Vérifiez la pression des pneus de vos tracteurs!

Le tassement des sols cultivés n’est pas un mal inévitable. Effectuer les travaux des champs avec une pression de gonflage adaptée est la règle numéro une à respecter. Cela commence par le choix de pneus adaptés aux travaux à effectuer lors de l’achat du tracteur. Des interventions effectuées avec des pneus étroits et donc gonflés à des pressions pouvant atteindre jusqu’à 3 à 4 bar (ou kg/cm2) peuvent provoquer des compactages du sol difficilement réparables sous les roues du tracteur. Il peut en résulter des asphyxies immédiates même sur sol ressuyé.

Lors du Salon Tech and bio à Valence (France), les 18 et 19.09.2013, une démonstration a mis en évidence les problèmes et les solutions à rechercher.  Trois tracteurs de poids et puissance identiques, mais avec des  pneus et des pressions de gonflage différents (voir tableau), ont effectué une préparation de lit de semence avec un vibroculteur sur un sol mi-lourd labouré et très bien ressuyé. 
Le 1er tracteur était équipé optimalement (pneus de 65 cm de large, pression de gonflage de seulement 1 bar). Sous la roue, le sol était tassé sur une largeur de 85 cm mais sur une profondeur de 12 cm seulement, et le compactage du sol était très faible, sans conséquence sur le fonctionnement normal du sol (activité des racines et des vers de terre…).
Le 2ème tracteur, équipé de pneus de 42 cm de large et gonflé à 1.6 bar, a provoqué un compactage légèrement supérieur mais sans conséquences sur le fonctionnement normal du sol étant donné que le sol était bien ressuyé.
Le troisième tracteur avait des pneus étroits (34 cm) convenant bien au sarclage, et gonflés à 3.6 bar. Sous la roue, le sol était tassé sur une largeur de 65 cm et une profondeur de 32 cm, la couleur du sol avait viré au gris (= signe d’asphyxie) un jour déjà après l’intervention, et le tassement du sol était sévère. Même un effaceur de trace derrière les roues du tracteur n’aurait pas pu réparer les dégâts constatés.

Démonstration de tassement du sol à Valence les 18 et 19.09.2013: données techniques et résultats

Tassement du sol sous le pneu
Tracteur n°Largeur pneusVolume d'airPression pneusLargeur zone compactéeProfondeur zone compactéeType de compactage
cmlitresbarcmcm
1657201.08515Très modéré
2424001.67620Modéré
3343003.66532Sévère

Préparations du lit de semence
Pour ce travail, le recours à des tracteurs équipés de pneus larges est la règle et ne pose pas de problèmes. Par contre, il n’est pas recommandé d’utiliser des pneus étroits avec un bar de pression seulement, parce qu’ils ne sont pas fabriqués pour cela.

Sarclages
Là, c’est plus compliqué, car on est en interlignes parfois étroits (50 cm ou moins), et parce que les sarclages se font parfois sur sous-sol insuffisamment ressuyé quand il y a peu de beau temps. Dans ce cas il faudrait chercher à équiper le tracteur de sarclage de roues jumelées voire d’entretoises spéciales permettant d’enjamber les lignes de cultures. Cela peut avoir une incidence sur la technique de semis (par ex. moduler les interlignes en fonction des passages de sarclage) et de récolte.  Certains producteurs (spécialement en maraîchage) réfléchissent à mettre en place à l’aide du GPS des planches permanentes, de manière à ce que les zones tassées par les roues de tracteurs soient toujours au même endroit. Si l’on ne trouve pas facilement de solutions techniques avec la mécanisation disponible, il faut peut-être revoir la rotation culturale et partir sur des systèmes plus simples, avec moins de pommes de terre, betteraves ou légumes-racines, et davantage de prairies temporaires et de cultures à battre.
En fin de parcours d’une culture, il y a parfois les tassements effectués par les machines de récoltes ne travaillant pas toujours en conditions optimales ; raison de plus pour faire le maximum afin d’éviter les tassements avant et pendant la culture.

Attention au "bio-intensif"!
Pour Yvan Gontronneau,  scientifique français à la retraite,  le « bio intensif » est un système qui comprend beaucoup de grandes cultures sarclées ou/et  des cultures maraîchères, souvent avec de l’irrigation. « Dans un tel système, qui  nécessite de nombreuses interventions en végétation, on trouve fréquemment des sols très tassés et dégradés.  Quand on va voir ce qui se passe sous le sol, on peut affirmer que cette forme de bio n’est pas durable. S’il est vrai que dans un système bio équilibré, les sols bio fonctionnent en général mieux que les sols conventionnels, ce n’est pas le cas dans un système bio intensif », affirma à Valence Yvan Gontronneau.  Voilà de quoi inciter à la réflexion sur les pratiques en bio, pour chercher à faire évoluer les systèmes dans la direction d’une meilleure protection des sols.

Pour en savoir davantage
Boutique d'AGRIDEA  (Commander le Classeur machinisme et bâtiment, puis consulter les  fiches « Pneumatiques » 1.11, 1 à 8)
Rapport ART n° 761 (944.0 KB) (février 2013) sur les voies de passage permanentes
Outil informatisé d'aide à la décision pour prévenir les dégâts au sol TASC V3.0 (2.6 MB)  (Agroscope)
Rapport ART n° 766 (2.0 MB)  (septembre 2013) sur le sujet suivant: TASC V3.0 – vulnérabilité du sol et consommation de carburant
www.terranimo.ch  (Estimation du risque de tassement du sol avec les machines)
Le profil cultural  (Site internet de l'ISARA, France)

 

 

 

Publicité