Contrôle des chenilles de vanesse dans le soja Soja bio: rapports des essais 

Culture du soja bio: expériences des paysans bio

Une enquête a été effectuée fin 2016 auprès des 70 producteurs qui participaient au projet «Production de soja alimentaire bio en Suisse». 31 paysans bio y ont répondu et voici les principaux résultats de ce sondage.

  • Grains verts en raison d’une maturité irrégulière du soja : plusieurs producteurs (cantons de GE, VD, FR et BE) ont été obligés de récolter du soja qui avait une proportion de grains verts dépassant les 5 % tolérés. Progana et le Moulin Rytz ont transporté les lots avec des grains verts dans un autre moulin disposant d’un trieur optique. Ce triage a généré des frais  importants. Il a toutefois permis que les lots ainsi nettoyés de leurs grains verts puissent être payés aux producteurs à un prix légèrement supérieur à 160.- Fr/dt. Progana et le Moulin Rytz sont disposés à renouveler l’opération, qui permet d’éviter de déclasser les lots concernés en soja fourrager à environ 115.-Fr./dt.
  • Grains gris-noirs en raison de champignons saprophytes: l’automne 2016 n’ayant pas été humide et les récoltes ayant été précoces (entre le 05.09 et le 5.10 chez les producteurs ayant participé à l’enquête), aucun cas de proportion excessive de grains gris-noirs n’a été signalé.
  • Dans le lot d’un producteur, une présence d’ergot du seigle a été signalée. Cet ergot provient de graminées infectées qui se trouvaient dans le champ de soja.

    Eclatement des gousses et grains verts

    En automne 2016, plusieurs producteurs n’ont pas été assez souvent dans leur champ juste avant la récolte. Certains ont battu le soja Aveline alors qu’un grand nombre de gousses avait déjà éclaté. Ils ont parfois voulu attendre le plus possible pour laisser mûrir les grains encore verts. La variété Aveline est sensible à l’éclatement des gousses et donc inadaptée aux terroirs précoces ou sèche. En conséquence, le rendement récolté a été faible. Pour éviter cela, surveillez impérativement votre soja tous les jours lorsque l’humidité de l’air est faible, et n’attendez pas que le dernier grain soit sec, dans l’optique d’économiser sur les frais de de séchage. Dans les conditions de notre pays, il faut accepter de devoir sécher le soja.

    • L’éclatement des gousses est causé par les facteurs suivants:
      • a) la variété: Aveline est plus sensible que Gallec et Protéix. En général, les variétés précoces cultivées en zones précoces sont plus sensibles que les variétés tardives, car la date de récolte a lieu en conditions plus chaudes et sèches.
      • b) la date de récolte : en années très chaudes, les récoltes sont plus précoces.
    • L’éclatement des gousses est parfois limité à quelques zones à surface très restreinte dans le champ; il ne faut dans ce cas pas paniquer, mais agir en fonction de la maturation de l’ensemble de la culture.
    • En année humide et froide, le soja peut mûrir tardivement même dans les régions les plus favorables, quelle que soit la variété; Il peut donc avoir des grains qui vont se couvrir de gris et de noir en conditions d’excès d’eau (comme durant les automnes 2013 et 2014) lors de la dessiccation des grains. Dans ces régions, il peut donc être intéressant de partager les risques, en semant une partie des surfaces avec une variété assez précoce mais résistante à l’éclatement des gousses comme Gallec (si on trouve de la semence), et l’autre partie avec une variété plus tardive comme Protéix. Dans les régions plus élevées, (450 à 600 m, avec une bonne exposition), Aveline et Gallec conviennent bien.
    • La maturité irrégulière, entraînant la formation de grains verts, est la conséquence de situations de stress subi par la plante : alternance de froid et de chaud ou de sécheresse et d’humidité abondante. Ce phénomène peut aussi affecter d’autres légumineuses : féverole, lupin, etc. Pour éviter autant que possible ce problème, il faut entretenir les sols en bon état (structure du sol, teneur en humus etc.), car cela contribue à diminuer le stress des plantes. L’irrigation permet également de diminuer le stress des plantes.

    Disponibilité en semences et aptitude à la transformation en tofu

    Les recommandations ci-dessus concernant le choix des variétés n’ont de sens que si de la semence bio de ces variétés est disponible et si ces variétés sont recherchées par les fabricants de tofu. Or actuellement, seules Aveline et Protéix sont multipliées en Suisse en conditions bio. De la semence bio de Gallec est importée seulement occasionnellement, s’il y a une pénurie de semence bio d’Aveline et de Protéix. En plus, Gallec a une teneur en protéines moins élevée qu’Aveline et Protéix, elle est donc moins recherchée par les transformateurs.

    Durant les six prochains mois, les partenaires du projet «Production de soja alimentaire bio en Suisse» se pencheront sur ces questions et affineront leur stratégie de production de semence bio. D’autres variétés actuellement en test dans les essais variétaux pourraient émerger.

    Désherbage

    Dès la fin des sarclages, les chénopodes, amarantes et renouées non détruites vont commencer à dépasser le soja. C’est le bon moment pour les arracher à la main. Si vous ne le faites pas, ces plantes formeront parfois de gigantesques buissons dépassant le soja, lui prenant toute l’eau et l’empêchant de mûrir de manière homogène. Si vous n’arrachez ces plantes que juste avant la récolte, vous arracherez inévitablement aussi des plantes de soja, c’est donc à éviter. Et si vous les laissez, il y a un risque de coloration des grains de soja avec les restes de ces plantes. Eliminez aussi: 

    • les plantes toxiques comme le datura (voir photo 2), le plus vite possible;
    • les tournesols et les maïs, au plus tard juste avant la récolte;
    • les chardons et les rumex;
    • les morelles noires, soit juste avant la récolte, soit le jour de la récolte s’il y en a beaucoup, à condition d’avoir suffisamment de personnel : pendant que la batteuse bat une bande, l’équipe de travailleurs nettoie la bande suivante et jette la morelle noire sur la bande fraîchement battue. Cela évite de sortir du champ de grandes quantités de plantes et d’abîmer le soja prêt à être récolté. 

    Récolte

    Le soja se récolte quand toutes les feuilles de soja sont tombées. Les grains sont libres et sonnent dans les gousses. Ils sont sphériques et peu rayables à l’ongle. Veiller à ce que la moissonneuse-batteuse soit absolument propre (= en particulier libre de grains de maïs ou de tournesol) avant le début du battage. En effet, les grains de maïs et de tournesol ne peuvent pas être séparés des grains de soja. Puis régler la machine de manière à ce que les grains de soja ne soient pas cassés.

    Idéalement, effectuer la récolte quand le soja a 14 à 16 % d’eau. En dessous de 14 %, le risque de pertes par éclatement préalable des gousses et le risque de grains cassés est plus élevé. Mais il peut arriver que des chauffeurs expérimentés de moissonneuses-batteuses arrivent dans certaines conditions à régler la machine de manière à ne pas avoir de grains cassés même si le soja est pratiquement sec.

    Si l’automne est humide, il faut impérativement attendre que la teneur en eau soit descendue à au moins 20 %. Il faut penser qu’entre le battage et la livraison, il peut reprendre jusqu’à 5 % d’eau. A 25 %, le centre collecteur est à la limite supérieure de ses possibilités pour réussir le séchage et le conditionnement correct des graines de soja.

    Divers

    • Cette année, un champ de soja d’un producteur bio a été semé en partie avec de la semence certifiée produite en 2016, et en partie avec un reste de semence certifiée de 2015 et stockée durant l’été 2016 à la ferme. Les différences sont spectaculaires (voir photo 3): avec la semence de 2016, le soja est vigoureux et dense ; avec la semence de 2015, le soja est lacunaire et plus petit. De plus en plus de producteurs demandent s’ils peuvent réutiliser leurs restes de semences. Ce n’est pas forcément une bonne idée. Même si un test sommaire de germination effectué par l’agriculteur montre que toutes les graines ont germé, ce test ne donne pas de renseignement sur la vigueur effective des plantules. Seul le test officiel effectué avec la méthodologie du service des semences d’Agroscope peut donner un renseignement fiable.
    • Un autre producteur bio a tenté sur une surface restreinte un semis direct de soja le 16.05.2017 dans un blé d’automne. Pour cela, il s’est basé sur des résultats d’essais français. www.bioactualites.ch suit pour vous cette culture et publie des photos et des commentaires jusqu’à la récolte. (Le reportage n’est qu’en français).
    • En conditions humides, le soja est une plante qui peut être atteinte par la sclérotiniose, mais les dégâts sont rarement importants. D’autres plantes-hôtes souffrent bien plus de cette maladie, en particulier le tournesol (voir photo 4) et le colza. Lors de la planification de vos rotations culturales, veillez à éviter un retour trop fréquent des plantes sensibles à la sclérotiniose.
    • Un premier test de sarclage avec une sarcleuse à torsion a été effectué le 19.06.2017 à Allens VD (voir photo 5). Cette machine peu chère semble assez facile à régler pour travailler dans le soja. Toutefois, de même que la sarcleuse à doigts, sur sol dur, croûté, elle n’est pas très efficace. Il est prévu de poursuivre les essais.

    Marché du soja bio

    Les ventes de soja bio se développement de manière réjouissante. Toutefois, à l’heure actuelle, il n’est pas encore possible d’indiquer de manière précise combien d’hectares de soja pourront être semés en 2018 pour répondre aux besoins du marché. Les informations seront données par le moulin Rytz d’ici le début de l’année 2018.

    En 2018, il sera à nouveau possible de produire du soja fourrager avec Moulin Rytz. Cela est intéressant pour les producteurs en reconversion qui veulent se faire la main avec la technique culturale du soja bio ainsi que les producteurs bio qui veulent produire davantage de soja que la surface contractuelle de soja alimentaire.

    Pour en savoir davantage

    Légumineuses à graines (rubrique Grandes cultures)

    Fiches techniques Agriculture biologique » d’AGRIDEA → Fiches sur le datura, la morelle noire, la culture du soja, etc.


    FiBL, Moulin Rytz, Progana, Agroscope

     

     

    Vers le haut

     

    Dernière actualisation de cette page: 18.09.2017

    Publicité