands travaillaient avec une production sous contrat afin de garantir la planification des quantités, ils achetaient les remontes d’engraissement pour les producteurs et représentaient leurs intérêts vis-à-vis de l’acheteur. Il y a maintenant le risque de voir l’exactitude et la qualité de la planification diminuent si une partie des acteurs travaillent désormais sans contrats et si les producteurs peuvent travailler en même temps avec plusieurs marchands de bétail. Les futures influences sur les prix à la production sont d’ailleurs encore inconnues.

Les producteurs ont exigé lors de l’AG extraordinaire d’avoir davantage de possibilités de codécision au sujet des directives, ce qui n’est pas prévu par les statuts. «La Migros réfléchit à moyen terme à sa future collaboration avec le programme BPB – y compris son propre rôle – et élabore à ce sujet des propositions qui seront d’abord présentées au comité puis aux producteurs», a écrit Bernhard Kammer, qui représente la Fédération des coopératives Migros au sein du comité, dans la dernière newsletter adressée aux producteurs. Les membres de l’IG BWB peuvent s’abonner à la newsletter adressée aux producteurs. Michèle Hürner, Bio Suisse

Pour en savoir davantage

Lien vers les directives (site internet d'IG Bio Weide-Beef)

Engraissement au pâturage bio (rubrique Bovins)

 

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité