Ce site web ne supporte plus Internet Explorer 11. Veuillez utiliser un navigateur plus récent tel que Firefox, Chrome pour un meilleur affichage et une meilleure utilisation.
FiBL
Bio Suisse
Logo
La plate-forme des agriculteurs bio

Tech und Bio 2013 en photos

Le salon Tech and bio a fermé ses portes ... et ouvert à plus de 13 000 visiteurs les portes qui leur permettront d’utiliser de nouvelles techniques ou de travailler à la durabilité sur leurs fermes et dans leurs activités. Du 18 au 19 septembre 2013, des agriculteurs et des conseillers agricoles venus de toute l’Europe ont défilé à Valence (entre Lyon et Marseille), pour assister à des démonstrations en plein-air, écouter des conférenciers ou rencontrer des agriculteurs bio sur leurs fermes. Il y avait en outre 250 exposants pour présenter des techniques de production, des machines, des semences  et des produits utilisables en agriculture bio, ainsi que des projets de développement du bio dans les régions. Plusieurs dizaines de Suisses ont fait le déplacement de Valence. 
(Vous trouvez 22 photos ci-dessous. Pour agrandir les photos, cliquez dessus. Le reste du texte se trouve après les photos)

Des hommes
« Après une année climatiquement dure et des récoltes plutôt maigres, on était un peu découragés. La visite de Tech and bio nous a redonné du pep pour continuer à  développer  des solutions viables pour notre exploitation dans le contexte bio », affirme Fabien Chambettaz, agriculteur en 1ère année de reconversion au bio et conseiller agricole dans le Canton de Vaud. Tech and bio fut également l’occasion de rencontres chaleureuses entre une foule de personnes qui ne se côtoient que rarement.

Des machines, encore des machines, beaucoup de machines
En bio, une mécanisation diversifiée est indispensable si l’on veut réussir la mise en place des cultures et le désherbage. Cela implique la collaboration avec d’autres agriculteurs si l’on veut éviter des investissements excessifs. Pour un agriculteur genevois en reconversion, Tech and bio fut l’occasion de pouvoir comparer les différents matériels de désherbage exposés et de choisir les machines qu’il va acheter en commun avec d’autres.

Des semences
Des informations sur les alternatives aux OGM, des anciennes variétés ou des variétés résistantes, des semences d’engrais verts ou de jachères paysagères, des stands de fournisseurs de semences, une démonstration de différents types de matériaux permettant de nettoyer et séparer les semences. Les semences étaient bien présentes à Tech and bio, c’est normal car elles sont une préoccupation constante des producteurs bio. En France, différentes écoles forment aux métiers liés aux semences, dont le lycée agricole du Valentin à Valence.
Lycée agricole du Valentin

Le sol à protéger
Une démonstration en plein air permit d’illustrer de manière convaincante l’importance qu’il faut donner à l’équipement des tracteurs pour éviter le tassement du sol. Même en bio, il est malheureusement fréquent de trouver des sols tassés, selon Yves Gontronneau, qui anima la démonstration en plein-air. Des solutions, d’ailleurs pas toujours faciles à mettre en œuvre, furent évoquées.
Un dossier spécial sur cette démonstration paraîtra bientôt sur ce site internet.

De la technique culturale
Un seul exemple suffira pour montrer l’importance donnée à la technique culturale à  Valence. C’est celui du fauchage des adventices qui dépassent les cultures, appelé également écimage. Certaines cultures bio, même correctement désherbées mécaniquement, n’échappent souvent pas à un envahissement tardif par les adventices. Il peut s’agir du soja, du lin, de la lentille, ou de certaines cultures maraîchères. Il peut aussi s’agir d’autres cultures ayant des foyers importants d’adventices vivaces comme le chardon. Est-il sensé d’écimer une culture ou est-ce une lutte contre des symptômes et non pas contra la cause des problèmes ? Est-ce efficace ?
AGRIDEA Lausanne est en train de préparer à ce sujet un dossier qui sera intégré dans les fiches techniques bio.

Des animaux
De la volaille en plein-air pour produire des œufs et de la viande fermière bio. Dans un tel système, il va de soi que les poules et les poulets vont au pâturage. Mais comment orienter et structurer le pâturage en fonction de différents paramètres (par exemple l’orientation du vent…) ? Comment composer son aliment soi-même avec les ressources de la ferme ?
Il est envisagé qu’AGRIDEA et le FiBL restituent aux agriculteurs romands les résultats des connaissances ramenées de Valence, lors d’un cours qui aura lieu dans une année ou deux.
Les animaux servent aussi à tirer des machines, on l’a un peu oublié mais la traction animale reviendra-t-elle au goût du jour ? Voir les photos ci-jointes de la démonstration de traction animale à Tech and bio pour les travaux de la vigne.

Un programme national
Le programme « Ambition bio 2017 » vise entre autre le doublement des surfaces en bio en France d’ici 2017. Le gouvernement français veut « produire autrement » et mettre en place « une nouvelle gouvernance ».

Ambition bio 2017 (sur le site du Ministère de l'agriculture de la France)

Texte et photos: Maurice Clerc et Thomas Alföldi, FiBL

Pour en savoir davantage sur Tech and bio

Site internet de Tech and bio

Interlocuteur

Nathaniel Schmid
FiBL
Antenne romande
Av. des Jordils 3, CP 1080
1001 Lausanne

Tél. 062 865 17 24
Mobile 079 783 67 42
Courriel
www.fibl.org

Interlocuteur

Thomas Alföldi
Communication
FiBL
Ackerstrasse 113
5070 Frick

Tél. 062 865 72 31
Courriel
www.fibl.org

 

Dernière actualisation de cette page: 02.10.2013

Publicité