Points importants 

Du nouveau sur la maladie de la langue bleue

Accompagnement homéopathique de la maladie de la langue bleue

(18.10.2011) Sur mandat de biosuisse, le fibl a mené une étude  sur l'accompagnement homéopathique de l'épizootie suivante: la fièvre catarrhale nommée aussi langue bleue. Lors du traitement homéopatique standard visant une réduction des éventuelles réactions suite à la vaccination de la langue bleue, aucun effet significatif n'a pu être mis en évidence. Comme en l'an 2010 aucun cas de langue bleue n'a été constaté en suisse, la comparaison entre des troupeaux traités ou non- traités par une prophylaxie homéopathique n'a pu être réalisée. Cependant, L’application prophylactique d’un remède constitutionnel de troupeau représente un concept intéressant à approfondir.
 
Compte rendu (39.7 KB)

Pas de campagne officielle de vaccination contre la langue bleue en 2011

(01.12.2010) L'Office vétérinaire fédéral annonce: "Aucune campagne officielle de vaccination ne sera nécessaire contre la langue bleue en 2011. Cette décision a été prise aujourd'hui par l'OVF et les vétérinaires cantonaux. Les trois campagnes de vaccination obligatoires conduites en 2008, 2009 et 2010 ont porté leurs fruits en empêchant pratiquement l'installation de la langue bleue en Suisse. Les éleveurs qui le désirent pourront faire vacciner leurs animaux en s'adressant à leurs vétérinaires de troupeau - pour les animaux destinés à l'exportation, cela est conseillé."

Maladie de la langue bleue (site internet de l’OVF)

Vers le haut

Probablement pas de campagne officielle de vaccination en 2011

(15.09.2010) Il est probable qu’aucune campagne officielle de vaccination ne soit nécessaire contre la langue bleue en 2011. Comme le rapporte l’Office vétérinaire fédéral dans un rapport publié hier, les trois campagnes de vaccination obligatoire conduites en 2008, 2009 et 2010 ont porté leurs fruits en empêchant pratiquement l’installation de la langue bleue en Suisse. Une décision définitive sera prise à la fin 2010.

Après des campagnes de vaccination intensives dans l’Union européenne et en Suisse, l’avancée de la langue bleue a pu être stoppée. Dans les pays voisins, on ne compte plus que quelques cas isolés alors que plusieurs milliers de foyers avaient été annoncés les années précédentes. En 2010, la Suisse n’a pas relevé de nouvelles infections. Avec cette situation sanitaire favorable, une vaccination obligatoire pour 2011 est superflue. La décision définitive se prendra à la fin de l’année pour prendre en compte une évolution inattendue de la situation actuelle

Maladie de la langue bleue (site internet de l’OVF)

Vers le haut

Un fédéralisme malvenu menace le compromis

(20.01.2010) Les éleveurs qui ne veulent pas vacciner leurs bêtes doivent en faire la demande d’ici au 12 février 2010, dernier délai, au service cantonal compétent au moyen d’un formulaire spécialement prévu à cet effet. Et payer pour ça une taxe administrative. Irritant : De nombreux cantons n’ont pas encore mis le formulaire adéquat sur leur site internet. Bio Suisse exige qu’ils se mettent immédiatement à jour, mais aussi que l’OVF poste sur son site internet un formulaire national valable dans toute la Suisse.

Communiqué de presse de Bio Suisse du 18.01.2010 (site internet de Bio Suisse)

Maladie de la langue bleue (site internet de l’OVF)

Martin Bossard
Responsable de la politique de Bio Suisse

Vers le haut

Langue bleue: la vaccination obligatoire est maintenue, mais avec dérogations possibles

(08.01.2010) Bio Suisse transmet aux éleveurs d'animaux les informations suivantes: selon les renseignements de l’OVF, l’Ordonnance 2010 sur la vaccination contre la maladie de la langue bleue sera publiée le 19 janvier 2010. L’OVF introduira en dépit de ses propres dires la vaccination obligatoire assortie de dérogations. Les éleveurs qui ne veulent pas vacciner leurs bêtes doivent selon cette Ordonnance se faire dispenser de cette obligation au plus tard le 12 février 2010. Un formulaire à cet effet pourra prochainement être téléchargé depuis les sites internet des Cantons.

Communiqué de Bio Suisse du 07.01.2010 (55.4 KB)

Maladie de la langue bleue (site internet de l’OVF)

Martin Bossard
Responsable de la politique à Bio Suisse

Vers le haut

3820 signatures pour la facultativité sont récoltées

(26.10.2009) 3820 signatures ont été récoltées en quatre semaines pour réclamer que la vaccination contre la maladie de la langue bleue soit facultative dès 2010. Les signatures ont été envoyées au directeur de l’Office vétérinaire fédéral (OVF) Hans Wyss au nom des six organisations suivantes: Bio Suisse, VKMB, Bergheimat, Demeter, Uniterre et bauernverstand.ch.

Les signatures, qui viennent de toute l’agriculture, ont été récoltées surtout en Suisse orientale lors d’expositions de bétail et d’autres événements agricoles. Cela montre que de larges cercles soutiennent l’exigence de la facultativité de cette vaccination. Environ 30 % des signatures ont été apposées par des agriculteurs et des agricultrices, 50 % par des membres de la famille qui travaillent avec eux et 20 % par des personnes extérieures à l’agriculture.

La facultativité reste la solution la plus équitable

Bio Suisse est d’avis que la solution d’une « obligation allégée », telle qu’elle a été proposée la semaine passée par la chambre d’agriculture de l’Union suisse des paysans, va poser des problèmes. Des problèmes juridiques se cachent en effet dans la participation aux coûts, et la réglementation des dérogations engendrera une bureaucratie ainsi qu’une application inégale d’un canton à l’autre. La vaccination facultative reste la solution la plus équitable, car elle décriminalise les agriculteurs et encourage leur responsabilité personnelle. La législation actuelle comporte une marge de manoeuvre suffisante pour introduire cette facultativité – d’autant plus que l’éradication de cette maladie s’avère impossible, notamment parce que l’Autriche et la Bavière ont déjà renoncé à maintenir l’obligation de vacciner.

Communiqué de presse du 22.10.2009 (site internet de Bio Suisse)

Vaccination contre la langue bleue : Lettre ouverte à l’OVF

(16.09.2009) Cette lettre demande à l’Office vétérinaire fédéral (OVF) de considérer que la facultativité de cette vaccination à partir de 2010 est un scénario réaliste qu’il faut maintenant discuter ouvertement. La décision de l’OVF au sujet de la stratégie de vaccination pour l’année prochaine tombera probablement en novembre.

Décriminalisation nécessaire

Les six organisations agricoles susmentionnées se basent sur l’exigence qu’elles ont formulée le 5 septembre à Olten sous forme de résolution. Les quatre arguments ci-dessous plaident fortement pour la facultativité de la vaccination contre la maladie de la langue bleue :

  1. Il est urgent de décriminaliser les éleveurs.
  2. La marge de manoeuvre pour rendre la vaccination facultative existe déjà.
  3. Les éleveurs veulent et peuvent assumer leur responsabilité.
  4. Il est impossible d’éradiquer cette maladie -- l’Autriche a d’ores et déjà renoncé à conserver le caractère obligatoire cette vaccination.

Dans cette lettre ouverte adressée à l’OVF, Bio Suisse et les cinq autres organisations agricoles susmentionnées prennent avec plaisir connaissance du fait que le rapport de l'OVF « La langue bleue en Suisse » considère pour la première fois que la facultativité de la vaccination fait partie des options envisageables.

Communiqué de presse du 15.09.2009 (site internet de Bio Suisse)

Vers le haut

La vaccination facultative est la meilleure solution !

(07.09.2009) Bio Suisse et d’autres organisations agricoles exigent que la vaccination contre la maladie de la langue bleue soit facultative à partir de 2010. Cette décision a débouché sur une résolution votée le 5 septembre 2009 à Olten lors d’un congrès sur le sujet. L’Office vétérinaire fédéral (OVF) décidera la suite des opérations en novembre. La décriminalisation et la responsabilité personnelle des éleveurs, mais aussi l’impossibilité d’éradiquer cette maladie, parlent en faveur de la facultativité de cette vaccination. L’Autriche a déjà renoncé à l’obligation.

Quatre bonnes raison pour la facultativité

Bio Suisse et ses partenaires Demeter, l’association des petits paysans VKMB, Bergheimat, Uniterre et l'association Bauernverstand voient de bonnes raisons en faveur de la facultativité :

  1. Décriminalisation urgemment nécessaire.
    Si la vaccination devient facultative en 2010, les éleveurs désobéissants ne devront plus être traités comme des criminels. Et l’État pourra s’économiser toutes ces coûteuses et pénibles procédures judiciaires.
  2. Les éleveurs peuvent assumer leur responsabilité et ses conséquences.
    Les statistiques et les rapports établis par les éleveurs de différents pays montrent que cette maladie est moins grave que ce qu’on avait craint au départ. Or les éleveurs en supportent les conséquences économiques aussi bien en cas de maladie qu’en cas de problèmes de vaccination. Donc ils devraient pouvoir en assumer la responsabilité.
  3. Une éradication impossible.
    Les moucherons vecteurs peuvent se déplacer de 200 kilomètres par jour, et tous les ruminants agricoles et sauvages peuvent être porteurs du virus. Toute stratégie d’éradication ne peut que s’avérer vaine dans ces conditions. Voilà pourquoi cette maladie doit être surmontée à partir de 2010 grâce à la vaccination facultative et à l’auto-immunisation des bêtes non vaccinées. La Suisse ne serait d’ailleurs de loin pas seule à suivre cette stratégie : l’Autriche a d’ores et déjà renoncé à conserver le caractère obligatoire cette vaccination.
  4. La marge de manœuvre pour rendre la vaccination facultative existe déjà.
    La maladie de la langue bleue est classée dans l’avant-dernière catégorie prévue par l’Ordonnance sur les épizooties, celle des « épizooties à combattre ». Elle est donc « combattue de manière à limiter autant que possible les dommages sanitaires et économiques ». La vaccination n’est légalement considérée que comme une possibilité, mais elle a été déclarée obligatoire par l’OVF pour 2008 et 2009. Il serait donc possible de la rendre facultative à partir de 2010.

Communiqué de presse de Bio Suisse du 05.09.2009 (25.3 KB)

Vers le haut

Ce que Bio Suisse exige de l'OVF

(18.02.2009) Cette année, la campagne de vaccination obligatoire contre la maladie de la langue bleue a commencé au début février. Les annonces d’effets secondaires de la vaccination ont récemment provoqué un débat assez émotionnel. La tête de Bio Suisse s’est adressée dans cette affaire aux responsables de l’Office vétérinaire fédéral (OVF), cf. ci-dessous "Les réponses de l'OVF" du 21.01.2009. La situation autour de la maladie de la langue bleue et de la vaccination obligatoire est assez complexe pour que Bio Suisse agisse avec toute la circonspection et la différenciation nécessaires. Bio Suisse exige donc que l’OVF :

  • prenne au sérieux les soucis des éleveurs pour la santé de leurs animaux, car l’absolutisme de certaines affirmations de l’OVF n’est pas appropriée;
  • donne aux éleveurs concernés la possibilité d’annoncer les cas d’effets secondaires sans buter sur les complications;
  • clarifie immédiatement et sérieusement la question des résidus laissés par le vaccin;
  • fasse dédommager par les cantons les éventuels dommages causés par la vaccination;
  • évite et fasse éviter toute criminalisation des éleveurs qui refusent de vacciner leurs animaux;
  • accepte en automne 2009 une nouvelle discussion sur l’opportunité de la poursuite ou de l’arrêt du programme de vaccination.

Il faut impérativement annoncer les effets secondaires de la vaccination !

Une grande discussion sur la reconduction de la campagne obligatoire de vaccination en 2010 et les années suivantes se déroulera en automne 2009 sous la direction de l'OVF.

L'apparition d'effets secondaires jouera évidemment un rôle dans cette discussion. Pour que Bio Suisse puisse représenter efficacement les intérêts des fermes bio auprès de l'OVF, tous les effets secondaires doivent impérativement être signalés au moyen du formulaire d'annonce aux deux adresses ci-dessous :

Formulaire d'annonce des effets secondaire de la vaccination (25.3 KB)
Institut de Virologie et d'Immunoprophylaxie (IVI)
Sensemattstrasse 293
3147 Mittelhäusern
Tél. 031 848 92 11
Fax 031 848 92 22
info@ivi.admin.ch

Copie à :

  • Bio Suisse
    Peter Merian-Strasse 34
    40532 Bâle
    Tél. 061 204 66 66
    Fax 061 204 66 11
    bio@bio-suisse.ch

Vers le haut

OVF: Pas d'effets secondaires à large échelle avec la vaccination contre la langue bleue

(29.01.2009) La vaccination contre la langue bleue n'a pas provoqué d'effets secondaires à large échelle. C'est ce que montre une vaste étude menée par l'Office vétérinaire fédéral (OVF) en collaboration avec différents partenaires. Cette étude confirme le bien-fondé de la vaccination qui sera obligatoire en 2009 également.

Étude de l'OVF (208.8 KB)
Maladie de la langue bleue (Site internet de l'OVF)

Les réponses de l'OVF

(21.01.2009) À la fin de l’année 2008, une délégation de Bio Suisse, du FiBL et de Demeter placée sous la direction de Regina Fuhrer a rencontré des experts de l’Office vétérinaire fédéral (OVF) et Hans Wyss, son directeur. Le but était de recevoir des réponses aux questions brûlantes des paysans et paysannes bio, mais aussi de communiquer leurs inquiétudes directement au directeur et aux autres représentants de l’OVF. Hans Wyss a ainsi confirmé que pour 2009 un seul vaccin exempt de mercure est homologué et sera utilisé. A partir de 2010, plusieurs vaccins homologués seront mis à disposition. Monsieur Wyss a fait espérer aux paysans bio qu’ils pourront choisir les vaccins qu'ils préfèrent. L’OVF confirme ainsi que la vaccination sera nécessaire jusqu’en 2010 y compris. La campagne de vaccination de cette année s’étendra vraisemblablement de février à mai. L’OVF a aussi assuré à la délégation que les fermes concernées recevraient une meilleure information avant le début de la campagne de vaccination. Toujours avant le début de la campagne de vaccination, l’OVF diffusera une information sur les effets secondaires qui lui ont été annoncés.
À la mi-novembre 2008, l’OVF avait connaissance de 187 cas d’effets secondaires, dont la moitié concernait des troubles de la fécondité, sur un total de 2 millions d’animaux vaccinés. L’OVF prévoit de prendre les mesures suivantes à l’égard de ceux qui refusent de vacciner leurs bêtes:

  • Les bêtes ne pourront pas changer de ferme;
  • La séronégativité des bêtes devra être vérifiée régulièrement;
  • L’OVF ne s’est pas exprimé au sujet d’éventuelles «mesures répressives». 

Source: Bio Suisse, Info nouvelles N° 115, janvier 2009

La vaccination contre la maladie de la langue bleue protège nos animaux

(01.12.2008) La campagne de vaccination 2008 contre la maladie de la langue bleue est sur le point de s’achever. L’Union suisse des paysans (USP) en tire un bilan positif. En protégeant les animaux de rente, cette vaccination a évité d’importants dommages économiques aux éleveurs. L’USP soutient la continuation de la campagne de vaccination obligatoire pour l’an prochain. Il n’a pas été démontré jusqu’ici que la vaccination provoque de gros effets secondaires. Par ailleurs, l’USP affirme que les coûts de vaccination imputés aux éleveurs devraient être réduits.

Communiqué de presse de l’USP (19.6 KB)

Dernière actualisation de cette page: 01.12.2010

Publicité