Betteraves à sucre bio: nouvelles méthodes de régulation des adventices

La production de betteraves sucrières bio a le vent en poupe. La demande en sucre indigène bio est en forte augmentation ; la réglementation Swissness y est pour quelque chose. La production est actuellement encouragée grâce à différents projets et innovations, et cela porte les premiers fruits.

(09.03.2018) Après des années de stagnation, la surface annoncée pour 2018 atteint 60 hectares. Cela nous rapproche un peu de l’objectif de 200 hectares qui devrait être atteint en 2022. Le prix proposé en 2018 devrait rendre cette culture un tant soit peu intéressante pour les producteurs bio, à savoir 128 francs par tonne plus une prime bio de 30 francs par tonne. Concernant les betteraves à sucre produites durant la reconversion à l’agriculture biologique, elles sont bien sûr écoulées dans le canal conventionnel, mais l’interprofession du sucre va nouvellement leur accorder une « prime à la reconversion » de 40 francs par tonne.  
Diminuer le temps de travail pour le désherbage manuel résiduel
Même les prix les plus attractifs ne servent à rien si la technique culturale n’est pas un tant soit peu au point. La culture de la betterave à sucre est très exigeante. Afin de trouver des solutions, des acteurs de la filière et des producteurs intéressés se sont retrouvés au FiBL le 1er mars dernier au FiBL à Frick. La question prioritaire qui a été discutée était celle de l’optimisation du désherbage mécanique, afin de minimiser le nombre d’heures de travail pour le désherbage manuel résiduaire.
Témoignages de professionnels
Anton Wälti est un agriculteur bio qui cultive de la betterave à sucre depuis fort longtemps. Selon lui, il faut compter avec 200 heures de travail manuel par hectare. En fin de compte, si le producteur arrive à moins de 200 heures, il peut considérer que cela est un cadeau.
Michael Baumann, de l’entreprise rebio en Allemagne, a informé que la surface de betteraves à sucre bio qui sont produites dans ce pays pour l’exportation en Suisse a pu être doublée pour atteindre actuellement 800 hectares. Le rendement moyen est de 60 tonnes par hectare.
Norbert Schlieper a présenté une innovation séduisante : en Allemagne, il sème la betterave sous un nouveau film de géotextile biodégradable, qui est fabriqué à partir d’amidon. L’autodestruction rapide de ce film ne gêne pas du tout la récolte. Des essais avec ce film seront conduits en Suisse.
Annoncez-vous pour des essais en 2018 !
Le FiBL conduit différents essais dans la betterave à sucre bio. En 2017, il a testé la technologie RTK et GPS pour semer et sarcler. Ces essais vont se poursuivre en 2018. Les agriculteurs intéressés ont encore la possibilité de s’annoncer au FiBL pour participer à ces essais en 2018. Ils sont priés de s’adresser directement à Hansueli Dierauer (voir encadré à droite).

Pour en savoir davantage

Betteraves à sucre bio (sur ce site internet)

Renseignements en Suisse romande
Raphaël Charles
FiBL, responsable de
l’Antenne romande
Av. des Jordils 3, CP 1080
1001 Lausanne
Tél. 079 270 33 32
Fax 021 617 02 61
Courriel

Remarque: ce texte est une nouvelle du jour. Il ne sera pas actualisé ultérieurement.

Publicité