Biofarm maintient les prix stables malgré la diminution des droits de douane sur la farine

(30.07.2010) 

Pour les producteurs sous contrat avec Biofarm, les prix décidés sous réserve lors de la table ronde des prix restent de vigueur. Ils recevront pour la récolte 2010 de céréales panifiables Bourgeon les mêmes prix que l’année passée.

Le 27 mai, la branche bio a fixé, lors de la table ronde ordinaire des prix de Bio Suisse, les prix aux producteurs pour les céréales panifiables indigènes Bourgeon – à temps pour la planification des cultures 2010/11. La décision était alors de ne pas modifier les prix pour cette saison si les conditions cadres légales ne changeaient pas. Mais c’est justement ce qui est arrivé avec l’annonce à court terme du Département fédéral de l’économie (DFE) de diminuer les droits de douane sur la farine: les conditions cadres ont changé et les prix décidés en mai sont remis en question. Une deuxième table ronde de négociation des prix est prévue en septembre sous l’égide de Bio Suisse afin de se pencher une nouvelle fois sur les prix de référence pour la récolte 2010.

Le Conseil d’administration de Biofarm a anticipé cette décision pour ses producteurs et «donne un signal de manière indépendante» comme l’indique son communiqué du 22 juillet 2010. Le prix payé par Biofarm pour le blé (Classe Top et 1) demeure donc à CHF 104.-. Pour le seigle, Biofarm donne CHF 93.- et pour l’épeautre (A) CHF 114.-. Les prix sont pour 100 kg franco centre collecteur et selon les exigences de qualité de Bio Suisse/Swissgranum du 27 mai 2010.

«Le Conseil d’administration de Biofarm proteste formellement contre l’annonce à court terme par le DFE de la diminution du droit de douane sur la farine avec entrée en vigueur au 1er juillet 2010», écrit encore la coopérative de producteurs et interprète la décision de Mme la Conseillère fédérale Doris Leuthard comme un signal clair «contre la production agrobiologique indigène de céréales panifiables.» Les céréaliers continuent à porter des frais de production élevés: «La baisse du droit de douane sur la farine ne modifie en aucune façon les frais de production en Suisse», indique le communiqué.

Il n’est pas admissible de forcer à baisser les prix aux producteurs en brandissant la menace d’importations de farine. De plus, Bioform avertit les grands acheteurs de céréales bio que s’ils insistent sur une baisse des prix, ils mettent en danger l’offensive pour les céréales bio lancée par Bio Suisse, contribuent à maintenir la part de production indigène basse et favorisent les importations bon marché. L’expérience montre en outre que de telles baisses de prix ne se reportent que rarement sur les prix aux consommateurs. «En tant que membre fondateur de Bio Suisse, nous soutenons entièrement la décision de Bio Suisse de ne pas autoriser les importations de farine Bourgeon.»

Biofarm annonce en même temps qu’elle maintiendra l’année prochaine les prix des produits finis à base de céréales au niveau des prix de l’année précédente. Selon ses propres indications, Biofarm commercialise environ 25 % des céréales Bourgeon. sja

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité