Quantité de céréales panifiables

Les récoltes de cette année ont été marquées par les bas rendements de toutes les céréales panifiables. Les quantités totales récoltées sont restées inférieures à celles de l’année passée pour le blé et l’épeautre malgré les surfaces supplémentaires reconverties au bio. La qualité de la récolte de blé 2016 était supérieure à la moyenne des années précédentes sauf pour les poids à l’hectolitre. Les teneurs en protéines des blés panifiables sont hautes et présentent une moyenne de 13.4%.

Les quantités de céréales panifiables Bourgeon transformées au cours de l’année céréalière 2015/2016 ont augmenté par rapport à la période précédente, atteignant un total de 39’026 tonnes de céréales Bourgeon transformées.

Les quantités de céréales Bourgeon suisses transformées ont augmentées l’année passée. La part indigène se situait à environ 60%.

Vers le haut

Le blé Bourgeon

Avec juste 85%, les quantités de blé Bourgeon transformées constituent la plus grande partie de l’ensemble des céréales panifiables Bourgeon transformées. La quantité de blé Bourgeon transformée a augmenté au cours de l’année céréalière 2015/2016 pour atteindre un total de 33'143 tonnes de blé Bourgeon transformé. Le blé indigène reste donc toujours un produit bien demandé.

2015/2016 l’offre indigène a pu être augmenté et était d'environ 37%. Pour obtenir une couverture complète des besoins avec le blé indigène, il manque encore environ 20'000 tonnes de blé Bourgeon, ce qui correspond à une surface d’environ 4'700 ha.

Les transformateurs recherchent principalement du blé qui a de bonnes qualités boulangères. Pour cette raison, la culture du blé panifiable est surtout recommandée pour les exploitations qui ont de bons sols avec un approvisionnement suffisant en éléments nutritifs. Pour les emplacements moins avantageux, il est recommandé de cultiver plutôt du seigle, de l’épeautre ou des céréales fourragères.

Vers le haut

Le seigle Bourgeon

Avec 2'000 à 2'500 tonnes moulues par année, c’est le seigle qui est la moins importantes des céréales panifiables sur le marché bio. Par rapport à l'année précédente, la quantité transformée a diminué. 

L’offre indigène de seigle connaît de fortes fluctuations, à cause de sa faible résistance à la germination sur pied. L'année passée, la proportion de seigle indigène était d'environ de 31%. Pour obtenir une couverture complète des besoins avec du seigle Bourgeon suisse, il manque encore environ 1’000 tonnes, ce qui correspond à une surface d’environ 250 ha.

La culture du seigle est surtout recommandée dans les régions marginales de la production de blé ainsi que pour les fermes qui ont peu de fumure à disposition.

Vers le haut

L’Épeautre Bourgeon

Avec une part de volume de 9% du marché des céréales panifiables bio, l’épeautre occupe une place moins importante. Ces dernières années, la quantité d’épeautre transformé était de 3000 tonnes. Pendant l'année céréalière 2015/2016 la transformation de l'épeautre a encore augmenté. 

L’agriculture biologique cultive de l’épeautre traditionnellement et de puis de nombreuses années. La production suisse suffit pour couvrir environ 50% des besoins. Pendant l'année céréralière 2015/2016, la quantité transformée d'épeautre importé a été supérieure à celle d'épeautre suisse. Une augmentation d’environ 1000 à 2'500 tonnes (ce qui correspond à une surface de 250 à 375 ha) est cependant encore possible.

La culture de l’épeautre est surtout recommandée dans les régions marginales de la production de blé ainsi que pour les fermes qui ont peu de fumure à disposition.

Vers le haut

Publicité