Plan d'action pesticides de la Confédération: le président de Bio Suisse donne son appréciation

Le Conseil fédéral a adopté en septembre son Plan d’action Pesticides. Il est clair qu’on doit sortir de l’ornière des pesticides, mais le président de Bio Suisse Urs Brändli reste persuadé que ce plan d’action n’est qu’un tigre sans dents. Il faut impérativement augmenter la consommation bio si on veut quand même obtenir une diminution des pesticides de synthèse.

(12.10.2017) Qu'apporte le Plan d’action Pesticides récemment adopté par le Conseil fédéral de plus?
Les productrices et producteurs bio considèrent ce plan d’action comme un jalon: La politique reconnaît ainsi que les risques liés à l’utilisation des pesticides de synthèse doivent être diminués. Je doute cependant que ce plan d’action puisse déployer suffisamment d’effet, car le système biologique de production n’est pas plus fortement encouragé et car le retard de la Suisse sur l’UE s’agrandit.
 
Quels sont les pays qui dépassent la Suisse dans le domaine de la diminution des pesticides?
La France, par exemple, vise un objectif de réduction de cinquante pourcents et interdit de remettre des pesticides à des privés. L’Autriche a banni les pesticides des régions d’estivage et se dote d’objectifs ambitieux pour l’agriculture biologique. Les pays nordiques prélèvent des taxes d’incitation et favorisent le bio. La Suisse forme avec la Hollande et le Danemark le trio qui utilise les plus grandes quantités de pesticides! Les conséquences sont clairement tangibles sous forme de résidus dans les eaux.
 
Quelles solutions l’agriculture biologique peut-elle offrir?
Les fermes bio ne répandent pas de pesticides de synthèse ni d’engrais chimiques dans l’environnement. La conséquence logique de cette constatation devrait amener le Plan d’action Pesticides à encourager davantage l’agriculture biologique, mais les mesures prônées dans le domaine de la protection des plantes sont sans aucune ambition. La seule alternative qui reste en ce moment est: Consommez davantage de bio! Car si la politique se ferme les yeux devant les problèmes, c’est aux consommatrices et aux consommateurs de prendre leurs responsabilités. Car augmenter la consommation bio fait automatiquement diminuer les pesticides.

Pour en savoir davantage
Davantage de bio - moins de pesticides (Site internet de Bio Suisse)

Dernière actualisation de cette page: -

Publicité