Techniques de sarclage innovantes pour le maraîchage 

De la sarcleuse manuelle au robot: Les nouveautés de Tech & Bio

L’exposition Tech & Bio de cette année présentait de nouveau à Valence (France) une très vaste gamme de machines et d’outils high et low tech. Sarcleuses à traction humaine, équine, électrique ou diesel, toutes les sortes étaient représentées. Citons parmi les nouveautés un porte-outils à moteur électrique et des robots plus grands capables de travailler de manière autonome dans les plates-bandes de légumes. Trois films présentent les machines en détail.

Petites machines à bras

Différentes sociétés françaises proposent des petites machines à pousser à la main. L’assortiment le plus riche est certainement celui de Terrateck (www.terrateck.com). Nouveautés: herse-étrille ou sarcleuse à doigts à monter sur un cadre à roues à pousser à la main.

Ces machines sont de construction légère et bon marché, ce qui selon des utilisateurs semble aller parfois au détriment de la solidité. La sarcleuse à doigts et la herse-étrille sont de toute façon prévues pour les sols sableux ou humiques où elles peuvent remplacer facilement beaucoup de désherbage manuel. Il faut choisir des machines un peu plus robustes mais aussi plus lourdes si on doit travailler dans des sols plus argileux. Citons ici l’exemple de la sarcleuse électrique d’Elatec (www.elatec.fr). Il y avait aussi en exposition une sarcleuse électrique conduite à la main montée sur deux roues entre lesquelles la ligne des plantes cultivées passe tout juste. La machine pèse 105 kg (ce qui est indispensable pour obtenir la pression nécessaire) et dispose d’une durée d’utilisation de quatre heures. Le cadre peut accueillir de nombreuses sarcleuses différentes. L’efficacité de cette machine d’une largeur de travail de 80 cm n’est pas encore totalement démontrée: il semble que deux passages par plate-bande soient nécessaires. Un prix d’environ 3000 euros a été articulé pour une machine complète avec batterie et chargeur.

Film réalisé par Thomas Alföldi, FiBL

Porte-outils

Une gamme très variée de petits porte-outils entre 25 et 35 CV était présentée. Ces machines plus petites et moins chères sont importantes pour bon nombre de producteurs car les porte-outils de Fendt et de Schneider, qu’on voit encore souvent, ne rajeunissent pas…

Terrateck propose deux porte-outils de 25 ou 35 CV. Ces deux Culti’tracks pèsent moins d’une tonne et sont disponibles en version deux ou quatre roues motrices. Ils ne sont pas autorisés pour le trafic routier, ce qui signifie qu’il faut rajouter une remorque adéquate au prix d’achat si on doit pouvoir faire des trajets entre différentes parcelles. Une autre «GT» a été présentée par la société Agri 3D (www.agri3d.eu/). Les modèles vont de 27 à 130 CV.

Une très petite machine nommée Elfturbo a été présentée par une société italienne du nom d’Oliveagro (http://oliveragro.com). Elle ne semble pas entrer en ligne de compte pour les plates-bandes larges ou les sarcleuses qui demandent davantage de puissance.

La quatrième machine est une véritable nouveauté: il s’agit d’un porte-outils à moteur électrique de 25 CV et de seulement 450 kg pour une autonomie de huit heures de travail (www.sabi-agri.com). La machine exposée était un prototype et le constructeur, qui est en tournée promotionnelle, la construira en série s’il y a assez de commandes. Sa garde au sol de 50 cm en fait une machine assez basse qui se conduit avec un joystick. Ce qui est sûr c’est qu’on n’a pas besoin de protège-oreilles pour travailler avec cet engin qui doit coûter moins de 30'000 euros.

Film: Sabi-agri

Robots

Une autre nouveauté est le Naïo Dino (www.naio-technologies.com), le grand frère du Naïo Oz qu’on a déjà pu voir lors de nombreuses manifestations. «Dino» a bien grandi puisqu’il permet de travailler sur des plates-bandes de 1,5 ou 1,8 mètre de largeur. Le châssis est carré et le dispositif d’accroche des outils, situé au milieu, semble un peu difficile d’accès. Vu que toutes les roues sont pivotantes, cela permet au robot de tourner en rond si on les tourne à 45 degrés. Le Dino est muni d’un GPS qui permet de reconnaître le bout du champ et de passer à la plate-bande suivante. Les lignes de plantes des plates-bandes sont identifiées à l’aide de capteurs semblables à ceux des sarcleuses tirées par des tracteurs. Le Dino n’a pas encore d’outils capables de travailler sur les lignes elles-mêmes comme c’est par exemple le cas pour le «Robovator». Lors de l’exposition, ce robot était équipé de sarcleuses à socs et à doigts, mais les plantes de salades étaient trop peu enracinées et les sarcleuses n’ont que peu été utilisées. Il n’y a pas que les dimensions qui ont pris l’ascenseur entre Oz et Dino, le prix a bien sûr suivi le mouvement. Le constructeur parle de 70'000 euros et l’importateur suisse (Aebi Suisse) de 80–90'000 francs. Vu que la machine est entièrement autonome, il faut espérer qu’elle enverra un message d’erreur par SMS avant que toutes les salades soient arrachées.

Film réalisé par Thomas Alföldi, FiBL

Vue d’ensemble et commentaires sur Tech & Bio

Plus de 300 exposants et 17'000 visiteurs se sont rassemblés sur le site de 50 hectares. Le programme comprenait 100 démonstrations au champ ainsi que 120 conférences et ateliers. La vue d’ensemble de l’exposition fournie par le film est enrichie de commentaires du co-organisateur Jacques Pior, de visiteurs et d’exposants.

Film réalisé par Thomas Alföldi, FiBL

Informations supplémentaires

Démonstrations de robots lors des «Ökofeldtagen 2017» (aussi dans la rubrique Cultures maraîchères)

Techniques à connaître : La foire française Tech & Bio (article du Bioactualités 9|2017)

Régulation des mauvaises herbes dans les cultures maraîchères (Rubrique Cultures maraîchères)


Texte: Martin Koller

Autres films

Vous pouvez accéder à tous les films de ce site internet en cliquant sur:

Films (Page d'accueil de ce site internet)

Vous trouvez tous les films du FiBL sur le canal Youtube du FiBL:

Films du FiBL

 

 

Vers le haut

 

Dernière actualisation de cette page: 22.12.2017

Dernière actualisation de cette page: 22.12.2017

Publicité